Qu'est-ce qui a coulé le sous-marin confédéré Hunley ?

Qu'est-ce qui a coulé le sous-marin confédéré Hunley ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Ce fut le premier sous-marin de l'histoire à couler avec succès un navire ennemi. Fabriqué à partir de 40 pieds de fer pare-balles, le H.L. Hunley était un sous-marin confédéré avec un équipage de huit personnes. Mais malgré sa prétention à la gloire, c'était un vaisseau dangereux d'être à l'intérieur.

Au cours d'une carrière de seulement huit mois pendant la guerre de Sécession, entre juillet 1863 et février 1864, le sous-marin a coulé trois fois, tuant près de 30 hommes, dont son inventeur. (Il a été récupéré deux fois.) Son naufrage final, peu de temps après avoir plongé une torpille vivante dans la coque du navire de guerre de l'Union USS Housatonic, a longtemps mystifié les historiens maritimes et militaires. Qu'est-ce qui a fait couler le Hunley pour de bon ?

ÉCOUTEZ : La chasse au Hunley dans l'HISTOIRE cette semaine

Plus de 130 ans après son naufrage, le sous-marin a été retrouvé au fond de la mer en 1995. Cinq ans plus tard, il a été ramené à la surface. À l'intérieur, les huit membres d'équipage étaient étrangement en position à leurs postes, autour d'une manivelle géante qui descendait au milieu du sous-marin. La découverte a généré une série de théories possibles sur les raisons pour lesquelles il a coulé et pourquoi l'équipage à bord n'a pas semblé tenter de s'échapper.

Les chercheurs ont trouvé une autre pièce du puzzle : un mécanisme de sécurité intégré caché dans la quille du Hunley aurait dû aider l'équipage à s'échapper du navire, mais il n'a jamais été activé. Cela suggère que l'équipage n'a peut-être pas vu venir le sous-marin qui a coulé.

L'archéologue Michael Scafuri travaille sur le sous-marin depuis 18 ans. Après avoir retiré les couches de corrosion, de limon et d'obus du sous-marin, son équipe de chercheurs a découvert que les leviers d'urgence étaient tous verrouillés en position. "C'est une preuve supplémentaire qu'il n'y a pas eu beaucoup de panique à bord", a déclaré Scafuri à l'Associated Press. Les leviers auraient libéré 1 000 livres de soi-disant «blocs de quille», ramenant le sous-marin à la surface et permettant à l'équipage de s'éloigner à la nage.

La découverte suggère deux options : l'équipage n'a peut-être pas réalisé qu'il était en danger, ou n'a pas anticipé le besoin de faire surface rapidement. Le Hunley était petit et à l'étroit – même pas assez grand pour que son équipage puisse se tenir droit – mais ses hommes n'ont même pas tenté de s'éloigner de l'endroit où ils étaient stationnés.

C'est pourquoi des chercheurs de l'Université Duke ont suggéré qu'ils avaient dû être tués sur le coup, peut-être par l'explosion de la propre torpille à espar du sous-marin. "L'onde de pression de l'explosion a été transmise au sous-marin", a déclaré Rachel Lance, étudiante diplômée. La nature. "C'était suffisamment grand pour que l'équipage soit tué." Dans leur étude de 2017, les chercheurs ont réalisé un modèle à l'échelle du sous-marin, puis l'ont fait exploser dans un étang. En mesurant les forces, ils avaient enfin les données pour étayer un soupçon de longue date.

Malgré ces avancées, Scafuri dit qu'ils étaient encore loin de pouvoir dire définitivement ce qui s'était passé à l'intérieur du sous-marin. "J'adorerais arriver à ce point absolument", a-t-il déclaré, mais n'a fait aucune promesse quant à savoir si cela serait possible.

Pour l'instant, les scientifiques se concentrent sur l'excavation, éliminant une plus grande partie de la corrosion et de la matière sous-marine de décennies au fond de l'océan. Chaque étape leur en dit plus sur l'engin et son équipage, de leur visage au jeton d'or chanceux trouvé dans la poche du capitaine.

De plus, les scientifiques commencent enfin à comprendre le fonctionnement interne de cette pièce de technologie militaire entièrement analogique. « Nous continuons à voir des pièces que personne n'a vues depuis 150 ans. Tous ajoutent au mélange de ce qui s'est passé et de la façon dont ce sous-marin a été exploité », a déclaré Scafuri. "Après tout, nous n'avons pas les plans."

LIRE LA SUITE: La mission sous-marine audacieuse de Hunley


Hunley : le sous-marin qui ne viendrait pas

Le 17 février 1864, le sous-marin confédéré CSS Hunley attaqué et coulé un navire de la marine américaine de 1 240 tonnes, le USS Housatonic, et est entré dans les livres d'histoire en tant que premier sous-marin de combat à couler un navire de guerre. Peu de temps après, le Hunley lui-même a coulé et a disparu de l'existence. Mais ce n'était pas la première fois que le sous-marin coulait.

1864 peinture de H. L. Hunley par Conrad Wise Chapman. Photo: Wikimedia Commons

Hunley était l'un des trois sous-marins construits par Horace Lawson Hunley pour la marine confédérée pendant la guerre de Sécession. Le premier était Pionnier, un prototype construit au début de 1862 et testé dans le fleuve Mississippi, et plus tard dans le lac Pontchartrain. Après seulement un petit mois de tests, le Pionnier a été sabordé par les confédérés pour éviter la capture par l'armée de l'Union qui approchait. Les Pionnier a été suivi par le Plongeur américain. Le plan était d'alimenter le Plongeur américain utilisant une sorte de moteur, comme un moteur électrique ou un moteur à vapeur, mais ils étaient incapables de produire suffisamment de puissance pour propulser l'engin. Finalement, ils ont décidé de s'en tenir aux moyens de propulsion conventionnels à manivelle qui avaient propulsé le Pionnier.

Les Plongeur américain était un navire disgracieux et trop lent pour être pratique. Néanmoins, il fut décidé de déployer le sous-marin et en 1863, tout en remorquant le Plongeur américain dans la baie de Mobile, dans le golfe du Mexique, pour tenter d'attaquer le blocus de l'Union, le sous-marin a sombré dans la mer agitée et a coulé. Il n'a jamais été récupéré, mais les leçons tirées de Pionnier et Plongeur américain a donné à Hunley et à son équipe suffisamment de confiance pour créer un troisième navire qui réussirait. Hunley a donné son nom au navire.

