Ely S. Parker

Ely S. Parker


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Ely Samuel Parker (Hasanoanda), membre de la tribu Seneca, est né dans le comté de Genesee vers 1828. Éduqué par les missionnaires Parker, il se rendit à Washington en 1846 pour aider à promouvoir les droits de son peuple.

Parker se lie d'amitié avec Lewis H. Morgan, le fondateur du Grand Ordre des Iroquois. Morgan a expliqué que le but de l'organisation était « d'encourager un sentiment de bienveillance envers l'Indien fondé sur une connaissance plus exacte de ses institutions civiles et domestiques, et de ses capacités d'élévation future ». Parker a travaillé comme interprète et collaborateur dans la recherche qui a produit le livre La Ligue des Iroquois (1851).

Refusé de devenir avocat, Parker a suivi une formation d'ingénieur civil. Alors qu'il travaillait à Galenta, dans l'Illinois, il a rencontré le général Ulysses Grant. Pendant la guerre de Sécession, il a servi sous les ordres de Grant en tant qu'officier d'état-major. Il a finalement atteint le grade de lieutenant-colonel. Après la guerre, Parker est l'aide de camp de Grant (1866-1869).

Parker a également été commissaire des Affaires indiennes. Il a également été un trader prospère sur le marché de Wall Street avant d'être employé par le service de police de New York.

Ely Samuel Parker est décédé à Fairfield, Connecticut, le 31 août 1895.


Ely S. Parker - Histoire

Biographie d'Ely Parker

4/4/00 Un temps de crise
Ely Parker est né en 1828, lors d'une balade en buckboard de 30 milles alors que ses parents rentraient chez eux à toute vitesse dans leur réserve de Tonawanda, dans l'ouest de New York. Elizabeth et William Parker ont appelé leur nouveau fils Ha-sa-no-an-da, traduit de Seneca en "Leading Name" et ils l'ont élevé dans les traditions de la Ligue autrefois dominante des Haudenosaunee (également connue sous le nom de Six Nations ou Iroquois). Mais les XVIIIe et XIXe siècles ont apporté des changements rapides qui définiraient les premières années de Ha-sa-no-an-da. Alors que les colonies blanches se pressaient sur Tonawanda, Elizabeth Parker envoya son fils dans une école de la mission baptiste où il pourrait suivre une éducation ordinaire. Là, Ha-sa-no-an-da a acquis une nouvelle identité, il a adopté le prénom du ministre de l'école et a commencé à s'appeler Ely Parker.

L'éducation du « monde blanc » d'Ely est devenue primordiale lorsque la crise a frappé Tonawanda : les traités de 1838 et de 1842 ultérieurs de Buffalo Creek menaçaient de déplacer les Senecas vers le Kansas. Alors que les anciens prévoyaient des appels étatiques et fédéraux, une série d'événements fatidiques placerait Ely dans un rôle de leadership. Le premier était un contact avec des soldats anglais qui se moquaient des tentatives infructueuses d'Ely en anglais. Le fier jeune Seneca a juré de ne plus jamais se moquer, et en 1842, il a commencé à fréquenter l'Académie Yates où il a maîtrisé la langue anglaise sous toutes ses formes. Les anciens de Seneca avaient observé les progrès du jeune de 14 ans et l'avaient nommé traducteur, scribe et interprète pour la correspondance cruciale et les réunions avec les dirigeants du gouvernement.

La porte ouverte
Lewis Henry Morgan voulait « sonner le cri de guerre », lorsqu'il a repéré Ely Parker en 1844, et cette rencontre fortuite allait conduire à un partenariat de six ans, l'un des plus influents dans la vie de Parker. Sa documentation sur la culture haudenosaunee était essentielle aux études anthropologiques de Morgan. En retour, Morgan a soutenu l'assimilation de Seneca, organisant son admission dans l'élite blanche de l'Académie Cayuga. L'accueil d'Ely était hostile, mais les défis de ses camarades de classe n'ont servi qu'à renforcer sa confiance en lui. Il était prêt pour un nouveau test - dans l'arène de la politique nationale.

En 1846, Parker se rendit à Washington, DC en tant que « voix » des Senecas dans leur combat pour la réserve de Tonawanda. Pendant un an, il a fait pression à la Maison Blanche et au Capitole, mais ses efforts se sont soldés par une défaite fulgurante. Malgré les promesses de soutien, un comité sénatorial a voté contre la pétition de Tonawanda.

