Faits de base sur la Finlande - Histoire

Faits de base sur la Finlande - Histoire



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Population 2002 ................................5 183 545
PIB par habitant 2002 (parité de pouvoir d'achat, $ US).......... 26 200
PIB 2002 (parité de pouvoir d'achat, milliards de dollars US) 136,2
Chômage................................................. ....................8.5%

Croissance annuelle moyenne 1991-97
Population (%) ....... .4
Population active (%) ....... .4

Superficie totale................................................ .................. 130 588 milles carrés
Pauvreté (% de la population en dessous du seuil de pauvreté national)...... 26
Population urbaine (% de la population totale) .............................. 64
Espérance de vie à la naissance (années)........................................... ..........77
Mortalité infantile (pour 1 000 naissances vivantes)........................... 4
Accès à l'eau potable (% de la population) ................................ 98
Analphabétisme (% de la population de 15 ans et plus) ....................................... 100


30 faits fascinants sur la Finlande

Vous voulez connaître quelques faits sur la Finlande ? Cet article vous aidera à combler vos lacunes dans vos connaissances sur ce pays scandinave.

La Finlande est le plus oriental des pays nordiques et abrite plus de 5,5 millions de personnes.

J'ai passé un peu de temps en Finlande et c'est un pays magnifique, avec beaucoup de choses à voir et à faire. C'est un paradis pour les amoureux de la nature, ainsi que des villes originales et magnifiques.

Si vous recherchez des faits sur la Finlande et des informations de base telles que la plus grande montagne, le plus grand lac, les origines de la langue finlandaise et ce pour quoi la Finlande est célèbre, alors vous trouverez tout cela ici !

Vous connaissez peut-être déjà certains de ces faits sur la Finlande ou ils sont peut-être nouveaux pour vous. Quoi qu'il en soit, laissez-moi un commentaire ci-dessous et dites-moi combien de ces faits vous connaissiez à l'avance. Je suis intrigué de voir que votre connaissance de la Finlande est bonne !


Les pays nordiques sont réputés pour être de gros buveurs de café et les Finlandais ne font pas exception. Le nombre de tasses par an est difficile à estimer, mais le Finlandais moyen consommera jusqu'à 12 kilos de café par an !

En fait, il y a plus de groupes de Heavy Metal par habitant ici que partout ailleurs dans le monde. En 2006, le groupe de heavy metal finlandais Lordi a remporté le concours Eurovision de la chanson en remportant le concours avec sa chanson &ldquoHardrock Halleluja&rdquo.

Certains autres groupes et artistes de heavy metal finlandais notables sont Nightwish, Apocalyptica, Ensiferum, HIM, Amorphis et Children of Bodom.

Photo : Olga Steckel / Shutterstock.com


La capitale de la Norvège abrite environ 693 000 personnes, tandis que 656 000 personnes vivent à Helsinki. Bien sûr, cela se résume en grande partie à des frontières et des définitions quelque peu arbitraires. Si l'on considère la zone urbaine totale, Helsinki (1,26 million) dépasse Oslo (1,02 million).

Nous devons une fois de plus remercier Statistics Finland pour ce fait ! Début 2020, 423 494 personnes d'origine étrangère vivaient en Finlande. Parmi ceux-ci, 209 108 vivaient dans la région du Grand Helsinki. Les personnes d'origine somalienne et indienne sont les plus concentrées dans la région de la capitale.


Faits intéressants sur la Finlande

Cet article fait partie d'une série d'articles amusants que je publie pour chaque pays sur lequel j'ai des articles sur le blog. Compte tenu de leur nature, ces messages sont basés sur la recherche et même si beaucoup de temps y a été consacré, il est toujours possible qu'une erreur se soit glissée. Si vous voyez quelque chose qui semble incorrect, faites-le moi savoir à wanderer [at] wonderfulwanderings. com et je vais me renseigner. Merci!

1. La Finlande prend au sérieux les sages paroles d'Albert Einstein « Une personne qui n'a jamais fait d'erreur n'a jamais essayé quelque chose de nouveau ». Le pays a déclaré le 13 octobre Journée nationale de l'échec pour célébrer les revers de la vie comme chemin naturel vers le succès.

2. La langue finnoise est l'une des dix langues les plus difficiles au monde à apprendre et à traduire. Ce n'est pas étonnant, quand un nom peut avoir plus de 200 formes ou quand l'un des mots les plus longs est « epäjärjestelmällistyttämättömyydellänsäkään » !

3. La langue finnoise peut également revendiquer le plus long palindrome du monde, un mot qui s'écrit de la même manière en avant et en arrière « Saipuakivikauppias ». Le mot est utilisé pour décrire un marchand de lessive ou de stéatite.

4. Le mot « Sauna » est finnois, donc peu importe où vous profitez de cette expérience de purification à travers le monde, vous pouvez remercier les Finlandais pour le nom. C'est aussi le seul mot finnois à faire partie de la langue anglaise de tous les jours.

5. Le sauna finlandais est un élément essentiel du patrimoine du pays, avec plus de 2 millions de saunas en Finlande - environ un par ménage.

6. Le parlement finlandais a son propre sauna où les fonctionnaires peuvent débattre, et les Finlandais à l'étranger ont également le luxe de saunas à l'intérieur de leurs bâtiments diplomatiques.

7. La Finlande abrite le soleil de minuit, où en juin et juillet le soleil reste au-dessus de l'horizon, projetant une lumière blanche même au milieu de la nuit.

8. L'une des populations de phoques les plus menacées au monde réside dans l'un des lacs de Finlande (le lac Saimaa). On estime qu'il ne reste que 320 phoques annelés de Saimaa.

9. La Finlande est LE lieu pour voir les aurores boréales. Chaque année, les aurores boréales apparaissent plus de 200 fois dans le ciel au-dessus de la Laponie finlandaise.

10. Qu'il s'agisse d'une balade de quelques minutes ou d'un safari, vous pouvez explorer la Laponie finlandaise en transportant des rennes ou des huskies. Emmitouflez-vous !

11. La Laponie abrite le seul peuple autochtone de Scandinavie reconnu par l'Union européenne. Le peuple sami parle une langue en voie de disparition et est connu pour ses métiers d'élevage de rennes et de pêche côtière.

12. La Finlande a une scène musicale heavy metal florissante. Certains diront que c'est la meilleure au monde. Les Finlandais aiment tellement le heavy metal, il y a même un groupe de heavy metal Dinosaur pour les enfants, les aidant à apprendre les leçons de rester à l'école, de boire du lait et, bien sûr, de manger des biscuits.

13. Avec 188 000 lacs, la Finlande a le rapport masse eau/terre le plus élevé de tous les pays du monde.

14. La Finlande est un pays incroyablement vert, avec plus de 70 % de ses terres constituées de forêts.

15. Utilisant les ressources naturelles disponibles, des villes entières de maisons en bois ont été construites au cours des siècles. Ces quartiers historiques existent encore aujourd'hui et confèrent à la Finlande un charme d'antan.

16. Helsinki, la capitale de la Finlande, se classe dans le top 10 des villes avec l'air le plus pur au monde.

17. Avec plus de 70 000 îles, la côte finlandaise abrite le plus grand archipel du monde.

18. La Finlande offre certains des meilleurs soins postnatals pour les familles. Les nouveau-nés finlandais dorment dans des boîtes en carton fournies par l'État (avec des vêtements, des jouets et d'autres nécessités), les mères peuvent rester à la maison pendant un an avec tous les avantages et le salaire et lorsque les parents utilisent les transports en commun avec des enfants dans une poussette, ils peuvent voyager gratuitement .

19. Les écoles finlandaises sont parmi les meilleures au monde. Ils sont uniques en ce que les enfants ne vont pas à l'école avant l'âge de sept ans et les écoles ne sont pas tenues de donner des notes aux élèves jusqu'à la 8e année.

20. La presse finlandaise se classe parmi les cinq plus libres au monde.

21. La Finlande n'a déclaré son indépendance qu'en 1917, alors qu'elle était auparavant sous la domination de la Suède et de la Russie.

22. Après avoir obtenu son indépendance de la Russie et de la Suède, la Finlande a établi sa propre monarchie, qui a duré trois mois avant que le roi nouvellement nommé ne démissionne. En fait, Frédéric-Charles de Hesse n'a même jamais eu le temps d'être couronné au cours de son règne de 67 jours.

23. Vous pouvez sonner le Nouvel An deux fois en sautant la frontière entre la Finlande et la Suède car il y a un décalage horaire de 60 minutes entre les pays.

24. Les Finlandais ont inventé le nom de « Cocktail Molotov » pour décrire les bombes incendiaires qu'ils ont utilisées pour repousser l'Union soviétique (en particulier le ministre soviétique des Affaires étrangères Viatcheslav Molotov) pendant la Seconde Guerre mondiale. On pense que les bombes proviennent de la guerre civile espagnole et ont été adoptées comme moyen de combattre les chars.