Dessin de Hunley de Popular Science Magazine, vers 1900. Photo : Wikimedia Commons

Hunley, le sous-marin, mesurait environ 40 pieds de long et moins de quatre pieds de diamètre. À l'intérieur de cet espace terriblement petit, huit hommes costauds étaient assis côte à côte le long du navire et actionnaient à la main le vilebrequin qui faisait tourner l'hélice. Chaque extrémité du sous-marin était équipée de ballasts qui pouvaient être inondés en ouvrant des vannes, ou pompés à sec par des pompes à main permettant Hunley submerger et faire surface. L'engin était également lesté avec des poids de fer supplémentaires vissés au fond. En cas d'urgence lorsque le sous-marin devait se relever rapidement, ces poids pouvaient être dévissés de l'intérieur de la cabine. Les Hunley pourrait rester immergé pendant deux heures atroces avant de devoir faire surface pour prendre de l'air frais. Une seule bougie fournissait de la lumière, tout en servant également d'indicateur de la qualité de l'air à l'intérieur du navire. Si la flamme vacillait et s'éteignait, il restait trop peu d'oxygène.

Les Hunley a été conçu à l'origine pour plonger complètement sous sa cible tout en remorquant derrière une torpille flottante au bout d'une longue corde. Une fois que le sous-marin a plongé et est passé sous la quille de sa cible, il refait surface de l'autre côté, provoquant le tir de la torpille contre le navire ciblé et son explosion. En juillet 1863, le Hunley a fait une démonstration réussie de ses capacités d'attaque en coulant une vieille barge de transport de charbon au milieu de la rivière Mobile. Mais d'autres tests devaient suivre avant la Hunley pourrait être prêt pour la guerre.

Un modèle grandeur nature du CSS Hunley sur le terrain du musée de Charleston, Charleston. Photo: Wally Gobetz/Flickr

Le 29 août 1863, Hunley se préparait à effectuer une plongée d'essai à Charleston, lorsque le capitaine a appuyé par inadvertance sur les commandes de plongée alors que les écoutilles étaient ouvertes, et le sous-marin a coulé, tuant les cinq hommes à bord. Seul le capitaine s'est échappé. Le sous-marin a été récupéré et préparé pour une autre mission. Cette fois, Horace Hunley lui-même a insisté pour commander le sous-marin lors d'une autre démonstration de test. Le 15 octobre 1863, le Hunley a plongé sous l'eau et a plongé la proue en premier jusqu'au fond de l'océan. Les huit hommes, Hunley inclus, ont péri.

Après les deux tragédies, le général confédéré Beauregard hésite à mettre le Hunley de nouveau en service. Pourtant, nombreux étaient ceux qui croyaient que le Hunley pourrait réussir à briser le blocus du port de Charleston. Cependant, ils ont convenu que le Hunley devait être modifié pour qu'elle réussisse.

Le remorquage d'un engin explosif a été abandonné en raison de la difficulté de manœuvrer en toute sécurité le sous-marin entre la quille du navire et le fond de l'océan. De plus, la ligne remorquée pourrait encrasser Hunley's visser ou dériver dans le sous-marin lui-même. Une approche plus directe a été adoptée. Les Hunley était équipé d'un cylindre en cuivre de torpille à espar contenant de la poudre noire attachée à l'extrémité d'un long poteau, monté sur l'arc du Hunley. Les Hunley enfoncerait le côté du navire de la cible avec 135 livres d'explosifs. Des goupilles métalliques sur la face avant de la bombe pénétraient dans la coque en bois, fixant la charge en place. Hunley’s l'équipage inverserait ensuite l'alimentation du sous-marin pour se distancer de l'explosion imminente, laissant échapper 150 pieds de corde enroulée. Une fois que toute la longueur de la corde avait été lâchée, la corde tendue appuyait sur la gâchette de la bombe.

Le 17 février 1864, le Hunley a fait sa première et unique attaque sur un navire ennemi—a 1 240 tonnes longues, un sloop de guerre à vapeur à coque en bois appelé USS Housatonic, stationné à l'entrée du port de Charleston, à environ 5 milles au large. Le Hunley se dirigea furtivement vers le navire et pressa sa torpille contre le Housatoniquecôté ’. Mais le mécanisme de déclenchement a mal fonctionné et avant que l'équipage du Hunley ne puisse s'échapper, la charge a explosé, emportant à la fois le Housatonique et le Hunley.

La disparition du Hunley était un grand mystère, car on pensait initialement que le sous-marin avait survécu à l'attaque à la torpille, sur la base d'un rapport du commandant de Fort Moultrie sur l'île de Sullivan selon lequel il avait reçu des signaux lumineux préétablis du sous-marin une heure après l'attaque. Peut-être est-elle entrée en collision avec un autre navire ou a-t-elle été heurtée à travers l'un des hublots par un soldat de l'Union, brisant le verre et coulant le sous-marin.

136 ans après son naufrage, le Hunley a été retrouvé au fond de la mer en 1995, presque entièrement intact. Cinq ans plus tard, il a été ramené à la surface. L'analyse des restes des membres d'équipage encore à leur poste suggère qu'ils sont morts de l'onde de choc de l'explosion, dont l'onde de pression a parcouru la courte distance entre la bombe et le sous-marin, puis à travers la coque du sous-marin sans l'endommager, jusqu'à ce qu'il frappe les hommes comme un semi-camion incontrôlable roulant sur une autoroute. La mort a été instantanée.

En 2004, les restes de l'équipage ont été inhumés au cimetière Magnolia, à Charleston. Des dizaines de milliers de personnes ont assisté à l'enterrement. Le Hunley récupéré est maintenant exposé au Warren Lasch Conservation Center.

L'intérieur du Hunley. Photo : Randall Hill/Reuters

Le sous-marin H. L. Hunley dans son réservoir de conservation au Warren Lasch Conservation Center. Photo: Marine américaine

Un modèle grandeur nature du CSS Hunley sur le terrain du musée de Charleston, Charleston. Photo: DrStew82/Wikimedia Commons


Un indice clé émerge dans le naufrage du sous-marin confédéré

Le sous-marin confédéré H.L. Hunley se trouve dans un réservoir de conservation après le retrait d'une poutre en acier qui l'entourait le 12 janvier 2012, dans un laboratoire de conservation à North Charleston, Caroline du Sud (Photo : Bruce Smith, AP)

Faits saillants de l'histoire

  • La torpille Hunley a coulé l'USS Housatonic en 1864
  • Hunley a disparu après la mission de signalisation accomplie
  • Une nouvelle découverte sur Hunley modifie la réflexion sur le système de livraison d'armes sous-marins

Une enveloppe de torpille peut contenir un indice clé sur la raison pour laquelle le sous-marin confédéré H.L. Hunley a coulé pendant la guerre civile, selon les scientifiques.