Alors que les Sénèques menaient leur campagne devant les tribunaux, Parker poursuivait ses ambitions personnelles. Pendant un certain temps, il a étudié le droit, mais il a été déraillé par les politiques racistes de l'État de New York. Puis en 1850, Lewis Henry Morgan lui trouve un poste d'ingénieur civil. Ce travail a amené Ely Parker à Rochester, New York, pour l'expansion du canal Érié. Ses expériences là-bas l'ont entraîné plus loin dans le courant dominant blanc, et Rochester est devenu le cadre de grandes réalisations dans sa vie. En 1851, Parker a été promu en ingénierie, a célébré la publication de la Ligue des Ho-de-no-sau-nee ou Iroquois et a été installé comme Sachem de la Confédération des Six Nations. Six ans plus tard, Do-ne-ho-ga-wa (le nouveau prénom de Parker, traduit par « Porte ouverte ») a établi son plus grand héritage lorsqu'il a dirigé des négociations de traité qui ont permis aux Senecas de Tonawanda de racheter environ les deux tiers de leur réserve. terre.

La décennie suivante a marqué un autre tournant pour Ely Parker. En 1857, il s'installe à Galena, dans l'Illinois, pour superviser la construction d'un bureau de douane fédéral. Il avait 29 ans, un homme dans la fleur de l'âge, qui allait établir une réputation nationale pour ses compétences en ingénierie. Alors qu'il était à Galena, il rencontra Ulysses S. Grant, qui en 1860 était un ancien officier de l'armée languissant comme commis dans le magasin de son père. Le lien qu'ils ont forgé a changé la vie de Parker. En 1863, il rejoint le « grand capitaine » de la guerre civile, s'élevant au poste de secrétaire militaire. Aux dernières heures de cette guerre, Parker a laissé sa marque indélébile dans l'histoire américaine lors de la capitulation d'Appomattox.

Héros ou traître ?
L'ascension fulgurante d'Ely Parker dans la société blanche ne s'est pas terminée avec la guerre civile. En 1865, il a suivi le général Grant à Washington, DC, et s'est taillé une nouvelle place dans l'histoire américaine. Alors que l'expansion des colonies blanches augmentait les soi-disant guerres indiennes à l'ouest, Parker est devenu un porte-parole de "l'arrière-grand-père à Washington" et un consultant clé sur les politiques indiennes.

Pourtant, à mesure que son pouvoir politique augmentait dans la capitale nationale, les critiques des Tonawanda Senecas augmentaient également. Ils l'ont accusé de négligence, et son mariage en 1867 avec une mondaine blanche nommée Minnie Orton Sackett n'a pas fait grand-chose pour combler un gouffre culturel grandissant. Ely Parker était en métamorphose, il rejetait la tradition haudenosaunee et s'alignait sur l'Amérique blanche.

Le changement d'attitude de Parker est devenu une partie de la politique nationale en 1869 lorsque le président Ulysses S. Grant l'a nommé commissaire des Affaires indiennes. Il a été le premier Indien d'Amérique à occuper ce poste et est devenu l'administrateur de la politique de paix qui était une caractéristique de l'administration de Grant. Le soutien de Parker à la force militaire était controversé, mais en l'espace d'un an, les guerres indiennes ont été réduites à des épidémies sporadiques.

Malgré les premiers succès, le mandat de Parker en tant que commissaire a été bref, sa disgrâce orchestrée par un ennemi politique qui l'a accusé d'inconduite. Un comité du Congrès de 1871 l'a blanchi de toutes les accusations de fraude, mais le commissaire a été déchu de ses pouvoirs. En août 1871, Parker démissionna de son poste, laissant pour toujours la politique et Washington.

Ely et Minnie ont déménagé à Fairfield, Connecticut, où ils ont commencé une nouvelle vie dans un cadre de livre d'histoires. Parker est devenu un homme d'affaires, avec des déplacements quotidiens à New York où il a fait fortune à Wall Street. Mais en moins de cinq ans, les fortunes qu'il avait faites ont été perdues. En 1876, l'ancien commissaire aux Indiens n'était pas au courant, avec peu de possibilités laissées ouvertes.

Le cercle est bouclé
Les Parkers de Tonanwanda ont partagé une attitude envers l'adversité : « Ne perdez pas de temps à pleurer les échecs du passé. Les larmes vous font mal à la gorge. Regardez devant vous, il y a encore du travail à faire. Avec ses fortunes perdues à Wall Street, Ely Parker est simplement passé à autre chose. Il a essayé de réintégrer l'ingénierie, mais a constaté que ses compétences étaient dépassées. "La profession m'a échappé", a écrit Parker. "Les jeunes hommes étaient recherchés pour leur activité, et les vieillards étaient écartés."