25. JRR Tolkien a basé la langue haut-elfique du Seigneur des Anneaux sur le finnois en raison de l'inspiration qu'il a trouvée dans une histoire mythologique nationale de la Finlande, Le Kalevala.

26. La Finlande continue d'augmenter sa superficie chaque année, car elle se remet encore des glaciers de l'ère glaciaire dont le poids a fait plonger la terre dans la mer.

27. Les chercheurs du patrimoine mondial de l'UNESCO trouveront six sites culturels et un site naturel à explorer à l'intérieur des frontières de la Finlande.


Contenu

Finlande

La première apparition écrite du nom Finlande est censé être sur trois pierres runiques. Deux ont été trouvés dans la province suédoise d'Uppland et portent l'inscription finlonti (U 582). Le troisième a été trouvé à Gotland. Il a l'inscription finlande (G 319) et remonte au XIIIe siècle. [27] Le nom peut être supposé être lié au nom de la tribu Finlandais, qui est mentionné au premier temps connu AD 98 (sens contesté).

Suomi

Le nom Suomi (finnois pour 'Finlande ' ) a des origines incertaines, mais une étymologie commune avec pareil (Sami, un peuple finno-ougrien en Laponie) et Häme (une province de l'intérieur) a été suggéré (proto-finnois *hämä de plus vieux *šämä, peut-être prêté à Proto-Saami comme *même), dont la source pourrait être le mot proto-baltique *źemē, signifiant "terre (faible)". [28] Selon l'hypothèse, *même - ou *šämä directement - a été prêté à la Baltique en tant que *sāma- (comparer le letton sams 'Finn, selian'), duquel le Finlandais du Nord l'a réemprunté (peut-être via un intermédiaire germanique *soma-) comme *soma- > *certains- 'Finlande'. [29] En plus des proches parents du finnois (les langues finnoises), ce nom est également utilisé dans les langues baltes lettone (som, Somija) et lituanien (suomis, Suomija), bien qu'il s'agisse manifestement d'emprunts ultérieurs. Une hypothèse alternative de Petri Kallio suggère le mot proto-indo-européen *(dʰ)ǵʰm-on- 'humain' (cf. gothique gomme, Latin homo), étant emprunté en ouralien comme *coma. [29]

Il a été suggéré que le mot finnois Suomi est attestée pour la première fois par l'Annal Royal Frankish Annals pour 811, qui mentionne une personne appelée Suomi parmi la délégation danoise lors d'un traité de paix avec les Francs. [30] Si c'est le cas, c'est aussi la première preuve du changement de la monophtongue proto-finnoise /oː/ à la diphtongue finlandaise /uo/ . [31] [32] Cependant, certains linguistes historiques considèrent cette interprétation du nom comme improbable, supposant une autre étymologie ou que l'orthographe provient d'une erreur de scribe (auquel cas le changement de son /oː/ > /uo/ aurait pu se produire beaucoup plus tard). [33]

Concept

Dans les premières sources historiques, des XIIe et XIIIe siècles, le terme Finlande désigne la région côtière autour de Turku, de Perniö à Uusikaupunki. Cette région est devenue plus tard connue sous le nom de Finlande proprement dite par opposition au nom de pays Finlande. La Finlande est devenue un nom commun pour tout le pays au cours d'un processus de plusieurs siècles qui a commencé lorsque l'Église catholique a établi un diocèse missionnaire à Nousiainen dans la partie nord de la province de Suomi, peut-être au cours du XIIe siècle. [34]

La dévastation de la Finlande pendant la Grande Guerre du Nord (1714-1721) et pendant la guerre russo-suédoise (1741-1743) a poussé la Suède à déployer d'importants efforts pour défendre sa moitié orientale contre la Russie. Ces expériences du XVIIIe siècle ont créé le sentiment d'un destin partagé qui, associé à la langue finnoise unique, a conduit à l'adoption d'un concept élargi de la Finlande. [35]

Préhistoire

Si les découvertes archéologiques de Wolf Cave sont le résultat des activités des Néandertaliens, le premier peuple a habité la Finlande il y a environ 120 000 à 130 000 ans. [36] La région qui est maintenant la Finlande a été colonisée, au plus tard, vers 8 500 av. J.-C. pendant l'âge de pierre vers la fin de la dernière période glaciaire. Les artefacts laissés par les premiers colons présentent des caractéristiques communes à celles trouvées en Estonie, en Russie et en Norvège. [37] Les premiers habitants étaient des chasseurs-cueilleurs, utilisant des outils de pierre. [38]

La première poterie est apparue en 5200 avant JC, lorsque la culture Comb Ceramic a été introduite. [39] L'arrivée de la culture Corded Ware dans le sud de la Finlande côtière entre 3000 et 2500 BC peut avoir coïncidé avec le début de l'agriculture. [40] Même avec l'introduction de l'agriculture, la chasse et la pêche ont continué à être des parties importantes de l'économie de subsistance.

À l'âge du bronze, la culture et l'élevage permanents toute l'année se sont répandus, mais la phase froide du climat a ralenti le changement. [41] Les cultures en Finlande partageaient des caractéristiques communes dans la poterie et les axes avaient également des similitudes, mais des caractéristiques locales existaient. Le phénomène Seima-Turbino a apporté les premiers artefacts en bronze dans la région et peut-être aussi les langues finno-ougriennes. [41] [42] Les contacts commerciaux qui avaient été jusqu'ici principalement en Estonie ont commencé à s'étendre à la Scandinavie. La fabrication nationale d'objets en bronze a commencé 1300 avant JC avec des haches en bronze de type Maaninka [fi] . Le bronze a été importé de la région de la Volga et du sud de la Scandinavie. [43]

À l'âge du fer, la population a augmenté en particulier dans les régions de Häme et de Savo. La Finlande proprement dite était la région la plus densément peuplée. Les contacts culturels avec les pays baltes et la Scandinavie sont devenus plus fréquents. Les contacts commerciaux dans la région de la mer Baltique se sont développés et étendus au cours des VIIIe et IXe siècles.

Les principales exportations de la Finlande étaient les fourrures, les esclaves, le castoréum et les faucons vers les cours européennes. Les importations comprenaient de la soie et d'autres tissus, des bijoux, des épées Ulfberht et, dans une moindre mesure, du verre. La production de fer a commencé environ en 500 avant JC. [44]

À la fin du IXe siècle, la culture des artefacts indigènes, en particulier les bijoux et les armes des femmes, avait des caractéristiques locales plus communes que jamais. Cela a été interprété comme exprimant l'identité finlandaise commune qui est née d'une image d'origine commune. [45]

Une première forme de langues finnoises s'est répandue dans la région de la mer Baltique vers 1900 avant JC avec le phénomène Seima-Turbino. La langue finnoise commune était parlée dans le golfe de Finlande il y a 2000 ans. Les dialectes à partir desquels la langue finnoise moderne a été développée sont apparus à l'âge du fer. [46] Bien que lointainement apparentés, les Sami ont conservé le style de vie de chasseur-cueilleur plus longtemps que les Finlandais. L'identité culturelle et la langue sami ont survécu en Laponie, la province la plus septentrionale, mais les Samis ont été déplacés ou assimilés ailleurs.

Les XIIe et XIIIe siècles ont été une période violente dans le nord de la mer Baltique. La croisade de Livonie était en cours et les tribus finlandaises telles que les Tavastiens et les Caréliens étaient en conflit fréquent avec Novgorod et entre elles. En outre, au cours des XIIe et XIIIe siècles, plusieurs croisades des royaumes catholiques de la région de la mer Baltique ont été menées contre les tribus finlandaises. Selon des sources historiques, les Danois ont mené au moins trois croisades en Finlande, en 1187 ou un peu plus tôt, [47] en 1191 et en 1202, [48] et les Suédois, peut-être la soi-disant deuxième croisade en Finlande, en 1249 contre les Tavastiens et la troisième croisade en Finlande en 1293 contre les Caréliens. La soi-disant première croisade en Finlande, peut-être en 1155, est très probablement un événement irréel. De plus, il est possible que les Allemands aient converti violemment les païens finlandais au XIIIe siècle. [49] Selon une lettre papale de 1241, le roi de Norvège se battait aussi contre les « païens voisins » à cette époque. [50]

Ère suédoise

À la suite des croisades et de la colonisation de certaines zones côtières finlandaises avec une population suédoise chrétienne au Moyen Âge, [51] y compris l'ancienne capitale Turku, la Finlande est progressivement devenue une partie du royaume de Suède et de la sphère d'influence de l'Église catholique. . En raison de la conquête suédoise, la classe supérieure finlandaise a perdu sa position et ses terres au profit de la nouvelle noblesse suédoise et allemande et de l'Église catholique. [52] En Suède, même aux XVIIe et XVIIIe siècles, il était clair que la Finlande était un pays conquis et que ses habitants pouvaient être traités de manière arbitraire. Les rois suédois visitaient rarement la Finlande et dans les textes suédois contemporains, les Finlandais étaient décrits comme primitifs et leur langue inférieure. [53]

Le suédois est devenu la langue dominante de la noblesse, de l'administration et de l'éducation Le finnois était principalement une langue pour la paysannerie, le clergé et les tribunaux locaux dans les régions à prédominance finnoise. Au cours de la Réforme protestante, les Finlandais se sont progressivement convertis au luthéranisme. [54]

Au XVIe siècle, Mikael Agricola a publié les premières œuvres écrites en finnois, et la capitale actuelle de la Finlande, Helsinki, a été fondée par Gustave Ier de Suède. [55] La première université de Finlande, l'Académie royale de Turku, a été créée en 1640. Les Finlandais ont acquis une réputation pendant la guerre de Trente Ans (1618-1648) en tant que cavaliers bien entraînés appelés « Hakkapeliitta », cette division a excellé dans des attaques soudaines et sauvages, des raids et des reconnaissances, dont le roi Gustave Adolphe a profité dans ses batailles importantes, comme dans la bataille de Breitenfeld (1631) et la bataille de la pluie (1632). [56] [57] La ​​Finlande a subi une grave famine en 1696-1697, au cours de laquelle environ un tiers de la population finlandaise est morte, [58] et une peste dévastatrice quelques années plus tard.