Les nouvelles preuves suggèrent que le Hunley s'est positionné beaucoup plus près de sa cible – le navire de l'Union USS Housatonic le 17 février 1864 – qu'on ne le croyait auparavant. La torpille Hunley a coulé le Housatonic, devenant ainsi le premier sous-marin de combat réussi au monde. Mais après avoir signalé aux camarades de Sullivan's Island que la mission était accomplie, le Hunley et ses huit membres d'équipage ont disparu.

La sagesse conventionnelle a soutenu que le Hunley à manivelle a utilisé un espar, ou un grand poteau, pour enfoncer une torpille dans la coque du Housatonic, puis s'est éloigné. On croyait en outre qu'une fois à distance, le Hunley avait fait exploser la torpille.

Les nouvelles preuves suggèrent que le Hunley était à moins de 20 pieds de sa torpille lorsqu'elle a explosé. Des restes de la torpille de 2 pieds de long ont été retrouvés boulonnés au longeron de 16 pieds de long.

La découverte indique que la torpille, qui contenait 135 livres de poudre à canon, ne s'est pas séparée du longeron mais a plutôt été placée sous le navire de l'Union. Il a été tiré par ordre, pas par contact.

"Il existe des preuves accablantes pour indiquer qu'il ne s'agissait pas d'une mission suicide", a déclaré le lieutenant-gouverneur de Caroline du Sud, Glenn McConnell, un commissaire de Hunley, dans un communiqué. "Ils ont dû croire que c'était une distance suffisamment sûre pour échapper à tout dommage. Si c'est le cas, ils avaient au moins partiellement raison. Jusqu'à présent, aucun dommage n'a été trouvé sur le sous-marin réel causé par l'explosion."

En raison de la proximité du Hunley avec le Housatonic et de la quantité de poudre à canon, la commotion cérébrale de l'explosion aurait pu endommager le sous-marin et blesser l'équipage. « Est-ce que certains ou tous ont été assommés ? » demanda McConnell. "Combien de temps ont-ils été assommés ? La structure du sous-marin avec des rivets a-t-elle eu un problème similaire à celui du Titanic lorsqu'il a frôlé l'iceberg ?" Il a ajouté : « Si les rivets cèdent, la pression de l'eau pourrait provoquer des fuites.

Les scientifiques utiliseront les nouvelles informations pour créer des simulations informatiques de l'attaque. Les scientifiques commenceront également à décoller une couche de roche, de sable et de limon du sous-marin.

Le Hunley a été trouvé au large du port de Charleston en Caroline du Sud en 1995 et élevé en 2000. Il a été emmené au Warren Lasch Conservation Center de l'Université de Clemson à North Charleston, en Caroline du Sud, pour des recherches.

La découverte est un grand pas vers la résolution du mystère du Hunley, a déclaré McConnell. "Cela nous amène aux derniers instants et minutes, pas aux dernières heures, quant à ce qui a scellé le destin du Hunley."


Le naufrage du H.L. Hunley

Dans la nuit du 17 février 1864 , le sous - marin H.L.Hunley de l'armée américaine confédérée a coulé le navire à vapeur USS Housatonic avec une torpille et est devenu le tout premier sous-marin à attaquer et couler un navire ennemi. Les Hunley a été perdu à un moment donné après son attaque réussie et tous les membres d'équipage ont été perdus. Bien que le Hunley n'a joué qu'un petit rôle dans la guerre de Sécession, il a joué un grand rôle dans l'histoire de la guerre navale et a démontré à la fois les avantages et les dangers de la guerre sous-marine.

Horace Lawson Hunley et le pionnier

À l'époque de la guerre de Sécession, les trois inventeurs Horace Lawson Hunley, James McClintock et Baxter Watson ont d'abord construit un petit sous-marin nommé Pionnier à la Nouvelle-Orléans, en Louisiane. Pionnier a été testé en février 1862 dans le fleuve Mississippi et a ensuite été remorqué jusqu'au lac Pontchartrain pour des essais supplémentaires. Mais l'avancée de l'Union vers la Nouvelle-Orléans a poussé les hommes à abandonner le développement et à saborder Pionnier le mois suivant. Les trois inventeurs ont déménagé à Mobile et se sont joints aux machinistes Thomas Park et Thomas Lyons. Ils ont rapidement commencé le développement d'un deuxième sous-marin, Plongeur américain. Soutenus par l'armée des États confédérés, les hommes expérimentent la propulsion électromagnétique et à vapeur du nouveau sous-marin, avant de se rabattre sur un système de propulsion à manivelle plus simple, qui s'avère finalement trop lent pour être pratique. Une tentative d'attaque contre le blocus de l'Union a eu lieu en février 1863, mais a échoué. Le sous-marin a coulé dans l'embouchure de Mobile Bay lors d'une tempête plus tard le même mois et n'a pas été récupéré.

La construction du Hunley

Construction de Hunley a commencé peu après la perte d'American Diver à Mobile, Alabama. Hunley, de près de 12 m de long fut lancé en juillet 1863. Il fut ensuite expédié par chemin de fer le 12 août 1863 à Charleston, Caroline du Sud. Il a été conçu pour un équipage de huit personnes : sept pour faire tourner l'hélice à manivelle et un pour diriger et diriger le bateau. Chaque extrémité était équipée de ballasts qui pouvaient être inondés par des vannes ou pompés à sec par des pompes à main. Du lest supplémentaire a été ajouté grâce à l'utilisation de poids en fer boulonnés sous la coque. Dans le cas où le sous-marin aurait besoin d'une flottabilité supplémentaire pour s'élever en cas d'urgence, le poids en fer pourrait être retiré en dévissant les têtes des boulons de l'intérieur du navire. Il était équipé de deux écoutilles étanches, une à l'avant et une à l'arrière, au sommet de deux tours de commandement courtes équipées de petits hublots et de minces coupe-lames triangulaires.

Essais dangereux

L'armée a saisi le navire de ses constructeurs et propriétaires privés peu de temps après son arrivée à Charleston, le remettant à l'armée confédérée. Hunley fonctionnerait comme un navire de l'armée confédérée à partir de ce moment, bien qu'Horace Hunley et ses partenaires soient restés impliqués dans les tests et les opérations supplémentaires du sous-marin. Hunley (alors appelé Fish Boat) a coulé le 29 août 1863, pour la première fois lors d'un exercice d'entraînement, tuant cinq membres de son équipage. Il coule à nouveau le 15 octobre 1863, tuant les huit membres de son deuxième équipage, dont l'inventeur Horace Hunley lui-même, qui était à bord à l'époque, même s'il n'était pas enrôlé dans les forces armées confédérées. Les deux fois, Hunley a été relevé et remis en service.