En 1876, Parker a finalement trouvé un emploi stable comme commis de bureau au service de police de la ville de New York. C'était sa dernière carrière, avec peu de responsabilités et un salaire très modeste, mais pendant son séjour à New York, Parker a rejoint des organisations d'anciens combattants et a relancé pendant un certain temps sa carrière de conférencier. Lorsque Minnie Parker a donné naissance au seul enfant du couple, Maud, en 1878, Ely est devenu un père dévoué.

Puis une autre femme est entrée dans la vie de Parker : une poétesse et étudiante des Haudenosaunee nommée Harriet Maxwell Converse. Leur profonde amitié et les questions douces de Converse ont ravivé l'intérêt de Parker pour sa culture traditionnelle. Il a commencé à remettre en question le chemin de sa vie et à évaluer le prix de marcher dans deux mondes. Bien qu'il ait regretté plusieurs de ses actions, l'esprit de Do-Ne-Ho-Ga-Wa- a été ravivé.

Parker a passé ses dernières années sur terre à lutter contre une maladie rénale, le diabète et de graves accidents vasculaires cérébraux. En 1895, il se coucha tôt et mourut dans son sommeil.

Les Haudenosaunee voient toute la vie comme un cercle, et dans la mort, Ely Parker est revenu à ses débuts. En 1897, son corps a été ré-inhumé dans les terres natales de Seneca dans l'ouest de New York, à côté de la tombe de l'orateur Seneca Red Jacket. Et avec cela, le dernier élément du rêve prophétique de sa mère s'est accompli. La boucle était bouclée.


Ely Samuel Parker est décédé

Aujourd'hui dans l'histoire maçonnique, Ely Samuel Parker décède en 1895.

Ely Samuel Parker était un chef de tribu Sénèque, avocat et ingénieur.

Parker est né en 1828 à Indian Falls, New York. Il est né Ha-sa-no-an-da, plus tard, il a été baptisé, son père était un pasteur baptiste et s'appelait Ely Samuel Parker. Il a reçu une éducation classique dans une école missionnaire. Il était également parfaitement bilingue et parlait sénèque (iroquois) et anglais. Parker a travaillé dans un cabinet d'avocats, lisant le droit. À l'époque, les Amérindiens n'étaient pas considérés comme des citoyens des États-Unis, la loi sur la citoyenneté indienne de 1924 a changé cela, de sorte que Parker n'a pas été autorisé à passer l'examen du barreau. Dans le livre Enterre mon coeur à Wounded Knee on prétend que Parker n'a pas été autorisé à passer l'examen du barreau parce qu'il n'était pas un homme blanc.

Dans les années 1840, Parker a rencontré Lewis Henry Morgan, qui était à la tête d'une organisation appelée Le Grand Ordre des Iroquois. Le groupe était composé de jeunes hommes blancs qui souhaitaient en savoir plus sur la culture amérindienne. Parker et Morgan sont devenus des amis rapides. Morgan et d'autres jeunes hommes intéressés se réunissaient souvent dans la maison Parker pour en apprendre davantage sur les Sénèques et les Iroquois. Morgan écrira plus tard un livre sur le sujet. Il dédierait le livre à Parker et l'appellerait une collaboration des deux hommes.

Morgan aiderait Parker à entrer au Rensselaer Polytechnic Institute pour étudier l'ingénierie. Une fois qu'il a obtenu son diplôme, Parker a pu trouver du travail pour effectuer des mises à niveau et de l'entretien sur le canal Érié. Il travaillerait également à Galena, dans l'Illinois. C'est à Galena que Parker a rencontré et s'est lié d'amitié avec Ulysses S. Grant.

Lorsque la guerre de Sécession éclate, Parker tente de lever une unité de volontaires iroquois. Ils ont été rejetés par le gouverneur de New York. Parker a alors décidé de rejoindre l'armée et a été refusé parce qu'il n'était pas considéré comme un citoyen américain. Parker a contacté son ami Grant. Grant l'a mis en service comme ingénieur et finirait par faire de Parker son adjudant. Parker serait responsable d'une grande partie de la correspondance de Grant. À la fin de la guerre, Parker a démissionné de son poste de brigadier-général Brevet.