Au XVIIIe siècle, les guerres entre la Suède et la Russie ont conduit à deux reprises à l'occupation de la Finlande par les forces russes, époques connues des Finlandais sous le nom de Grande colère (1714-1721) et de Petite colère (1742-1743). [58] On estime que presque une génération entière de jeunes hommes a été perdue pendant la Grande Colère, principalement en raison de la destruction de maisons et de fermes, et de l'incendie d'Helsinki. [59] À cette époque, la Finlande était le terme prédominant pour toute la région du golfe de Botnie à la frontière russe. [ citation requise ]

Deux guerres russo-suédoises en vingt-cinq ans ont rappelé au peuple finlandais la position précaire entre la Suède et la Russie. Une élite de plus en plus bruyante en Finlande a rapidement déterminé que les liens finlandais avec la Suède devenaient trop coûteux, et après la guerre russo-suédoise (1788-1790), le désir de l'élite finlandaise de rompre avec la Suède n'a fait que s'intensifier. [60]

Même avant la guerre, il y avait des politiciens conspirateurs, parmi lesquels le colonel GM Sprengtporten, qui avait soutenu le coup d'État de Gustav III en 1772. Sprengporten s'est brouillé avec le roi et a démissionné de sa commission en 1777. Au cours de la décennie suivante, il a essayé d'obtenir le soutien de la Russie pour un gouvernement autonome Finlande, et devint plus tard conseiller de Catherine II.[60] Dans l'esprit de la notion d'Adolf Ivar Arwidsson (1791-1858), « nous ne sommes pas Suédois, nous ne voulons pas devenir Russes, soyons donc Finlandais », l'identité nationale finlandaise commence à s'affirmer. [61]

Malgré les efforts de l'élite et de la noblesse finlandaises pour rompre les liens avec la Suède, il n'y a pas eu de véritable mouvement indépendantiste en Finlande jusqu'au début du 20e siècle. En fait, à cette époque, la paysannerie finlandaise était indignée par les actions de son élite et soutenait presque exclusivement les actions de Gustav contre les conspirateurs. (La Haute Cour de Turku a condamné Sprengtporten comme traître vers 1793.) [60] L'ère suédoise a pris fin avec la guerre de Finlande en 1809.

Ère russe

Le 29 mars 1809, après avoir été reprise par les armées d'Alexandre Ier de Russie lors de la guerre de Finlande, la Finlande est devenue un Grand-Duché autonome dans l'Empire russe avec la reconnaissance donnée à la Diète tenue à Porvoo. Cette situation dura jusqu'à la fin de 1917. En 1811, Alexandre Ier incorpora la province russe de Vyborg au Grand-Duché de Finlande. En 1854, la Finlande s'est impliquée dans l'implication de la Russie dans la guerre de Crimée, lorsque les marines britannique et française ont bombardé la côte finlandaise et Åland pendant la soi-disant guerre d'Åland. À l'époque russe, la langue finnoise a commencé à être reconnue. À partir des années 1860, un fort mouvement nationaliste finlandais connu sous le nom de mouvement Fennoman s'est développé, et l'une de ses figures les plus en vue du mouvement était le philosophe JV Snellman, qui était strictement enclin à l'idéalisme de Hegel, et qui a poussé à la stabilisation de la statut de la langue finlandaise et de sa propre monnaie, le mark finlandais, au Grand-Duché de Finlande. [63] [64] Les jalons comprenaient la publication de ce qui allait devenir l'épopée nationale de la Finlande - le Kalevala – en 1835, et l'obtention du statut juridique de la langue finlandaise avec le suédois en 1892.

La famine finlandaise de 1866-1868 a tué environ 15 % de la population, ce qui en fait l'une des pires famines de l'histoire européenne. La famine a conduit l'Empire russe à assouplir les réglementations financières et les investissements ont augmenté au cours des décennies suivantes. Le développement économique et politique est rapide. [65] Le produit intérieur brut (PIB) par habitant était encore la moitié de celui des États-Unis et un tiers de celui de la Grande-Bretagne. [65]

En 1906, le suffrage universel est adopté au Grand-Duché de Finlande. Cependant, les relations entre le Grand-Duché et l'Empire russe se sont détériorées lorsque le gouvernement russe a pris des mesures pour restreindre l'autonomie finlandaise. Par exemple, le suffrage universel était, dans la pratique, pratiquement dénué de sens, puisque le tsar n'avait à approuver aucune des lois adoptées par le parlement finlandais. Le désir d'indépendance gagne du terrain, d'abord chez les libéraux radicaux [66] et les socialistes. L'affaire est connue sous le nom de « russification de la Finlande », menée par le dernier tsar de l'empire russe, Nicolas II. [67]

Guerre civile et indépendance précoce

Après la révolution de février 1917, la position de la Finlande dans l'empire russe a été remise en question, principalement par les sociaux-démocrates. Étant donné que le chef de l'État était le tsar de Russie, il n'était pas clair qui était le chef de l'exécutif de la Finlande après la révolution. Le Parlement, contrôlé par les sociaux-démocrates, a adopté la soi-disant loi sur le pouvoir pour donner la plus haute autorité au Parlement. Cela a été rejeté par le gouvernement provisoire russe qui a décidé de dissoudre le Parlement. [68]

De nouvelles élections ont été organisées, au cours desquelles les partis de droite ont gagné avec une faible majorité. Certains sociaux-démocrates ont refusé d'accepter le résultat et ont toujours affirmé que la dissolution du parlement (et donc les élections qui ont suivi) étaient extralégales. Les deux blocs politiques presque aussi puissants, les partis de droite et le parti social-démocrate, étaient fortement antagonisés.

La révolution d'Octobre en Russie changea une fois de plus la situation géopolitique. Soudain, les partis de droite finlandais ont commencé à reconsidérer leur décision de bloquer le transfert du plus haut pouvoir exécutif du gouvernement russe à la Finlande, alors que les bolcheviks prenaient le pouvoir en Russie. Plutôt que de reconnaître l'autorité du Power Act de quelques mois plus tôt, le gouvernement de droite, dirigé par le Premier ministre PE Svinhufvud, a présenté le 4 décembre 1917 la Déclaration d'indépendance, qui a été officiellement approuvée deux jours plus tard, le 6 décembre, par le Parlement finlandais. La République socialiste fédérative soviétique de Russie (RSFSR), dirigée par Vladimir Lénine, a reconnu son indépendance le 4 janvier 1918. [69]

Le 27 janvier 1918, les premiers coups de feu officiels de la guerre civile sont tirés lors de deux événements simultanés : d'une part le début du désarmement par le gouvernement des forces russes à Pohjanmaa, et d'autre part, un coup d'État lancé par le Parti social-démocrate. [ échec de la vérification ] Ce dernier a pris le contrôle du sud de la Finlande et d'Helsinki, mais le gouvernement blanc a continué en exil de Vaasa. Cela a déclenché la brève mais amère guerre civile. Les Blancs, qui étaient soutenus par l'Allemagne impériale, l'emportèrent sur les Rouges, [70] qui étaient guidés par le désir de Kullervo Manner de faire du pays nouvellement indépendant une République socialiste ouvrière finlandaise (également connue sous le nom de « Finlande rouge ») et une partie de la RSFSR. [71] Après la guerre, des dizaines de milliers de rouges et de sympathisants présumés ont été internés dans des camps, où des milliers ont été exécutés ou sont morts de malnutrition et de maladie. Une profonde inimitié sociale et politique a été semée entre les rouges et les blancs et a duré jusqu'à la guerre d'hiver et au-delà. Aujourd'hui encore, la guerre civile reste un sujet sensible. [72] [73] La guerre civile et les expéditions militantes de 1918-1920 appelées « Guerres de parenté » en Russie soviétique ont tendu les relations orientales. A cette époque, l'idée d'une Grande Finlande a également émergé pour la première fois. [74] [75]

Après une brève expérimentation de la monarchie, lorsqu'une tentative de faire du prince Frédéric Charles de Hesse roi de Finlande s'est avérée être un piètre succès, la Finlande est devenue une république présidentielle, avec KJ Ståhlberg élu comme premier président en 1919. En tant que nationaliste libéral et avec une formation juridique, Ståhlberg a ancré l'État dans la démocratie libérale, a gardé le filon fragile de l'État de droit et s'est lancé dans des réformes internes. [76] La Finlande a également été l'un des premiers pays européens à viser fortement l'égalité des femmes, Miina Sillanpää servant dans le cabinet de Väinö Tanner en tant que première femme ministre de l'histoire finlandaise en 1926-1927. [77] La ​​frontière finno-russe a été définie en 1920 par le traité de Tartu, suivant en grande partie la frontière historique mais accordant Pechenga (finnois : Petsamo) et son port de la mer de Barents vers la Finlande. La démocratie finlandaise n'a connu aucune tentative de coup d'État soviétique et a également survécu au mouvement anticommuniste de Lapua. Néanmoins, les relations entre la Finlande et l'Union soviétique sont restées tendues. Des officiers de l'armée ont été formés en France et les relations avec l'Europe occidentale et la Suède ont été renforcées.