L'attaque de l'USS Housatonic

Hunley était à l'origine destiné à attaquer au moyen d'une charge explosive flottante avec une fusée de contact (une torpille dans la terminologie de la guerre civile) remorquée derrière elle au bout d'une longue corde. Hunley s'approcherait d'un navire ennemi, plongerait sous lui et ferait surface au-delà. Alors qu'elle continuait à s'éloigner de la cible, la torpille serait tirée contre le côté de la cible et exploserait. La charge explosive flottante a été remplacée par une torpille à espar, un cylindre en cuivre contenant 41 kg d'explosifs attaché à un espar en bois de 7 m de long. Le longeron était monté sur Hunley’s arc et a été conçu pour être utilisé lorsque le sous-marin était à 2 m ou plus sous la surface. La torpille à espar avait une pointe barbelée et serait coincée dans le côté du navire cible par éperonnage. Dans la nuit du 17 février 1864, le Hunley a fait sa première et unique attaque contre une cible vivante. Le navire était l'USS Housatonique . Housatonique, un sloop de guerre à vapeur de 1240 tonnes avec 12 gros canons, était stationné à l'entrée du port de Charleston, en Caroline du Sud.

Cela valait-il la peine?

Dans un effort pour briser le blocus naval de la ville, le lieutenant George E. Dixon et un équipage de sept volontaires ont attaqué Housatonique, en enfonçant avec succès la torpille à espar barbelé dans sa coque. La torpille a explosé alors que le sous-marin reculait, envoyant Housatonique et cinq de son équipage au fond en cinq minutes. Après l'attaque, le H.L. Hunley n'a pas réussi à retourner à sa base. Ce qui s'est réellement passé reste flou. Dixon aurait emmené son sous-marin sous l'eau pour tenter de retourner sur l'île de Sullivan. Hunley a coulé, tuant les huit membres de son troisième équipage. Cette fois, le navire innovant a été perdu. Les chercheurs de l'épave ont suggéré qu'elle avait été accidentellement percutée par l'USS Canandaigua lorsque ce navire de guerre allait au secours de l'équipage du Housatonique. Des années plus tard, lorsque la zone autour de l'épave du Housatonique a été arpenté, le creux Hunley a finalement été retrouvé du côté mer de l'épave du sloop, où personne auparavant n'avait envisagé de chercher. Cela a indiqué plus tard que le courant océanique s'éteignait à la suite de l'attaque contre le Housatonique, en prenant Hunley avec elle jusqu'à l'endroit où son épave a finalement été retrouvée et récupérée plus de 130 ans plus tard, le 8 août 2000. Actuellement, H.L. Hunley fait l'objet d'une étude archéologique et d'un traitement de conservation au Warren Lasch Conservation Center.

À la recherche de vidéos académiques yovisto, vous pouvez en savoir plus sur les sous-marins dans une émission télévisée scientifique des années 1950.


150 ans après son naufrage, le sous-marin confédéré dévoile lentement ses secrets

Les scientifiques pourraient enfin résoudre le mystère du naufrage du sous-marin confédéré H.L. Hunley, le premier sous-marin de l'histoire à couler un navire de guerre ennemi.

Un siècle et demi après son naufrage et une décennie et demi après sa remontée, les scientifiques découvrent enfin la coque du H.L. Hunley. Les experts espèrent résoudre le mystère de la raison pour laquelle le célèbre sous-marin à manivelle a coulé pendant la guerre civile.

"C'est comme déballer un cadeau de Noël après 15 ans. Nous voulions le faire depuis de nombreuses années maintenant", a déclaré Paul Mardikian, conservateur principal du projet Hunley à North Charleston, Caroline du Sud.

Le Hunley a coulé le navire de blocus de l'Union USS Housatonic au large de Charleston en février 1864 alors que le Sud tentait de briser le blocus de l'Union en étranglant la Confédération. Mais le sous-marin et son équipage de huit hommes ne sont jamais revenus à terre.

Le Hunley a été découvert au large des côtes de la Caroline du Sud en 1995, élevé en 2000 et amené dans un laboratoire de conservation à North Charleston.

Il était recouvert d'une crasse durcie de sable incrusté, de sédiments et de rouille que les scientifiques appellent concrétion.

En mai dernier, il était enfin prêt à être baigné dans une solution d'hydroxyde de sodium pour décoller l'incrustation. Puis, en août, des scientifiques utilisant de petits ciseaux pneumatiques et des outils dentaires ont commencé le travail laborieux d'élimination du revêtement.

Maintenant, environ 70 pour cent de la coque extérieure a été révélée. Les dernières zones restantes ont été décrites comme des « points chauds médico-légaux ».

Friends of the Hunley, un groupe dédié à la conservation et éventuellement à l'exposition du navire, a déclaré que les parties restantes de l'extérieur du navire devraient être révélées au cours des prochaines semaines. L'équipe de restaurateurs de l'Université de Clemson a déjà fait des découvertes intéressantes, comme une zone de la coque où la surface métallique est estampée des lettres « C N ». Des experts enquêtent sur la signification du timbre, qui représenterait la fonderie où le fer Hunley a été forgé.

Mardikian a déclaré que la coque exposée a en effet révélé certaines choses qui pourraient aider à résoudre le mystère du naufrage.

"Je devrais vous mentir si je disais que non, mais il est encore trop tôt pour en parler", a-t-il déclaré. "Nous avons un sous-marin qui est crypté. C'est comme une machine Enigma."

Il a déclaré que les indices seront étudiés de près alors que les scientifiques tentent de reconstituer ce qui est arrivé au sous-marin de 40 pieds cette nuit-là en 1864.

Le Hunley avait un longeron de 16 pieds renversé avec une charge de poudre noire qui a explosé, coulant le Housatonic. Après un examen attentif du longeron il y a deux ans, les scientifiques ont supposé que l'équipage avait perdu connaissance par l'onde de choc de l'explosion.

Lorsque le Hunley a été soulevé pour la première fois, les scientifiques ont émis l'hypothèse que l'équipage était peut-être à court d'air avant de pouvoir retourner vers la côte. Les scientifiques ont également discuté de la possibilité que le sous-marin ait pu être coulé par une trappe ouverte.

Après que le Hunley a été soulevé, le sable et le limon et les restes de l'équipage à l'intérieur ont été enlevés.

En avril 2004, des milliers d'hommes en gris confédéré et bleu Union ont marché en procession avec les cercueils de l'équipage à quatre milles de la batterie du front de mer de Charleston au cimetière de Magnolia dans ce qui a été appelé les derniers funérailles confédérées.