Lorsque Grant a été élu président, il a nommé Parker commissaire des Affaires indiennes de 1869 à 1871. Après que Parker a quitté son poste, il a investi dans le marché boursier. Il a malheureusement perdu toute sa fortune dans la panique de 1873. Il a ensuite été nommé au conseil des commissaires du comité des fournitures et des réparations du département de police de New York.

Parker est décédé le 31 août 1895.

Parker était membre de la Batavia Lodge No. 88 en 1847. Il était membre de diverses loges à New York et dans l'Illinois. Il était également membre du York Rite (Chapitre, Conseil, Commanderie) à New York ainsi qu'en Illinois.


Ely S. Parker - Histoire

Ely S. Parker est né dans la réserve Seneca à Tonawanda dans l'ouest de New York en 1828. Ses parents l'ont élevé dans les traditions de la Ligue des Haudenosaunee (également connue sous le nom de Six Nations ou Iroquois), mais l'ont également éduqué dans une mission baptiste. l'école. Là, il prend le prénom du ministre de l'école et se fait appeler Ely Parker.

Une rencontre fortuite avec l'anthropologue Lewis Henry Morgan a grandement influencé la vie d'Ely. Morgan l'a parrainé pour son admission à l'alma mater de Morgan, la Cayuga Academy, une école d'élite à Aurora, dans le comté de Cayuga, dans l'ouest de New York. Ely a rencontré des difficultés à l'école qu'il a décrites dans une lettre à un ami :

« Une ou deux fois, j'ai été sévèrement maltraité. Mais je rendais coup pour coup avec une férocité sauvage. ne pouvait pas être aidé."

L'académie offrait une excellente éducation et le programme comprenait le latin, le grec et les sciences. Ely a participé à de nombreux débats scolaires et est devenu le principal orateur de l'Académie. Sa maîtrise de l'anglais lui a permis de devenir le traducteur, le scribe et l'interprète des anciens Sénèques lors de leurs réunions et de leur correspondance avec le gouvernement des États-Unis.

Après trois ans à la Cayuga Academy, Parker s'est rendu à Washington, D.C. pour faire pression pour le droit des Seneca de rester dans la réserve de Tonawanda. Malgré les promesses de soutien, un comité sénatorial a voté contre la pétition de Tonawanda.

À l'âge de 18 ans, Parker a déménagé dans le comté de Cattaraugus, dans l'ouest de l'État de New York, où il a commencé ses études de droit dans les cabinets d'avocats d'Ellicottville d'Angel and Rice. Mais lorsqu'il a demandé son admission au barreau de New York, la Cour suprême de New York a statué que seuls les citoyens nés ou naturalisés pouvaient être admis à exercer et, en tant que Seneca, il n'était ni l'un ni l'autre.

Parker a ensuite étudié le génie civil au Rensselaer Polytechnic Institute, et lorsqu'un projet d'extension du canal Érié a été approuvé, Parker a été nommé ingénieur résident à Rochester, New York. À cette époque, les Seneca ont proclamé Parker Sachem des Six Nations et, avec son avocat John Martindale, il a poursuivi la bataille de 20 ans pour préserver les terres natales de Tonawanda pour les Seneca en engageant quatre poursuites contre la Ogden Land Company et leurs concessionnaires. . Une affaire a été perdue devant la Cour suprême de New York et une seconde en appel devant la Cour d'appel de New York, mais, dans les deux autres, la Cour d'appel de New York et la Cour suprême des États-Unis ont confirmé les droits du Seneca. . Ces cas étaient Fellows c. Forgeron et New York ex rel. Cutler v. Planter.

Le Dr Stephen Saunders, Maxwell School de l'Université de Syracuse, a écrit que la décision de la Cour suprême dans cette dernière affaire "a inspiré un traité du Sénat, qui a permis aux Tonawanda Senecas d'utiliser une partie importante des ressources mises de côté pour leur renvoi au Kansas pour racheter plus de 7 mille acres de la réserve Tonawanda. Et pour établir un foyer permanent pour eux-mêmes, comme il s'est avéré, un foyer permanent pour cette tradition que tout le monde pensait être sur le point de mourir. C'est l'héritage d'Ely Parker."

Parker a ensuite repris sa carrière d'ingénieur et il est devenu ingénieur pour le département du Trésor américain. À ce titre, il se rend à Galena, dans l'Illinois, pour superviser la construction du bâtiment des douanes américaines. Là, il a rencontré Ulysses S. Grant et une forte amitié s'est développée entre les deux hommes. Pendant la guerre de Sécession, Ely Parker a été nommé lieutenant-colonel et a servi comme adjudant du lieutenant-général Ulysses S. Grant. Il faisait partie du petit cadre qui a accompagné Grant, alors commandant des forces américaines, à la reddition de l'armée du général Lee à Appomattox. Dans l'un des événements les plus importants de l'histoire des États-Unis, ce fut Ely Parker qui rédigea la copie officielle des termes de la reddition signée par le général Grant et le général Lee.