En 1917, la population était de trois millions. Une réforme agraire basée sur le crédit a été adoptée après la guerre civile, augmentant la proportion de la population possédant des capitaux. [65] Environ 70 % des travailleurs étaient occupés dans l'agriculture et 10 % dans l'industrie. [78] Les principaux marchés d'exportation étaient le Royaume-Uni et l'Allemagne.

Seconde Guerre mondiale et après

La Finlande a combattu l'Union soviétique lors de la guerre d'hiver de 1939-1940 après que l'Union soviétique a attaqué la Finlande et lors de la guerre de continuation de 1941-1944, à la suite de l'opération Barbarossa, lorsque la Finlande s'est alignée sur l'Allemagne après l'invasion de l'Union soviétique par l'Allemagne. Pendant 872 jours, l'armée allemande, aidée indirectement par les forces finlandaises, assiège Leningrad, la deuxième ville d'URSS. [79] Après que la résistance finlandaise à une offensive soviétique majeure en juin et juillet 1944 eut conduit à l'arrêt, les deux parties parvinrent à un armistice. Cela a été suivi par la guerre de Laponie de 1944-1945, lorsque la Finlande a combattu les forces allemandes en retraite dans le nord de la Finlande. Les héros de guerre les plus célèbres pendant les guerres susmentionnées étaient peut-être Simo Häyhä, [80] [81] Aarne Juutilainen, [82] et Lauri Törni. [83]

Les traités signés avec l'Union soviétique en 1947 et 1948 comprenaient des obligations, des restrictions et des réparations finlandaises, ainsi que d'autres concessions territoriales finlandaises en plus de celles du traité de paix de Moscou de 1940. À la suite des deux guerres, la Finlande a cédé le Petsamo, ainsi que des parties de la Carélie finlandaise et de Salla. Cela représentait 10 % de la superficie terrestre de la Finlande et 20 % de sa capacité industrielle, y compris les ports de Vyborg (Viipuri) et le Liinakhamari (Liinahamari) libre de glace. Presque toute la population finlandaise, quelque 400 000 personnes, a fui ces régions. L'ancien territoire finlandais fait désormais partie de la République russe de Carélie, de l'oblast de Léningrad et de l'oblast de Mourmansk. La Finlande n'a jamais été occupée par les forces soviétiques et elle a conservé son indépendance, mais avec une perte d'environ 97 000 soldats. Les réparations de guerre exigées par l'Union soviétique s'élevaient à 300 millions de dollars (5 516 millions en 2019).

La Finlande a rejeté l'aide de Marshall, par déférence apparente pour les désirs soviétiques. Cependant, dans l'espoir de préserver l'indépendance de la Finlande, les États-Unis ont fourni une aide secrète au développement et ont aidé le Parti social-démocrate. [84] L'établissement du commerce avec les puissances occidentales, telles que le Royaume-Uni, et le paiement de réparations à l'Union soviétique ont produit une transformation de la Finlande d'une économie principalement agraire à une économie industrialisée. Valmet a été fondée pour créer des matériaux pour les réparations de guerre. Une fois les réparations payées, la Finlande a continué à commercer avec l'Union soviétique dans le cadre du commerce bilatéral.

En 1950, 46 % des travailleurs finlandais travaillaient dans l'agriculture et un tiers vivaient dans des zones urbaines. [85] Les nouveaux emplois dans la fabrication, les services et le commerce ont rapidement attiré des gens vers les villes. Le nombre moyen de naissances par femme est passé d'un pic du baby-boom de 3,5 en 1947 à 1,5 en 1973. [85] Lorsque les baby-boomers sont entrés sur le marché du travail, l'économie n'a pas créé d'emplois assez rapidement et des centaines de milliers la Suède industrialisée, avec un pic d'émigration en 1969 et 1970. [85] Les Jeux olympiques d'été de 1952 ont amené des visiteurs internationaux. La Finlande a participé à la libéralisation des échanges au sein de la Banque mondiale, du Fonds monétaire international et de l'Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce.

Se réclamant officiellement de sa neutralité, la Finlande se situe dans la zone grise entre les pays occidentaux et le bloc soviétique. Le traité YYA (Pacte finno-soviétique d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle) a donné à l'Union soviétique un certain poids dans la politique intérieure finlandaise. Cela a été largement exploité par le président Urho Kekkonen contre ses opposants. Il a maintenu un monopole effectif sur les relations soviétiques à partir de 1956, ce qui était crucial pour sa popularité continue. En politique, il y avait une tendance à éviter toute politique et déclaration pouvant être interprétée comme antisoviétique. Ce phénomène a reçu le nom de « finlandisation » par la presse ouest-allemande. Pendant la guerre froide, la Finlande est également devenue l'un des centres d'espionnage Est-Ouest, dans lequel le KGB et la CIA ont joué leur rôle. [86] [87] [88] [89] [90] [91] Le service de renseignement de sécurité finlandais créé en 1949 (SUPO, Suojelupoliisi), une autorité de sécurité opérationnelle et une unité de police relevant du ministère de l'Intérieur, dont les principaux domaines d'activité sont le contre-espionnage, le contre-terrorisme et la sécurité nationale, [92] ont également participé à cette activité dans certains endroits. [93] [94]

Malgré des relations étroites avec l'Union soviétique, la Finlande a maintenu une économie de marché. Diverses industries ont bénéficié de privilèges commerciaux avec les Soviétiques, ce qui explique le large soutien dont jouissaient les politiques pro-soviétiques parmi les intérêts commerciaux en Finlande. La croissance économique a été rapide dans l'ère d'après-guerre et, en 1975, le PIB par habitant de la Finlande était le 15e plus élevé au monde. Dans les années 1970 et 1980, la Finlande a construit l'un des États-providence les plus étendus au monde. La Finlande a négocié avec la Communauté économique européenne (CEE, un prédécesseur de l'Union européenne) un traité qui a principalement aboli les droits de douane envers la CEE à partir de 1977, bien que la Finlande n'ait pas complètement adhéré. En 1981, la santé défaillante du président Urho Kekkonen l'oblige à prendre sa retraite après 25 ans de mandat.

La Finlande a réagi avec prudence à l'effondrement de l'Union soviétique, mais a rapidement commencé à augmenter son intégration avec l'Occident. Le 21 septembre 1990, la Finlande a déclaré unilatéralement le traité de paix de Paris obsolète, à la suite de la décision de réunification allemande neuf jours plus tôt. [95]

Des décisions macroéconomiques erronées, une crise bancaire, l'effondrement de son plus grand partenaire commercial (l'Union soviétique) et un ralentissement économique mondial ont provoqué une profonde récession au début des années 90 en Finlande. La dépression a atteint son point le plus bas en 1993 et ​​la Finlande a connu une croissance économique régulière pendant plus de dix ans. [96] Comme d'autres pays nordiques, la Finlande a décentralisé son économie depuis la fin des années 1980. La réglementation des marchés financiers et des produits a été assouplie. Certaines entreprises d'État ont été privatisées et il y a eu de modestes réductions d'impôts. [ citation requise ] La Finlande a rejoint l'Union européenne en 1995 et la zone euro en 1999. Une grande partie de la croissance économique de la fin des années 90 a été alimentée par le succès du fabricant de téléphones mobiles Nokia, qui occupait une position unique en représentant 80 % de la capitalisation boursière du Bourse.

Située approximativement entre les latitudes 60° et 70° N et les longitudes 20° et 32° E, la Finlande est l'un des pays les plus septentrionaux du monde. Parmi les capitales mondiales, seule Reykjavík se situe plus au nord qu'Helsinki. La distance entre le point le plus au sud - Hanko à Uusimaa - et le plus au nord - Nuorgam en Laponie - est de 1 160 kilomètres (720 mi).