Des artefacts fascinants de la guerre civile sont toujours en cours d'exhumation. Un nettoyage de la rivière Congaree à Columbia, SC, par exemple, peut conduire à la récupération de munitions confédérées saisies puis jetées par l'armée de l'Union du général William T. Sherman.


De nouvelles découvertes sur le sous-marin coulé de la guerre de Sécession, le H. L. Hunley, approfondissent le mystère

Même si le sous-marin confédéré H.L. Hunley n'a joué qu'un petit rôle dans la décision de l'issue de la guerre civile, il a laissé derrière lui un héritage de mystères, dont certains sont encore sans réponse et représentent un défi de taille pour les chercheurs.

Les Hunley est largement connu comme le premier sous-marin de combat à couler un navire de guerre. Cependant, une fois sa frappe réussie, il a été perdu en mer avec ses huit membres d'équipage à bord. Le sous-marin portait le nom de son inventeur, Horace Lawson Hunley, et était administré par l'armée des États confédérés à Charleston, en Caroline du Sud.

Les Hunley, près de 40 pieds de long, a eu une histoire mouvementée avant son attaque finale. Il a commencé à fonctionner en juillet 1863, mais le mois suivant a coulé lors d'un essai, tuant cinq personnes. Il a été soulevé et remis en service après cela, mais a ensuite coulé à nouveau. Cette fois, son inventeur, qui bien que n'étant pas membre de l'armée confédérée était à bord du navire, figurait parmi les huit vies perdues. Alors que ces deux fois le Hunley a été récupéré et remis en service, ce n'était pas le cas lorsqu'il a coulé pour la troisième fois.


Le 17 février 1864, le Hunley a entrepris d'attaquer et de couler le sloop à vis du côté de l'Union USS Housatonique, le navire chargé de tenir le bloc sur l'avant-port de Charleston. La mission a été un succès et le navire de guerre de l'Union a été envoyé au fond de la mer.

Ironiquement, le sous-marin s'est également retrouvé assis sur le fond marin. Il existe des preuves que le Hunley a survécu pendant une heure après la bataille. Pourtant, il a disparu, vraisemblablement coulé.

Les restes du sous-marin ont été localisés en 1995. Après le Hunley a été élevé en 2000, des travaux de récupération et de conservation sont en cours, à North Charleston, en Caroline du Sud. De temps en temps, les chercheurs proposent de nouvelles informations obtenues à partir de leurs examens approfondis du sous-marin.

Plus récemment, en juin 2017, les chercheurs ont publié des informations sur les restes humains découverts grâce aux travaux de conservation. Les chercheurs auraient finalement réussi à découvrir le compartiment de l'équipage du sous-marin. Il avait été scellé en raison de l'empiétement des sédiments et de l'exposition de l'océan depuis l'époque de la guerre civile.

Le nettoyage du vilebrequin qui servait à propulser manuellement le navire a donné lieu à des découvertes intéressantes. Dans les sédiments sur les supports de manivelle, une dent a été trouvée qui, selon les responsables, a très probablement dérivé et s'y est logée lorsque le corps de l'un des membres d'équipage s'est décomposé. Les restes d'une sorte de textile autour d'une petite enveloppe métallique trouvée autour de la manivelle ont également été étudiés, donnant un aperçu de la façon dont l'équipage a utilisé le sous-marin. Un archéologue Michael Scafuri a déclaré à l'affilié de CNN WCIV-TV à Charleston : « Lorsque vous tournez une barre de fer devant vous ou en dessous de vous, vous aurez besoin de quelque chose pour empêcher vos mains de les frotter ou de les frotter à vif. ”

Dessins de la CSS Hunley en 1900.

Bien que les nouvelles découvertes donnent un meilleur aperçu de la façon dont le sous-marin a été géré, le plus grand mystère de tous reste non résolu. Quelle est la raison exacte pour laquelle Hunley a coulé après sa grève réussie ?

Pour répondre à cela, il existe plusieurs scénarios. Selon l'un d'eux, le Hunley a été heurté par un navire de l'Union qui tentait de secourir le Housatonique. Ou le sous-marin a plongé au fond de la mer pour tenter d'éviter d'être détecté, puis n'a jamais réussi à revenir à la surface.

Retrait de la première section du banc de l'équipage au Warren Lasch Conservation Center, 28 janvier 2005. (Photographie avec l'aimable autorisation du U.S. Naval Historical Center.)

Apparemment, un loquet qui n'était pas entièrement fermé a été trouvé dans la tourelle avant du sous-marin. Comme le HunleyL'arme de l'Union aurait été attachée à un longeron, l'équipage aurait dû la livrer au navire de guerre de l'Union, et elle aurait alors explosé. Le sous-marin aurait pu être trop près lorsque la torpille a explosé. Il est possible que la coque du sous-marin ait été percée à ce moment-là. Ou les hommes auraient pu être rendus inconscients en raison du manque d'air respirable, et donc incapables de remettre le sous-marin en mouvement.

Le H. L. Hunley, suspendu à une grue lors de sa récupération au large du port de Charleston, le 8 août 2000. (Photographie du U.S. Naval Historical Center.)

Les restes humains trouvés plus tôt ont été enterrés en 2004, mais il convient également de noter que la plupart des restes humains ont été trouvés là où les hommes auraient exercé leurs fonctions. Ils n'ont pas été trouvés, par exemple, à une trappe d'évacuation.

Espérons que d'ici là, nous aurons une idée plus claire des raisons pour lesquelles le Hunley descendit aussi.


The Old Navy : les sous-marins confédérés

Au cours de sa courte vie, la Marine de la Confédération était responsable d'innovations dans la guerre navale qui ont affecté toutes les marines du monde. Le CSS à toute épreuve Virginie (Merrimac) et les « torpilles » qui ont causé l'inquiétude de l'amiral David G. Farragut à la Nouvelle-Orléans sont des contributions bien connues du Sud. La marine confédérée a également été la première à attaquer et à couler un navire ennemi avec un sous-marin.

En 1861, Horace L. Hunley, James R. McClintock et Baxter Watson ont mis en commun leurs connaissances techniques et leurs finances pour construire un sous-marin à la Nouvelle-Orléans. Nommé Pionnier, elle a été lancée à l'automne de cette année-là. La coque était une plaque de chaudière rivetée d'un quart de pouce. Elle mesurait environ 20 pieds de long, quatre pieds de large et six pieds de la quille au point le plus élevé. Deux des quatre membres d'équipage utilisaient des manivelles pour faire tourner l'hélice, fournissant ainsi la puissance motrice. Le troisième était équipé de pompes pour prendre ou décharger l'eau des réservoirs pour contrôler la profondeur du sous-marin sous la surface, et le capitaine a dupé le navire et a agi en tant que navigateur. L'air frais est entré dans le bateau par le premier tuba au monde, constitué d'un tuyau en caoutchouc dont l'extrémité extérieure était maintenue au-dessus de la surface par un flotteur. Le gouvernail de direction et les avions de plongée étaient tous deux situés à l'avant.