Après la guerre de Sécession, Parker est nommé officier dans le 2e régiment de cavalerie des États-Unis avec le grade de colonel et sert à nouveau comme secrétaire militaire de Grant. Ely Parker était membre de la Commission des traités du Sud qui a renégocié les traités avec les tribus indiennes qui se sont rangées du côté de la Confédération. Parker a démissionné de l'armée avec le grade de brigadier général breveté.

Lorsque Ulysses S. Grant a pris ses fonctions de président des États-Unis, il a nommé Parker commissaire des Affaires indiennes. En appliquant la politique de paix indienne du président Grant, Parker s'efforça de réduire le nombre d'actions militaires contre les Indiens en Occident.

Ely Parker a souffert de problèmes de santé au cours des dernières années de sa vie et est décédé le 30 août 1895 dans sa maison de campagne à Fairfield, Connecticut. Il a été enterré avec tous les honneurs militaires au cimetière d'Oak Lawn à Fairfield mais, en 1897, il a été réinhumé au cimetière Forest Lawn à Buffalo, NY

PBS. La biographie d'Ely Parker
Service des parcs nationaux. Ely Parker – un vrai américain
Arthur Caswell Parker. La vie du général Ely S. Parker (1919)


Galerie de photos

– Avec la permission des Archives nationales –

– Avec la permission de la Bibliothèque du Congrès –

Articles Similaires

C'est bien connu : Jim Parker a été pendu à Prescott, AZ le 3 juin 1898,&hellip

La plupart des hors-la-loi de Fleming Parker consistaient à voler du bétail, mais lors d'une évasion, il a tiré et a tué

Quelques notes surprenantes sur le juge suspendu Isaac Parker, qui était la loi pour le&hellip

Tom Augherton, un écrivain indépendant basé en Arizona, suggère une visite du musée d'El Alisal, la maison de Charles Lummis, est le point de départ pour rechercher l'héritage de l'auteur-activiste.


Nous sommes tous américains : Ely Parker chez Appomattox

"Je suis heureux de voir un vrai Américain ici", a déclaré le général Robert E. Lee à l'un des hommes sombres rassemblés dans le salon de la maison de Wilmer McLean à Appomattox Court House, Virginie, le 9 avril 1865. Le lieutenant-colonel qu'il était l'adresse était Ely Parker, un homme Seneca sur le personnel de Grant. Les quelques comptes rendus de la réunion d'Appomattox qui notent la présence de Parker mentionnent généralement simplement que c'est lui qui a rédigé la version finale du document de cession. Mais l'histoire de Parker était plus importante que cela : elle représentait la vision de l'Union pour la nation.

Ely Parker est né à New York en 1828. Il a réussi à recevoir une excellente éducation pour son époque, d'abord auprès des missionnaires, puis dans les académies. Voir les Senecas chassés de leurs terres a incité Parker à suivre une formation d'avocat et il a passé trois ans à étudier dans un cabinet d'avocats. Mais ensuite, il s'est heurté à un problème que la plupart des autres jeunes hommes en pleine ascension ne rencontreraient pas : il ne pouvait pas passer le barreau pour pratiquer le droit à cause de sa race. Seuls les hommes blancs qui étaient citoyens américains pouvaient être admis au barreau. En tant qu'Indien d'Amérique, Parker n'était pas un citoyen. Il ne pouvait pas pratiquer le droit.

Une fois cette avenue fermée, Parker a tourné son cerveau considérable vers l'ingénierie, un domaine que les nouveaux canaux et chemins de fer du pays avaient rendu attrayant pour de nombreux jeunes hommes ambitieux. Il a travaillé pendant plusieurs années sur le canal Érié, où il a prospéré. Il a gagné assez d'argent pour lui permettre d'acheter une grande ferme qu'il a approvisionnée en chevaux de premier ordre. Il a gardé la ferme lorsqu'il a déménagé en Virginie pour y construire un canal pendant une brève période. Puis il est allé travailler comme ingénieur pour le département du Trésor, un poste qui l'a placé dans une position cruciale lui permettant plus tard de changer l'histoire américaine.