La Finlande compte environ 168 000 lacs (d'une superficie supérieure à 500 m 2 ou 0,12 acres) et 179 000 îles. [97] Son plus grand lac, Saimaa, est le quatrième plus grand d'Europe. La région des lacs finlandaise est la région avec le plus de lacs du pays. De nombreuses grandes villes de la région, notamment Tampere, Jyväskylä et Kuopio, sont situées à proximité immédiate des grands lacs. La plus grande concentration d'îles se trouve dans le sud-ouest, dans la mer de l'archipel entre la Finlande continentale et l'île principale d'Åland.

Une grande partie de la géographie de la Finlande est le résultat de l'ère glaciaire. Les glaciers étaient plus épais et duraient plus longtemps en Fennoscandie que dans le reste de l'Europe. Leurs effets d'érosion ont laissé le paysage finlandais principalement plat avec peu de collines et moins de montagnes. Son point culminant, le Halti à 1 324 mètres (4 344 pieds), se trouve à l'extrême nord de la Laponie à la frontière entre la Finlande et la Norvège. La plus haute montagne dont le sommet est entièrement en Finlande est Ridnitšohkka à 1 316 m (4 318 pi), directement adjacente à Halti.

Le recul des glaciers a laissé au sol des dépôts morainiques en formations d'eskers. Ce sont des crêtes de gravier et de sable stratifiés, allant du nord-ouest au sud-est, là où se trouvait autrefois l'ancien bord du glacier. Parmi les plus grandes d'entre elles se trouvent les trois crêtes de Salpausselkä qui traversent le sud de la Finlande.

Après avoir été comprimé sous le poids énorme des glaciers, le relief finlandais s'élève en raison du rebond post-glaciaire. L'effet est le plus fort autour du golfe de Botnie, où les terres s'élèvent régulièrement d'environ 1 cm (0,4 po) par an. En conséquence, l'ancien fond marin se transforme peu à peu en terre ferme : la superficie du pays s'étend d'environ 7 kilomètres carrés (2,7 milles carrés) par an. [98] Relativement parlant, la Finlande sort de la mer. [99]

Le paysage est principalement couvert de forêts de taïga de conifères et de marais, avec peu de terres cultivées. Sur la superficie totale, 10 % sont des lacs, des rivières et des étangs, et 78 % des forêts. La forêt se compose de pins, d'épinettes, de bouleaux et d'autres espèces. [100] La Finlande est le plus gros producteur de bois d'Europe et l'un des plus gros au monde. Le type de roche le plus courant est le granit. C'est une partie omniprésente du paysage, visible partout où il n'y a pas de couverture de sol. La moraine ou le till est le type de sol le plus courant, recouvert d'une fine couche d'humus d'origine biologique. Le développement d'un profil de podzol est observé dans la plupart des sols forestiers, sauf là où le drainage est médiocre. Les gleysols et les tourbières occupent des zones mal drainées.

Biodiversité

Phytogéographiquement, la Finlande est partagée entre les provinces arctiques, d'Europe centrale et d'Europe du Nord de la région circumboréale au sein du royaume boréal. Selon le WWF, le territoire de la Finlande peut être subdivisé en trois écorégions : la taïga scandinave et russe, les forêts mixtes sarmatiques et la forêt et les prairies de bouleau montagnard scandinave. [101] La taïga couvre la majeure partie de la Finlande depuis les régions du nord des provinces du sud jusqu'au nord de la Laponie. Sur la côte sud-ouest, au sud de la ligne Helsinki-Rauma, les forêts sont caractérisées par des forêts mixtes, plus typiques de la région baltique. Dans l'extrême nord de la Finlande, près de la limite des arbres et de l'océan Arctique, les forêts de bouleaux montagnards sont courantes. La Finlande avait un score moyen de 5,08/10 pour l'indice d'intégrité des paysages forestiers en 2018, la classant au 109e rang mondial sur 172 pays. [102]

De même, la Finlande possède une faune diversifiée et étendue. Il existe aujourd'hui au moins soixante espèces de mammifères indigènes, 248 espèces d'oiseaux nicheurs, plus de 70 espèces de poissons et 11 espèces de reptiles et de grenouilles, dont beaucoup ont émigré des pays voisins il y a des milliers d'années. Les grands mammifères sauvages largement reconnus que l'on trouve en Finlande sont l'ours brun, le loup gris, le carcajou et le wapiti. L'ours brun, qui est également surnommé le "roi de la forêt" par les Finlandais, est l'animal national officiel du pays, [103] qui figure également sur les armoiries de la région de Satakunta est un ours noir à tête couronnée portant une épée, [104] faisant peut-être référence à la capitale régionale de Pori, dont le nom suédois Björneborg et le nom latin Arctopolis signifie littéralement "ville des ours" ou "forteresse des ours". [105] Trois des oiseaux les plus frappants sont le cygne chanteur, un grand cygne européen et l'oiseau national de la Finlande, le grand tétras occidental, un grand membre à plumage noir de la famille des tétras et le hibou grand-duc. Ce dernier est considéré comme un indicateur de la connectivité des forêts anciennes et a diminué en raison de la fragmentation du paysage. [106] Les oiseaux reproducteurs les plus communs sont la paruline des saules, le pinson des arbres et l'aile rouge. [107] Sur quelque soixante-dix espèces de poissons d'eau douce, le grand brochet, la perche et d'autres sont abondants. Le saumon atlantique reste le favori des amateurs de canne à mouche.

Le phoque annelé de Saimaa en voie de disparition (Pusa hispida saimensis), l'une des trois seules espèces de phoques lacustres au monde, n'existe que dans le système lacustre de Saimaa, dans le sud-est de la Finlande, et ne compte aujourd'hui que 390 phoques. [108] Depuis que l'espèce a été protégée en 1955, [109] elle est devenue l'emblème de l'Association finlandaise pour la conservation de la nature. [110] Le phoque annelé de Saimaa vit aujourd'hui principalement dans deux parcs nationaux finlandais, Kolovesi et Linnansaari, [111] mais des animaux errants ont été observés dans une zone beaucoup plus vaste, notamment près du centre-ville de Savonlinna.

Climat

Le principal facteur influençant le climat de la Finlande est la position géographique du pays entre les 60e et 70e parallèles nord dans la zone côtière du continent eurasien. Dans la classification climatique de Köppen, l'ensemble de la Finlande se situe dans la zone boréale, caractérisée par des étés chauds et des hivers glacials. A l'intérieur du pays, la température varie considérablement entre les régions côtières du sud et l'extrême nord, présentant des caractéristiques à la fois maritimes et continentales. La Finlande est suffisamment proche de l'océan Atlantique pour être continuellement réchauffée par le Gulf Stream. Le Gulf Stream se combine avec les effets modérateurs de la mer Baltique et de nombreux lacs intérieurs pour expliquer le climat inhabituellement chaud par rapport à d'autres régions partageant la même latitude, comme l'Alaska, la Sibérie et le sud du Groenland. [112]

Les hivers dans le sud de la Finlande (lorsque la température quotidienne moyenne reste inférieure à 0 °C ou 32 °F) durent généralement environ 100 jours, et à l'intérieur des terres, la neige recouvre généralement la terre de fin novembre à avril, et sur les zones côtières telles que À Helsinki, la neige recouvre souvent les terres de fin décembre à fin mars. [113] Même dans le sud, les nuits d'hiver les plus rudes peuvent voir les températures chuter à -30 °C (-22 °F) bien que sur les zones côtières comme Helsinki, les températures inférieures à -30 °C (-22 °F) soient rares. Les étés climatiques (lorsque la température quotidienne moyenne reste supérieure à 10 °C ou 50 °F) dans le sud de la Finlande durent environ de la fin mai à la mi-septembre, et à l'intérieur des terres, les jours les plus chauds de juillet peuvent atteindre plus de 35 °C (95 °F ). [112] Bien que la majeure partie de la Finlande se trouve sur la ceinture de la taïga, les régions côtières les plus au sud sont parfois classées comme hémiboréales. [114]

Dans le nord de la Finlande, en particulier en Laponie, les hivers sont longs et froids, tandis que les étés sont relativement chauds mais courts. Les jours d'hiver les plus rigoureux en Laponie peuvent voir la température chuter jusqu'à -45 °C (-49 °F). L'hiver du nord dure environ 200 jours avec une couverture neigeuse permanente de la mi-octobre au début mai environ. Les étés dans le nord sont assez courts, seulement deux à trois mois, mais peuvent toujours voir des températures quotidiennes maximales supérieures à 25 °C (77 °F) pendant les vagues de chaleur. [112] Aucune partie de la Finlande n'a de toundra arctique, mais la toundra alpine peut être trouvée dans les collines de Laponie. [114]

Le climat finlandais ne convient à la culture céréalière que dans les régions les plus méridionales, tandis que les régions septentrionales sont propices à l'élevage. [115]

Un quart du territoire finlandais se situe dans le cercle polaire arctique et le soleil de minuit peut être ressenti pendant plus de jours que l'on se déplace plus au nord. Au point le plus septentrional de la Finlande, le soleil ne se couche pas pendant 73 jours consécutifs en été et ne se lève pas du tout pendant 51 jours en hiver. [112]

Régions

La Finlande se compose de 19 régions, appelées maakunta en finnois et paysagiste en suédois. Les régions sont régies par des conseils régionaux qui servent de forums de coopération pour les municipalités d'une région. Les principales tâches des régions sont la planification régionale et le développement de l'entreprise et de l'éducation. De plus, les services de santé publique sont généralement organisés sur la base des régions. Actuellement, la seule région où une élection populaire est organisée pour le conseil est Kainuu. Les autres conseils régionaux sont élus par les conseils communaux, chaque commune envoyant des représentants au prorata de sa population.