L'arme offensive du sous-marin était une "torpille" fixée à l'extrémité d'un long longeron en bois qui s'étendait vers l'avant depuis la proue du sous-marin. Cette torpille se composait d'une charge explosive avec une amorce, un cordon et une barbe de fer. L'attaque a été menée en enfonçant la cible sous l'eau avec le longeron, ce qui a provoqué la fixation de la torpille (y compris une extrémité de la longe) par la pointe de fer au corps sous-marin de la cible. Le sous-marin a alors reculé, et la tension sur la longe reliant le sous-marin et la charge a actionné l'amorce et a fait exploser la charge.

Peu de temps après avoir démontré avec succès ses capacités de plongée dans le lac Pontchartrain, la Pionnier a coulé inexplicablement et son équipage a péri. Elle a été immédiatement relevée et réparée. Au cours d'un entraînement supplémentaire au shakedown, plusieurs cibles, dont une petite goélette, ont été coulées, mais le Pionnier jamais opéré contre l'ennemi du Nord. Lorsque la flotte de l'amiral Farragut força l'entrée du Mississippi en avril 1862, le Pionnier a été sabordé pour l'empêcher de tomber entre les mains des Yankees. De nombreuses années plus tard, des garçons nageant dans le lac Pontchartrain ont découvert la carcasse qui a ensuite été élevée et préservée. Le plus ancien sous-marin existant aujourd'hui est maintenant situé sur le terrain du Louisiana State Museum.

Après la chute de la Nouvelle-Orléans, le groupe de Hunley a déménagé à Mobile, en Alabama, et a construit deux autres sous-marins. Le premier s'est perdu dans une mer agitée et le second, un plus gros bateau nommé le Hunley, a été construit à partir d'une ancienne chaudière à vapeur. Il mesurait environ 35 pieds de long et transportait un équipage de neuf personnes, dont huit manivelle pour assurer la propulsion. Il y avait deux écoutilles, une à l'avant et une à l'arrière. La section transversale de la coque était si petite que les membres d'équipage ne pouvaient pas se croiser une fois à bord. L'éclairage intérieur se faisait à la bougie, et comme le Hunley n'avait pas de tuba, cela utilisait de l'oxygène précieux. Ce bateau avait également des poids attachés à la quille qui, en théorie, pouvaient être rapidement libérés en cas d'urgence pour fournir une flottabilité positive, faisant immédiatement refaire surface le sous-marin.

En 1863, le Hunley a été expédié par voie terrestre pour attaquer la flotte de blocus au large de Charleston, en Caroline du Sud. En moins d'un an, une série d'incidents s'est produite. Gisant à côté d'un quai avec l'équipage à bord et les écoutilles ouvertes, le sillage d'un ferry à roues latérales qui passait a balayé le bas franc-bord du sous-marin et s'est déversé dans les écoutilles, coulant le sous-marin. Le lieutenant John A. Payne, le commandant, était le seul survivant. Le deuxième accident s'est produit lorsque le Hunley a coulé dans une rafale. Again, Payne escaped as did two other members of the crew. LesHunley was again raised, only to capsize a short time later. In this incident four crew members, including Lieutenant Payne, escaped. The fourth tragedy struck when the submarine sank in the soft mud on the bottom of Charleston harbor. There were no survivors. Nevertheless, Hunley persuaded Confederate naval authorities to allow him to organize another crew. On a practice dive, the Hunley fouled a schooner anchor cable and sank with all hands.

Les Hunley was now known as the “peripatetic coffin.” But in spite of her tragic history, Lieutenant George E. Dixon induced the authorities to allow him to assemble still another volunteer crew to continue operations. In an early test dive, Dixon and his crew were submerged for over two and one-half hours, surfacing just as the submarine was once more being given up for lost. A pump had struck, and the crew managed to repair it and reach the surface at the point of total exhaustion. Foregoing any more training, Lieutenant Dixon decided to attack the new 1,500-ton USS Housatonic which had joined the blockading fleet off Charleston.

As originally designed, the Hunley’s weapon system differed from that of the Pionnier. Les Hunley was designed to tow a torpedo astern. The attacking submarine passed under the target towing her buoyant charge which exploded when it bumped into the underwater hull of the target.

However, for the attack on the Housatonic a spat torpedo similar to that of Pionnier was used. The force of impact was designed to explode the 100-pound charge. In view of diving unreliability, it was determined to attack on the surface at night.

The attack was launched on 7 February 1864. The Hunley was spotted by the Housatonic crew members who took the small dark object approaching the ship under rifle fire. However, they were unable to force the submarine to turn aside. The attack was pressed home, and the Housatonic sank in minutes with the loss of five men. Les Hunley also sank in minutes with the loss of all hands. (One report indicates that Lieutenant Dixon was seen in Charleston the following day, but this has never been verified.)

Years later, divers discovered both ships lying on the bottom near the entrance to Charleston Harbor the Hunley with her hatches open, still headed toward her target. Lieutenant Dixon had been ordered to close the hatches of the submarine during the attack to prevent the large wave that would be created by the explosion from sinking the boat. He had not done so, and, as predicted, the explosion cascaded water into her and she sank for the last time. With her, Confederate hopes that submarines could lift the strangling blockade also perished.


The Sinking Of America’s First Combat Sub Was A Mystery For 150 Years — Until Now

On February 17, 1864, the 12-foot-long Confederate submersible H. L. Hunley became the first combat sub in American history to sink a surface warship, torpedoing the U.S. Navy’s three-month-old sloop-of-war USS Housatonic as it participated in the Union blockade of Charleston, South Carolina. But instead of returning home, the Hunley sank immediately after, killing all eight of the Confederate crewmen on board. It was the short-lived sub’s third and final sinking.

Here’s where things get weird. When the sub was first discovered in 1995 and raised from the depths of Charleston’s harbor in 2000, conservators were presented with a strange scene: The crew had apparently died seated at their battle stations, the bilge pumps and ballast weights untouched. The configuration of Hunley’s hatches suggested there had been no attempts to escape the doomed vessel. There were no signs of physical trauma based on the crew’s skeletal remains. To the untrained eye, it appeared that the Hunley’s crew celebrated their historic attack on the Housatonic by just up and dying.

The cause of the Hunley’s demise has remained largely a mystery for more than 150 years — until now.