Le gouvernement a envoyé Parker vers l'ouest. En 1857, le département du Trésor l'envoya superviser la construction d'une nouvelle douane à Galena, dans l'Illinois. Là, il a rencontré un ancien soldat dont la carrière à la frontière occidentale s'était arrêtée lorsque l'ennui et le désir ardent de sa femme bien-aimée l'ont fait trop dépendre de l'alcool pour se soutenir. Cet ancien soldat, Ulysses S. Grant, avait accepté un emploi de commis dans le magasin de son père. Les deux hommes sont devenus amis.

Le déclenchement de la guerre civile a renvoyé Grant au service actif, tandis que Parker a continué à travailler pour le département du Trésor. En 1862, il démissionne de son poste pour retourner à New York et participer à l'effort de guerre. Les hommes de Seneca se battaient en tant que simples soldats pendant la guerre, et lorsque Parker a demandé une commission aux représentants de l'État, ils l'ont repoussé. Puis il se rendit à Washington, où il avait des relations, pour demander à un autre New-Yorkais, le secrétaire d'État William Henry Seward, une commission dans le nouveau corps du génie de l'armée. Seward lui dit aussi qu'il n'y avait pas de commissions disponibles pour les Indiens. Parker est rentré chez lui dans sa ferme.

À l'été 1863, les roues officielles avaient tourné, bien que la manière dont ils l'aient fait soit vague, et une commission pour Parker est finalement arrivée. Il a été envoyé dans le sud pour rejoindre le personnel de Grant pendant la campagne de Vicksburg. Là, il est devenu inestimable. Sa maîtrise facile de l'anglais formel fait de lui un secrétaire idéal pour le bien-parlé Grant, et son excellente calligraphie signifie qu'il est rapidement devenu le scribe en chef du général. Mais écrire des lettres était la moindre de ce qu'il faisait pour l'Union. La profession de Parker était l'ingénierie, et il devint rapidement ingénieur en chef pour les armées de Grant. Il a supervisé la construction de tranchées, la construction de parapets et l'emplacement de l'artillerie. Ses capacités et sa position très visible à la main droite de Grant ont aidé les États-Unis à développer un corps d'ingénieurs qualifié, ce qui l'a à son tour aidé à gagner la guerre.

Lorsque Parker a accompagné Grant et le reste de l'état-major du général pour accepter la reddition de Lee à Appomattox, il a représenté une nouvelle nation. Comme d'autres jeunes hommes de son époque, il s'était battu pour obtenir une éducation, puis avait gravi les échelons. Il avait bravé la mort sur les champs de bataille. Plus que la plupart, il avait contribué à inaugurer une nouvelle ère dans laquelle la technologie et l'innovation allaient changer le monde. Et, alors qu'il se tenait dans le salon de McLean en 1865, il semblait que la nouvelle nation comprendrait tous les hommes, quelles que soient les circonstances de leur naissance.

"Je suis heureux de voir un vrai Américain ici", a déclaré le général Robert E. Lee en serrant la main du lieutenant-colonel Parker. "Nous sommes tous américains", a répondu Parker.


La tombe d'Ely S. Parker

Voir toutes les photos

Dans l'ombre du monument au célèbre chef Seneca Red Jacket se trouve la pierre tombale beaucoup plus petite de son arrière-petit-neveu, Ely S. Parker. Connu sous son nom Seneca, Do-Ne-Ho-Geh-Weh qui signifie «Gardien de la porte ouest», Parker était aux premières loges de certains des plus grands moments de l'histoire des États-Unis. Il a également atteint les plus hauts échelons du gouvernement malgré son absence de citoyenneté américaine.

Né en 1828 dans la réserve de Tonawanda près d'Indian Falls, New York, Parker était un érudit dès son plus jeune âge. Après avoir voyagé au Canada et ne pas être en mesure de comprendre ceux qui l'entouraient, il était déterminé à apprendre l'anglais. Il a étudié dans une école missionnaire locale et avec l'aide de Lewis Henry Morgan, il a fréquenté l'académie d'élite Cayuga. Il a ensuite étudié le droit, mais s'est vu refuser l'entrée au barreau de New York en raison de sa race.

Intrépide, Parker continue à travailler comme sachem et diplomate pour les Seneca au sein de la fédération iroquoise, et à l'âge de 23 ans, il est reconnu comme le meilleur négociateur parmi ses collègues. En même temps, il a étudié l'ingénierie à l'Institut polytechnique Rensselaer et a finalement obtenu un emploi pour entretenir des portions du canal Érié.