En plus de la coopération intercommunale, qui relève des conseils régionaux, chaque région dispose d'un Centre national pour l'emploi et le développement économique qui est chargé de l'administration locale du travail, de l'agriculture, de la pêche, de la foresterie et des affaires entrepreneuriales. Les bureaux régionaux des Forces de défense finlandaises sont responsables des préparatifs de la défense régionale et de l'administration de la conscription dans la région.

Les régions représentent mieux les variations dialectales, culturelles et économiques que les anciennes provinces, qui étaient des divisions purement administratives du gouvernement central. Historiquement, les régions sont des divisions des provinces historiques de la Finlande, des zones qui représentent plus précisément les dialectes et la culture.

Six agences administratives régionales de l'État ont été créées par l'État de Finlande en 2010, chacune d'entre elles étant responsable de l'une des régions appelées aleur en finnois et Région en suédois de plus, Åland a été désignée septième région. Ceux-ci reprennent certaines des tâches des anciennes Provinces de Finlande (lääni/län), qui ont été supprimés. [116]

La région d'Uusimaa orientale (Itä-Uusimaa) a été consolidée avec Uusimaa le 1er janvier 2011. [119]

Divisions administratives

Les divisions administratives fondamentales du pays sont les municipalités, qui peuvent également s'appeler villes ou cités. Ils représentent la moitié des dépenses publiques. Les dépenses sont financées par l'impôt municipal sur le revenu, les subventions de l'État et d'autres recettes. En 2021 [mise à jour] , il y a 309 municipalités [120] et la plupart comptent moins de 6 000 habitants.

En plus des communes, deux niveaux intermédiaires sont définis. Les communes coopèrent dans soixante-dix sous-régions et dix-neuf régions. Celles-ci sont régies par les communes membres et n'ont que des pouvoirs limités. La province autonome d'Åland a un conseil régional permanent élu démocratiquement. Le peuple sami a une région d'origine sami semi-autonome en Laponie pour les problèmes de langue et de culture.

Dans le graphique suivant, le nombre d'habitants comprend ceux qui vivent sur l'ensemble de la commune (kunta/kommun), pas seulement dans l'agglomération. La superficie est donnée en km 2 , et la densité en habitants par km 2 (superficie). Les chiffres sont au 31 mars 2021. La région de la capitale – comprenant Helsinki, Vantaa, Espoo et Kauniainen – forme une conurbation continue de plus de 1,1 million d'habitants. Cependant, l'administration commune est limitée à la coopération volontaire de toutes les municipalités, par ex. au Conseil de la zone métropolitaine d'Helsinki.

Constitution

La Constitution de la Finlande définit le système politique La Finlande est une république parlementaire dans le cadre d'une démocratie représentative. Le Premier ministre est la personne la plus puissante du pays. La version actuelle de la constitution a été promulguée le 1er mars 2000 et a été amendée le 1er mars 2012. Les citoyens peuvent se présenter et voter aux élections législatives, municipales, présidentielles et européennes.

Président

Le chef de l'État finlandais est le président de la République de Finlande (en finnois : Suomen tasavallan presidentti en suédois : Président de la République de Finlande). La Finlande a eu pendant la majeure partie de son indépendance un système semi-présidentiel, mais au cours des dernières décennies, les pouvoirs du président ont été réduits. Les amendements constitutionnels, entrés en vigueur en 1991 et 1992, ainsi qu'un nouveau projet de constitution de 2000 (amendé en 2012), ont fait de la présidence un bureau principalement cérémoniel. Cependant, le président dirige toujours la politique étrangère du pays avec le Conseil d'État et est le commandant en chef des forces de défense. [4] Le poste comporte toujours certains pouvoirs, notamment la responsabilité de la politique étrangère (à l'exclusion des affaires liées à l'Union européenne) en coopération avec le cabinet, étant le chef des forces armées, certains pouvoirs de décret et de grâce, et certains pouvoirs de nomination. Des élections directes en une ou deux étapes sont utilisées pour élire le président pour un mandat de six ans et pour un maximum de deux mandats consécutifs de six ans. Le président actuel est Sauli Niinistö, il a pris ses fonctions le 1er mars 2012. Les anciens présidents étaient KJ Ståhlberg (1919-1925), LK Relander (1925-1931), PE Svinhufvud (1931-1937), Kyösti Kallio (1937-1940), Risto Ryti (1940-1944), CGE Mannerheim (1944-1946), JK Paasikivi (1946-1956), Urho Kekkonen (1956-1982), Mauno Koivisto (1982-1994), Martti Ahtisaari (1994-2000) et Tarja Halonen (2000-2012).

Le président actuel a été élu dans les rangs du Parti de la coalition nationale pour la première fois depuis 1946. La présidence entre 1946 et aujourd'hui était plutôt assurée par un membre du Parti social-démocrate ou du Parti du centre.

Parlement

Le Parlement finlandais monocaméral de 200 membres (finnois : Eduskunta, suédois : Riksdag) exerce l'autorité législative suprême dans le pays. Il peut modifier la constitution et les lois ordinaires, révoquer le cabinet et passer outre les veto présidentiels. Ses actes ne sont pas soumis à un contrôle juridictionnel. La constitutionnalité des nouvelles lois est évaluée par la commission parlementaire des lois constitutionnelles. Le parlement est élu pour un mandat de quatre ans selon la méthode proportionnelle D'Hondt dans un certain nombre de circonscriptions plurinominales à travers les circonscriptions plurinominales à liste la plus ouverte. Diverses commissions parlementaires écoutent les experts et préparent la législation.

Depuis l'introduction du suffrage universel en 1906, le parlement est dominé par le Parti du centre (ancienne Union agraire), le Parti de la coalition nationale et les sociaux-démocrates. Ces partis ont bénéficié d'un soutien à peu près égal et leur vote combiné a totalisé environ 65 à 80 % de tous les votes. Leur total commun le plus bas de députés, 121, a été atteint lors des élections de 2011. Pendant quelques décennies après 1944, les communistes étaient un quatrième parti fort. En raison du système électoral de représentation proportionnelle et de la relative réticence des électeurs à changer leur soutien entre les partis, les forces relatives des partis n'ont généralement varié que légèrement d'une élection à l'autre. Cependant, il y a eu des tendances à long terme, telles que la montée et la chute des communistes pendant la guerre froide, le déclin constant dans l'insignifiance des libéraux et de leurs prédécesseurs de 1906 à 1980 et la montée de la Ligue verte depuis 1983.

Le Cabinet Marin est le 76e gouvernement sortant de Finlande. Il a été formé à la suite de la chute du cabinet Rinne et a officiellement pris ses fonctions le 10 décembre 2019. [123][124]Le cabinet est constitué d'une coalition formée par le Parti social-démocrate, le Parti du centre, la Ligue verte, l'Alliance de gauche, et le Parti populaire suédois. [125]

Cabinet

Après les élections législatives, les partis négocient entre eux la formation d'un nouveau cabinet (le gouvernement finlandais), qui doit ensuite être approuvé par un vote à la majorité simple au parlement. Le cabinet peut être révoqué par un vote de défiance parlementaire, bien que cela se produise rarement (la dernière fois en 1957), car les partis représentés dans le cabinet constituent généralement la majorité au parlement. [126] [ référence circulaire ]

Le cabinet exerce la plupart des pouvoirs exécutifs et est à l'origine de la plupart des projets de loi que le parlement débat et vote ensuite. Il est dirigé par le Premier ministre finlandais et se compose de lui, d'autres ministres et du chancelier de la justice. L'actuel Premier ministre est Sanna Marin (Parti social-démocrate). Chaque ministre dirige son ministère ou, dans certains cas, est responsable d'un sous-ensemble de la politique d'un ministère. Après le Premier ministre, le ministre le plus puissant est le ministre des Finances. Le ministre des Finances en exercice est Matti Vanhanen.

Comme aucun parti ne domine jamais le parlement, les cabinets finlandais sont des coalitions multipartites. En règle générale, le poste de Premier ministre revient au chef du plus grand parti et celui de ministre des Finances au chef du deuxième plus grand parti.