Inboard profile and plan drawings for the H. L. Hunley, based on sketches by W.A. Alexander, who directed her construction.Photo via U.S. Naval Historical Center/Wikimedia Commons

In a fascinating new analysis, partially funded by U.S. Army’s Multidisciplinary University Research Initiative program and published in the peer-reviewed journal PLOS Un, engineers and scientists led by Duke University biomechanist Rachel Lance concluded after a three-year study that the Hunley, well… sank itself.

After deploying its primary weapon, a 135-lb copper spar torpedo filled with explosive black powder — affixed to a long wooden pole and activated by the pull of a cord — the crew detonated the munition less than 16 feet from the Hunley’s bow. The force of the detonation and resulting shockwave killed the Confederate sub crew instantly.

The H. L. Hunley as it would have appeared in attack position on the evening of February 17, 1864.Photo via Michael Crisafulli/The Vernian Era/PLOS One

“The blast produced likely caused flexion of the ship hull to transmit the blast wave the secondary wave transmitted inside the crew compartment was of sufficient magnitude that the calculated chances of survival were less than 16% for each crew member,” Lance and her colleagues explain. “The submarine drifted to its resting place after the crew died of air blast trauma within the hull.”

Popular Science has a more macabre description: The sailors were “struck so hard by the force of their own torpedo&aposs blast that the soft tissues of their lungs and brains would have taken immediate, fatal damage.” Gross.

But apart from solving a mystery, the research also presents a cautionary tale for engineers focused on underwater warfare. “It was the combination of all the simultaneous design changes: conversion from wood to wrought iron, sinking the vessel deeper in the water, lowering the torpedo, and attaching the charge much closer at the end of a spar that ultimately led to the demise of the crew,” the authors write. “The H.L. Hunley presents the first documented case of primary blast-induced fatality to personnel within a structure.”

It would take another four decades for submersibles to really make their mark on naval warfare, sinking surface vessels without the Pyrrhic aftermath of the Hunley’s assault. But sub warfare and the potentially deadly consequences of underwater explosions all begin with the story of those eight Confederate soldiers who accidentally doomed themselves with a spar torpedo.

Jared Kelleris the executive editor of Task & Purpose. His writing has appeared in Aeon, the Los Angeles Review of Books, the New Republic, Pacific Standard, Smithsonian, and The Washington Post, among other publications. Contact the author here.


H.L. Hunley

In July 1863 the siege of Charleston began when U.S. forces moved onto Morris Island. Confederate general P. G. T. Beauregard had the H. L. Hunley brought to Charleston to operate against the U.S. Navy blockading squadron.

On the night of February 17, 1864, the Confederate submarine H. L. Hunley attacked and sank the USS Housatonic about four miles off Sullivan&rsquos Island. This was the first successful sinking of an enemy ship in warfare by a submersible in the history of the world.

Constructed in Mobile, Alabama, the vessel was named for Horace L. Hunley, one of its investors and owners. The iron vessel was forty feet long, five feet tall, and four feet wide. Ballast tanks located in the bow (front) and stern (rear) filled with water to submerge the submarine to resurface, a pump forced the water out. It was originally designed to pull a &ldquotorpedo&rdquo (mine) behind, dive under a ship, and have the torpedo explode on contact.

The crew was composed of eight members. A captain at the bow served as the navigator and operated the dive planes, rudder, and pump. The remaining seven crew members, in the vessel&rsquos midsection, operated a hand crank connected to the propeller. This method of propulsion could move the submarine through the water as fast as four knots. A bellows, between the captain and crew, was connected to a snorkel and pumped fresh air into the submarine.

In July 1863 the siege of Charleston began when U.S. forces moved onto Morris Island. Confederate general P. G. T. Beauregard had the H. L. Hunley brought to Charleston to operate against the U.S. Navy blockading squadron. Once there, it was discovered that the towed torpedo was neither practical nor safe, and it was instead placed on a seventeen-foot-long iron spar. By the time of her final attack, the Hunley&rsquos spar was located at the bottom of the bow. There is also evidence that the ninety-pound explosive was designed to be rammed against a wooden hull where barbs fixed it to the vessel and it detached from the spar. The submarine would move back and a lanyard (rope) running from to the submarine to the torpedo would detonate the explosive.

The crew, unfamiliar with the harbor, did not immediately attack the Union ships. Because of the delay, Confederate military authorities confiscated the H. L. Hunley. On August 29, 1863, it sank due to human error and five crew members drowned. The vessel was recovered and Hunley regained control of the submarine. During a diving drill in Charleston Harbor on October 15, 1863, it failed to surface and all eight crew members, including Hunley, drowned.

Recovered again, the submarine was moved to a location behind Sullivan&rsquos Island at Breach Inlet. Lieutenant George E. Dixon, who had trained on the submarine, assumed command, recruited a new crew, and trained for a mission against the blockading squadron. Influenced by the loss of thirteen crew members in the two accidental sinkings, Beauregard ordered the vessel to operate only on the surface. On the night of February 17, 1864, the submarine attacked and sank the USS Housatonic. Cependant, le H. L. Hunley was also lost. Discovered in 1995, the submarine was recovered on August 8, 2000, and underwent a multimillion-dollar conservation effort.

A non-profit organization, The Friends of the Hunley, was organized in the early 2000s for the purposes of research, conservation, and education. The work of this organization has resulted in the Hunley and artifacts related to it being on display at the Warren Lasch Conservation Center in the former Charleston Naval Yard in North Charleston.


Famous Shipwrecks Recovered and Raised

On August 8, 2000, the remains of Confederate submarine H.L. Hunley were raised to the surface 136 years after this pioneering vessel was sunk, probably by itself during the US Civil War. The Hunley joins the roster of famous or infamous vessels that have been discovered on the sea floor and either raised or with major parts of the vessel recovered. Today we list 10 of the most famous or interesting such shipwrecks (though 5 of them are from one incident!).

Creuser plus profond

1. HL Hunley, Confederate Submarine, sunk 1864, recovered 2000.

H. L. Hunley in sodium hydroxide bath, July 2017. Photograph by Pi3.124.

We have previously discussed the Hunley in “10 “Oops!” Moments in Naval History” and the fact that this first ever combat effective submarine had accidentally sunk itself twice before it became the first submarine in naval history to sink another ship, the USS Housatonic, in 1864. Using a large explosive charge at the end of a 22 foot long pole driven against the hull of the unsuspecting Housatonic blew a big hole in that ship, sinking the US Navy ship and creating panic among the Union vessels blockading the Charleston, South Carolina harbor. Sadly for the crew of the Hunley, all 8 men aboard the sub died as the Hunley was destroyed by the blast that sunk the Housatonic. Although the wreck of the Housatonic was located easily, the wreck of the Hunley remained elusive for over a century, as searchers never thought to look on the seaward side of the wreck of the Housatonic, assuming the Hunley had to be on the landward side since that is the direction the attack had come from. Exact credit for and date of the discovery of the Hunley is disputed, but in any case, in 2000 large parts of the old submarine were brought to the surface. The partly reconstructed sub can be visited and viewed at the Warren Lasch Conservation Center in North Charleston, South Carolina. (Noter: The crew may have been killed by the explosion itself rather than from drowning due to leaks caused by the explosion.)