Ses compétences en tant qu'ingénieur lui ont valu plus tard une nomination en tant que surintendant de la construction pour le département du Trésor américain à Galena, dans l'Illinois. Ici, il a rencontré et s'est lié d'amitié avec le fils le plus célèbre de Galena, Ulysses S. Grant.

Lorsque la guerre civile a éclaté, Parker n'a pas pu obtenir une nomination militaire jusqu'en 1863, lorsque Grant l'a nommé à son personnel personnel. En raison de son service exceptionnel, Parker était sur place à Appomattox où il a rédigé l'accord de cession entre Grant et Robert E. Lee.

Après avoir quitté l'armée en tant que brigadier général, Parker a ensuite été nommé par Grant comme le premier commissaire amérindien des Affaires indiennes, à la stupéfaction de beaucoup.

Dans ses dernières années, Parker était un homme d'affaires et un investisseur, mais a perdu une grande partie de sa fortune dans les paniques financières de la fin du XIXe siècle. Il est mort appauvri à Fairfield, Connecticut, et avait peu en sa possession, à l'exception d'une copie conforme de la capitulation d'Appomattox et d'une médaille qu'il a héritée de Red Jacket une fois décernée par George Washington.

Son enterrement dans le Connecticut a eu lieu en territoire algonquin, ce que les Sénèques considéraient comme inapproprié. Parker a été exhumé en 1897 et réinhumé dans une simple tombe à Forest Lawn à côté de son héros.


Histoire de la galène

Pour ceux qui pensaient que j'allais écrire sur US Grant d'emblée, vous vous trompez. Le prochain général dont je vais parler est le général Ely Parker. Contrairement à John Rawlins, Parker n'est pas né à Galena, Parker est né dans une réserve amérindienne à New York. Son histoire ne ressemble à aucune de celles qui ont atteint le grade de général pendant la guerre civile.

Parker est né en 1828 dans une éminente famille Seneca. Parker travaillait dans un cabinet d'avocats, mais en raison de son héritage Sénèque, il n'a pas pu passer l'examen du barreau. Les Amérindiens n'étaient pas citoyens avant 1924. Parker a commencé sa carrière dans la fonction publique en travaillant comme interprète et diplomate auprès des chefs Seneca dans leurs négociations sur les droits fonciers et issus de traités. En 1852, Parker a été nommé sachem (chef) des Seneca.

Son histoire à Galena, cependant, ne commence pas avant 1855. Il a été embauché cette année-là pour être le superviseur des projets gouvernementaux à Galena, qui comprenaient la construction de la douane.

Ci-dessus se trouve l'ancien bureau de poste (maison des douanes) construit par Ely Parker et son équipe. Ce bureau de poste est le deuxième plus ancien bureau de poste en activité aux États-Unis

Les deux hommes sont devenus amis et pendant la guerre Grant a fait un poste dans son état-major pour l'habile Parker.
Il a ensuite cherché à rejoindre l'armée de l'Union en tant qu'ingénieur, mais le secrétaire à la Guerre Simon Cameron lui a dit qu'en tant qu'Indien, il ne pouvait pas s'enrôler. Parker a contacté son collègue et ami Ulysses S. Grant, qui est intervenu. Ses forces souffrent d'une pénurie d'ingénieurs et Parker est nommé capitaine en mai 1863 et reçoit l'ordre de se présenter au Brig. Le général John Eugene Smith, également de Galena. Le général Smith nomma Parker ingénieur en chef de sa 7e division pendant le siège de Vicksburg. Smith a déclaré que Parker était un « bon ingénieur ».

Quand Ulysses S. Grant est devenu commandant de la division militaire du Mississippi, Parker est devenu son adjudant pendant la campagne de Chattanooga. Il a ensuite été transféré avec Grant en tant qu'adjudant du quartier général de l'armée américaine et a servi Grant pendant la campagne Overland et le siège de Petersburg. À Petersburg, Parker est nommé secrétaire militaire de Grant, avec le grade de lieutenant-colonel. Il a écrit une grande partie de la correspondance de Grant.
Au moment de la capitulation, Parker était lieutenant-colonel, mais a reçu le grade de brigadier général breveté après la guerre de Sécession.