Le système judiciaire de la Finlande est un système de droit civil divisé entre les tribunaux ayant une juridiction civile et pénale régulière et les tribunaux administratifs ayant compétence sur les litiges entre les particuliers et l'administration publique. Le droit finlandais est codifié et basé sur le droit suédois et dans un sens plus large, le droit civil ou le droit romain. Le système judiciaire pour la juridiction civile et pénale se compose de tribunaux locaux (käräjäoikeus, tingsrätt), les cours d'appel régionales (hovioikeus, hovrätt), et la Cour suprême (korkein oikeus, högsta domstolen). Le pouvoir administratif de la justice se compose des tribunaux administratifs (hallinto-oikeus, förvaltningsdomstol) et la Cour administrative suprême (Korkein hallinto-oikeus, högsta förvaltningsdomstolen). En plus des tribunaux ordinaires, il existe quelques tribunaux spéciaux dans certaines branches de l'administration. Il existe également une Haute Cour de mise en accusation pour les accusations criminelles contre certains hauts fonctionnaires.

Environ 92 % des résidents ont confiance dans les institutions de sécurité finlandaises. [127] Le taux de criminalité global de la Finlande n'est pas élevé dans le contexte de l'UE. Certains types de délits sont supérieurs à la moyenne, notamment le taux d'homicides élevé en Europe occidentale. [128] Un système d'amende journalière est en vigueur et s'applique également aux infractions telles que l'excès de vitesse.

La Finlande a lutté avec succès contre la corruption gouvernementale, qui était plus courante dans les années 1970 et 1980. [129] [ vérification nécessaire ] Par exemple, les réformes économiques et l'adhésion à l'UE ont introduit des exigences plus strictes pour les appels d'offres ouverts et de nombreux monopoles publics ont été abolis. [129] Aujourd'hui, la Finlande compte un très faible nombre d'accusations de corruption. Transparency International classe la Finlande comme l'un des pays les moins corrompus d'Europe.

En 2008, Transparency International a critiqué le manque de transparence du système de financement politique finlandais. [130] Selon le GRECO en 2007, la corruption devrait être mieux prise en compte dans le système finlandais de fonds électoraux. [131] Un scandale entourant le financement de la campagne électorale des élections législatives de 2007 a éclaté au printemps 2008. Neuf ministres ont soumis des rapports de financement incomplets et encore plus de députés. La loi ne prévoit aucune sanction des faux rapports de fonds des élus politiques.

Relations étrangères

Selon la constitution de 2012, le président (actuellement Sauli Niinistö) dirige la politique étrangère en coopération avec le gouvernement, sauf que le président n'a aucun rôle dans les affaires européennes. [132]

En 2008, le président Martti Ahtisaari a reçu le prix Nobel de la paix. [133] La Finlande était considérée comme un État modèle coopératif et la Finlande ne s'est pas opposée aux propositions d'une politique de défense commune de l'UE. [134] Cela s'est inversé dans les années 2000, lorsque Tarja Halonen et Erkki Tuomioja ont fait de la Finlande une politique officielle de résistance aux projets de défense commune des autres membres de l'UE. [134]

Militaire

Les Forces de défense finlandaises se composent d'un cadre de soldats professionnels (principalement des officiers et du personnel technique), actuellement en service, et d'une importante réserve. L'effectif standard de préparation est de 34 700 personnes en uniforme, dont 25 % sont des soldats professionnels. Une conscription masculine universelle est en place, en vertu de laquelle tous les ressortissants finlandais de sexe masculin âgés de plus de 18 ans servent pendant 6 à 12 mois de service armé ou 12 mois de service civil (non armé). Le service volontaire de maintien de la paix à l'étranger après la conscription est populaire et les troupes servent dans le monde entier dans le cadre de missions de l'ONU, de l'OTAN et de l'UE. Environ 500 femmes choisissent chaque année le service militaire volontaire. [135] Les femmes sont autorisées à servir dans toutes les armes de combat, y compris l'infanterie de première ligne et les forces spéciales. L'armée se compose d'une armée de campagne très mobile appuyée par des unités de défense locales. L'armée défend le territoire national et sa stratégie militaire utilise le terrain fortement boisé et les nombreux lacs pour user un agresseur, au lieu de tenter de maintenir l'armée attaquante à la frontière.

Les dépenses de défense finlandaises par habitant sont parmi les plus élevées de l'Union européenne. [136] La doctrine militaire finlandaise repose sur le concept de défense totale. Le terme total signifie que tous les secteurs du gouvernement et de l'économie sont impliqués dans la planification de la défense. Les forces armées sont placées sous le commandement du chef de la défense (actuellement le général Jarmo Lindberg), qui est directement subordonné au président pour les questions liées au commandement militaire. Les branches de l'armée sont l'armée, la marine et l'aviation. Le garde-frontière relève du ministère de l'Intérieur, mais peut être intégré aux Forces de défense lorsque cela est nécessaire pour la préparation à la défense.

Même si la Finlande n'a pas adhéré à l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord, le pays a rejoint la Force de réaction de l'OTAN, le groupement tactique de l'UE [137] le Partenariat pour la paix de l'OTAN et a signé en 2014 un mémorandum d'accord de l'OTAN [138] [139] formant ainsi une coalition pratique. [17] En 2015, les liens entre la Finlande et l'OTAN ont été renforcés par un accord de soutien au pays hôte permettant l'assistance des troupes de l'OTAN dans les situations d'urgence. [140] La Finlande a participé activement à l'Afghanistan et au Kosovo. [141] [142]

Sécurité sociale

La Finlande possède l'un des systèmes de protection sociale les plus étendus au monde, un système qui garantit des conditions de vie décentes à tous les résidents : Finlandais et non-ressortissants. Depuis les années 1980, la sécurité sociale a été réduite, mais le système est toujours l'un des plus complets au monde. Créé presque entièrement au cours des trois premières décennies après la Seconde Guerre mondiale, le système de sécurité sociale était une excroissance de la croyance nordique traditionnelle selon laquelle l'État n'était pas intrinsèquement hostile au bien-être de ses citoyens, mais pouvait intervenir avec bienveillance en leur faveur. Selon certains historiens sociaux, la base de cette croyance était une histoire relativement bénigne qui avait permis l'émergence progressive d'une paysannerie libre et indépendante dans les pays nordiques et avait limité la domination de la noblesse et la formation ultérieure d'une puissante aile droite. L'histoire de la Finlande a été plus dure que l'histoire des autres pays nordiques, mais pas assez pour empêcher le pays de suivre sa voie de développement social. [143]

Droits humains

Le § 6 dans deux phrases de la Constitution finlandaise stipule : « Nul ne doit être placé dans une situation différente quant à sa situation de sexe, d'âge, d'origine, de langue, de religion, de croyance, d'opinion, d'état de santé, de handicap ou de toute autre raison personnelle sans une raison acceptable. » [144]

La Finlande a été classée au-dessus de la moyenne parmi les pays du monde en matière de démocratie, [145] de liberté de la presse, [146] et de développement humain. [147]

Amnesty International s'est déclarée préoccupée par certains problèmes en Finlande, tels que l'autorisation présumée des escales des vols de restitution de la CIA, l'emprisonnement d'objecteurs de conscience et la discrimination sociétale à l'encontre des Roms et des membres d'autres minorités ethniques et linguistiques.[148] [149]

L'économie de la Finlande a une production par habitant égale à celle d'autres économies européennes telles que celles de la France, de l'Allemagne, de la Belgique ou du Royaume-Uni. Le secteur le plus important de l'économie est le secteur des services à 66% du PIB, suivi par la fabrication et le raffinage à 31%. La production primaire représente 2,9 %. [150] En ce qui concerne le commerce extérieur, le secteur économique clé est la fabrication. Les industries les plus importantes en 2007 [151] étaient l'électronique (22 %), les machines, les véhicules et autres produits métalliques d'ingénierie (21,1 %), l'industrie forestière (13 %) et les produits chimiques (11 %). Le produit intérieur brut a culminé en 2008. À partir de 2015 [mise à jour] , l'économie du pays est au niveau de 2006. [152] [153]

La Finlande possède d'importantes ressources en bois, en minéraux (fer, chrome, cuivre, nickel et or) et en eau douce. La foresterie, les usines de papier et le secteur agricole (sur lequel les contribuables dépensent [ éclaircissements nécessaires ] environ 3 milliards d'euros par an) sont importants pour les résidents ruraux, de sorte que tout changement de politique affectant ces secteurs est politiquement sensible pour les politiciens dépendants des votes ruraux. La région du Grand Helsinki génère environ un tiers du PIB de la Finlande. Dans une comparaison de l'OCDE en 2004, la fabrication de haute technologie en Finlande se classait au deuxième rang après l'Irlande. Les services à forte intensité de savoir ont également permis aux secteurs les plus petits et à croissance lente – en particulier l'agriculture et la fabrication à faible technologie – de se classer au deuxième rang après l'Irlande. [154]