2. USS Surveiller, Ironclad warship, sunk 1862, recovered 1973-present.

The turret, moments after it reached the surface, secure in the “spider” lifting frame. U.S. Navy photograph by Photographer’s Mate 1st Class Martin Maddock.

The 1860’s were a time of important naval advancements, with the proliferation of steam powered warships and breech loading cannons combined with the armor plating of exposed areas of some ships. While not the first steam powered ironclad warships, the Moniteur USS et CSS Virginie (former USS Merrimac) had fought an epic and historic battle at Hampton Roads in 1862, the first documented battle of ironclad (armored) warships. Neither the Surveiller ou la Virginie survived the year 1862, the Virginie scuttled and blown up by her crew to prevent her capture, and the Surveiller sunk in heavy weather while being towed past Cape Hatteras, North Carolina. Unfortunately, 16 of her crew of 62 were lost in the sinking. The possible wreck of the Surveiller may have been located as early as 1949, though sea currents prevented divers from examining the site. Discovered for real in 1973, the massive single turret was raised, and over the following years much of the rest of the wreck has been raised as well. The recovered portions of the Surveiller are on display at the Mariners’ Museum in Newport News, Virginia.

3-7. 5 US Battleships sunk at Pearl Harbor, 1941, recovered and refloated 1942.

USS Nevada beached and burning as a result of damage sustained during the attack on Pearl Harbor. Official U.S. Navy Photograph 80-G-19940, now in the collections of the U.S. National Archives.

Sadly, the other 2 battleships sunk during Pearl Harbor Japanese surprise attack of December 7, 1941, the USS Oklahoma et USS Arizona, were damaged beyond repair and could not be repaired and returned to service, although the Oklahoma was refloated, she was too damaged to repair. On the other hand, despite the seemingly catastrophic blow to the US Navy’s battleship fleet, 5 of the stricken battleships that fell victim during the Pearl Harbor attack, the USS Californie, USS Nevada, USS Virginie-Occidentale, USS Maryland et USS Tennessee, were raised and repaired, and eventually returned to service during World War II. (The USS Californie had been in dry dock during the attack, and thus was not actually sunk.) The Japanese victory at Pearl Harbor turned out to be far less of a complete smashing of the US Fleet than they had thought, not counting on the resolve and ingenuity of Americans to raise those sunken battleships and return them to action.

8. Maud (aka, Baymaud), stuck in ice, 1926, sunk 1930, raised and refloated 2016.

Maud at Vollen on 18 August 2018. Photograph by Svend Aage Madsen.

Famed Arctic/Antarctic explorer Roald Amundsen had the wooden hulled ship he named Maud in honor of the Queen of Norway built for an expedition through the Northwest Passage from 1918 to 1924. (That is how long it took to navigate the Northwest passage from the Atlantic to the Pacific.) The ship was sold to the Hudson Bay Company and renamed the Baymaud, and got stuck in the Arctic ice near Cambridge Bay, Victoria Island in what is now the Province of Nunavut, Canada. Unable to free the ship from the ice, the vessel eventually sank in 1930 and remained on the sea floor until she was raised in 2016 and actually refloated! Placed on a special barge, Maud was painstakingly transported back to Vollen, Norway, arriving in 2018. Presumably the ship will become some sort of museum attraction.

9. Vasa, Swedish ship of war, sunk 1628, raised 1961.

We have written extensively about naval blunders that we call “Oops Moments” (see link “Oops!” Moments in Naval History” above), and the Vasa is surely one of those maritime blunders, having sunk on her maiden voyage less than a mile into her first voyage! Boasting 64 guns, of which 48 were big 24 pounders, the Vasa was one of the most heavily armed ships of her day, though dangerously top heavy due to her heavy armament. Encountering a brisk wind right after setting off, she quickly foundered and sank, remaining on the sea bed until raised (but not refloated) in 1961. Many artifacts have been recovered and a surprisingly large amount of her hull has also been raised and reconstructed on land, where it can be seen at the Vasa Museum in Stockholm, Sweden. The preservation of wood so long under the sea was a daunting task, and the timbers that were Vasa was sprayed with polyethylene glycol for 17 years before being allowed to dry!

10. Roman ship in Rhone River, sunk circa year 1, raised 2011.

Map of Roman Gaul by Gustav Droysen (1886).

In 2001, archaeologists not only found the unlikely remains of 102 foot long Roman barge (that also had a square sail) underneath the mud at the bottom of the Rhone River in France, but by 2011 they also raised much of the ancient vessel and it is now on display! Incredibly fragile and prone to rotting away once raised, as with other old shipwrecks conservation measures had to be meticulous in not only gently raising the pieces but also in preserving them. The fascinating relic can be viewed at the Musée départemental Arles Antique in Arles, France.

Question pour les étudiants (et les abonnés): What ship would you like to see raised? S'il vous plaît laissez-nous savoir dans la section commentaires sous cet article.

Si vous avez aimé cet article et souhaitez recevoir une notification de nouveaux articles, n'hésitez pas à vous abonner à Histoire et titres en nous aimant sur Facebook et devenir l'un de nos mécènes !

Votre lectorat est très apprécié !

Preuve historique

Pour plus d'informations, veuillez consulter…

Hocker, Frederick. Vasa: A Swedish Warship. Medstroms Bokforlag, 2011.

The featured image in this article, a photograph by Barbara Voulgaris, Naval Historical Center, of Confederate Submarine H.L. Hunley, suspended from a crane during her recovery from Charleston Harbor, 8 August 2000, is a work of a sailor or employee of the U.S. Navy, taken or made as part of that person’s official duties. As a work of the U.S. federal government, it is in the public domain aux Etats-Unis.

À propos de l'auteur

Major Dan is a retired veteran of the United States Marine Corps. He served during the Cold War and has traveled to many countries around the world. Prior to his military service, he graduated from Cleveland State University, having majored in sociology. Following his military service, he worked as a police officer eventually earning the rank of captain prior to his retirement.


Voir la vidéo: Le Sous-Marin U-1206, coulé par ses toilettes - Anecdotes Petites Histoires.