Le lieutenant-colonel Ely Parker a fait la copie officielle à l'encre de la lettre du général Grant qui énonçait les termes de la reddition. « L'ayant terminé, je l'ai apporté au général Grant, qui l'a signé, l'a scellé et l'a ensuite remis au général Lee – Lt. Colonel Ely Parker.
Lors de la réunion de reddition, voyant que Parker était un Indien d'Amérique, le général Lee a fait remarquer à Parker : "Je suis heureux de voir un vrai Américain ici." Parker a déclaré plus tard : "Je lui ai serré la main et j'ai dit : tous les Américains.”

Parmi les membres du personnel de Grant, Parker était connu pour son écriture fine, sa connaissance de la loi, son sens de l'humour et comme un bon gars à avoir dans un combat. Parker s'est un jour décrit comme "un Jack Falstaff sauvage pesant 200".

Après la guerre, Grant nomma Parker commissaire aux Affaires indiennes de 1869 à 1871. Il fut le premier Amérindien à occuper ce poste. Parker est devenu l'architecte en chef de la politique de paix du président Grant par rapport aux Amérindiens de l'Ouest. Sous sa direction, le nombre d'actions militaires contre les Indiens a été réduit à l'ouest.
Après avoir quitté la fonction publique, Parker a investi en bourse. Il a finalement perdu la fortune qu'il avait accumulée, après l'effondrement de 1873. Parker est mort dans la pauvreté le 31 août 1895 à Fairfield, Ct.
Il y aura plus d'histoires sur Parker à une date ultérieure, ceci est un bref aperçu de sa vie.


Trois

La résolution d'Ely de s'appliquer à ses études a été couronnée de succès. Il excella à l'école et reçut une bourse à la Yates Academy où il se fit connaître pour ses discours éloquents et où il fut choisi à plusieurs reprises pour représenter sa tribu à Washington en matière politique.

Il a gagné deux différends liés aux traités à Washington. Son travail là-bas, de 15 à 18 ans, était si impressionnant qu'il a été invité à dîner à la Maison Blanche avec le président James K. Polk.

Son amitié avec Morgan l'a amené à être accepté à la Cayuga Academy en Ontario, où il s'est intéressé au droit. Il a été rejeté par Harvard, mais un procureur de New York, William P. Angel, l'a pris sous son aile pendant qu'il étudiait.

Même si ce lien lui a donné de la visibilité et de l'expérience, cela a mené à la fois au début et à la fin de sa carrière en droit. Angel est tombé en disgrâce auprès des politiciens locaux qui ont ensuite rendu les choses difficiles pour Ely. Le barreau l'a rejeté au motif qu'il n'était pas citoyen américain.

La Maison Blanche telle qu'elle était en 1846 pendant la présidence de James K. Polk

Sa carrière juridique étant déjà terminée à l'âge de 21 ans, Ely est passé à l'ingénierie. Son ami Morgan l'a aidé à réseauter et a fait des présentations. Ely a travaillé sur plusieurs projets en tant qu'ingénieur, dont le canal Érié.

À 23 ans, Ely avait gagné le plus grand respect de sa nation. Il a reçu l'honneur estimé du Grand Sachem des Six Nations qui est le plus haut chef des Iroquois. Il a été rebaptisé Donehogawa, gardien de la porte ouest de la maison longue des Iroquois.

En tant que Grand Sachem, il a souvent plaidé dans des affaires de traités à Washington et à la législature de New York. Il a réussi à retenir les 3/5e de Tonawanda Seneca Land du gouvernement des États-Unis.


Ely S. Parker - Histoire

John F. Parker : Le garde qui a abandonné son poste

L'un des nombreux mystères non résolus concernant l'assassinat d'Abraham Lincoln est l'histoire de John F. Parker. Parker, membre de la Metropolitan Police Force de Washington, a été nommé garde du corps du président Abraham Lincoln la nuit de la fusillade. Cependant, la chaise de Parker à l'extérieur de la State Box au Ford's Theatre était vacante la majeure partie de la soirée. De nos jours, laisser le président sans surveillance est inadmissible, mais en 1865, Parker n'a jamais été puni pour manquement à ses devoirs. En fait, pendant un certain temps, il est resté un garde de la Maison Blanche. Il a conservé son poste d'officier de police de Washington jusqu'en 1868, date à laquelle il a été licencié pour une raison totalement indépendante.

Pendant 21 ans, entre 1875 et 1896, le juge Parker a présidé plus de 13 000 affaires, dont 79 hommes qui sont morts sur la potence. La potence d'origine a été démolie par la ville de Fort Smith (Arkansas) en 1897. Aujourd'hui, une reconstruction de la potence de 1886 se trouve sur le site d'origine.


Voir la vidéo: The Life Of Ely Parker