Le climat et les sols de la Finlande font de la culture des cultures un défi particulier. Le pays se situe entre les latitudes 60°N et 70°N, et il a des hivers rigoureux et des saisons de croissance relativement courtes qui sont parfois interrompues par le gel. Cependant, parce que le Gulf Stream et le courant de dérive de l'Atlantique Nord modèrent le climat, la Finlande contient la moitié des terres arables du monde au nord du 60° de latitude nord. Les précipitations annuelles sont généralement suffisantes, mais elles surviennent presque exclusivement pendant les mois d'hiver, ce qui fait des sécheresses estivales une menace constante. En réponse au climat, les agriculteurs se sont appuyés sur des variétés de cultures à maturation rapide et résistantes au gel, et ils ont cultivé des pentes exposées au sud ainsi que des bas-fonds plus riches pour assurer la production même les années de gelées estivales. La plupart des terres agricoles étaient à l'origine des forêts ou des marécages, et le sol a généralement nécessité un traitement à la chaux et des années de culture pour neutraliser l'excès d'acide et améliorer la fertilité. L'irrigation n'a généralement pas été nécessaire, mais des systèmes de drainage sont souvent nécessaires pour éliminer l'excès d'eau. L'agriculture finlandaise a été efficace et productive, du moins par rapport à l'agriculture d'autres pays européens. [143]

Les forêts jouent un rôle clé dans l'économie du pays, ce qui en fait l'un des principaux producteurs de bois au monde et fournit des matières premières à des prix compétitifs pour les industries cruciales de transformation du bois. Comme dans l'agriculture, le gouvernement a longtemps joué un rôle de premier plan dans la foresterie, réglementant l'abattage des arbres, parrainant des améliorations techniques et établissant des plans à long terme pour garantir que les forêts du pays continuent d'approvisionner les industries de transformation du bois. Pour maintenir l'avantage comparatif du pays dans les produits forestiers, les autorités finlandaises ont décidé d'augmenter la production de bois d'œuvre jusqu'aux limites écologiques du pays. En 1984, le gouvernement a publié le plan Forêt 2000, élaboré par le ministère de l'Agriculture et des Forêts. Le plan visait à augmenter les récoltes forestières d'environ 3 % par an, tout en conservant les terres forestières à des fins récréatives et autres. [143]

Les employés du secteur privé s'élèvent à 1,8 million, dont environ un tiers diplômés de l'enseignement supérieur. Le coût horaire moyen d'un salarié du secteur privé était de 25,10 € en 2004. [155] En 2008 [mise à jour] , les niveaux de revenu moyen ajusté en fonction du pouvoir d'achat sont similaires à ceux de l'Italie, de la Suède, de l'Allemagne et de la France. [156] En 2006, 62 % de la main-d'œuvre travaillait pour des entreprises de moins de 250 salariés et elles représentaient 49 % du chiffre d'affaires total des entreprises et affichaient le taux de croissance le plus élevé. [157] Le taux d'emploi des femmes est élevé. La ségrégation des sexes entre les professions à prédominance masculine et les professions à prédominance féminine est plus élevée qu'aux États-Unis. [158] La proportion de travailleurs à temps partiel était l'une des plus faibles de l'OCDE en 1999. [158] En 2013, les 10 plus grands employeurs du secteur privé en Finlande étaient Itella, Nokia, OP-Pohjola, ISS, VR, Kesko, UPM -Kymmene, YIT, Metso et Nordea. [159]

Le taux de chômage était de 9,4 % en 2015, après avoir augmenté de 8,7 % en 2014. [160] Le taux de chômage des jeunes est passé de 16,5 % en 2007 à 20,5 % en 2014. [161] Un cinquième des résidents sont hors du marché du travail à l'âge de de 50 et moins d'un tiers travaillent à l'âge de 61 ans. [162] En 2014, près d'un million de personnes vivaient avec un salaire minimum ou sans emploi pour couvrir leur coût de la vie. [163]

En 2006 [mise à jour] , 2,4 millions de ménages résident en Finlande. La taille moyenne est de 2,1 personnes. 40% des ménages se composent d'une personne seule, 32% de deux personnes et 28% de trois personnes ou plus. Les bâtiments résidentiels totalisent 1,2 million et l'espace résidentiel moyen est de 38 mètres carrés (410 pieds carrés) par personne. Une propriété résidentielle moyenne sans terrain coûte 1 187 € par mètre carré et un terrain résidentiel 8,60 € par mètre carré. 74% des ménages avaient une voiture. Il y a 2,5 millions de voitures et 0,4 million d'autres véhicules. [167]

Environ 92 % ont un téléphone mobile et 83,5 % (2009) une connexion Internet à domicile. La consommation totale moyenne des ménages était de 20 000 €, dont le logement se composait d'environ 5 500 €, les transports d'environ 3 000 €, la nourriture et les boissons (hors boissons alcoolisées) d'environ 2 500 € et les loisirs et la culture d'environ 2 000 €. [168] Selon Invest in Finland, la consommation privée a augmenté de 3 % en 2006 et les tendances de consommation comprenaient les biens durables, les produits de haute qualité et les dépenses de bien-être. [169]

En 2017, le PIB de la Finlande a atteint 224 milliards d'euros. Cependant, le deuxième trimestre de 2018 a connu une croissance économique lente. Le taux de chômage est tombé à son plus bas niveau depuis près d'une décennie en juin, marquant une croissance beaucoup plus élevée de la consommation privée. [170]

La Finlande a la plus forte concentration de coopératives par rapport à sa population. [171] Le plus grand détaillant, qui est également le plus grand employeur privé, S-Group, et la plus grande banque, OP-Group, du pays sont tous deux des coopératives.

Énergie

Les marchés financiers et physiques de l'énergie nordiques, libres et largement privés, négociés sur les bourses NASDAQ OMX Commodities Europe et Nord Pool Spot, ont fourni des prix compétitifs par rapport aux autres pays de l'UE. À partir de 2007 [mise à jour] , la Finlande a à peu près les prix de l'électricité industrielle les plus bas dans l'UE-15 (égal à la France). [173]

En 2006, le marché de l'énergie était d'environ 90 térawattheures et la demande de pointe autour de 15 gigawatts en hiver. Cela signifie que la consommation d'énergie par habitant est d'environ 7,2 tonnes équivalent pétrole par an. L'industrie et la construction ont consommé 51 % de la consommation totale, un chiffre relativement élevé reflétant les industries finlandaises. [174] [175] Les ressources en hydrocarbures de la Finlande se limitent à la tourbe et au bois. Environ 10 à 15 % de l'électricité est produite par l'hydroélectricité, [176] ce qui est faible par rapport à la Suède ou la Norvège, plus montagneuse. En 2008, les énergies renouvelables (principalement l'hydroélectricité et diverses formes de bois-énergie) étaient élevées à 31 % par rapport à la moyenne de l'UE de 10,3 % dans la consommation finale d'énergie. [177] La ​​Russie fournit plus de 75 % des importations finlandaises de pétrole et 100 % des importations totales de gaz. [178] [179]

La Finlande possède quatre réacteurs nucléaires privés produisant 18 % de l'énergie du pays [181] et un réacteur de recherche (déclassé en 2018 [182] ) sur le campus d'Otaniemi. Le cinquième réacteur construit par AREVA-Siemens - le plus grand au monde avec 1600 MWe et un point focal de l'industrie nucléaire européenne - a subi de nombreux retards et devrait actuellement être opérationnel d'ici 2018-2020, une décennie après l'ouverture initialement prévue. [183] ​​Une quantité variable (5-17%) d'électricité a été importée de Russie (à environ 3 gigawatts de capacité de ligne électrique), de Suède et de Norvège.

Le dépôt de combustible nucléaire usé d'Onkalo est actuellement en construction à la centrale nucléaire d'Olkiluoto dans la commune d'Eurajoki, sur la côte ouest de la Finlande, par la société Posiva. [184] Les entreprises énergétiques sont sur le point d'augmenter la production d'énergie nucléaire, car en juillet 2010, le parlement finlandais a accordé des permis pour deux nouveaux réacteurs supplémentaires.

Transport

Le réseau routier finlandais est utilisé par la plupart du trafic intérieur de marchandises et de passagers. Les dépenses annuelles du réseau routier public d'environ 1 milliard d'euros sont financées par les taxes sur les véhicules et les carburants, qui s'élèvent respectivement à environ 1,5 milliard d'euros et 1 milliard d'euros. Parmi les autoroutes finlandaises, les routes principales les plus importantes et les plus fréquentées sont l'autoroute Turku (E18), l'autoroute de Tampere (E12), l'autoroute Lahti (E75) et les rocades (Ring I et Ring III) de la zone métropolitaine d'Helsinki et la rocade de Tampere de la zone urbaine de Tampere. [185]

La principale porte d'entrée internationale des passagers est l'aéroport d'Helsinki, qui a accueilli environ 17 millions de passagers en 2016. L'aéroport d'Oulu est le deuxième plus grand, tandis que 25 autres aéroports ont des services passagers réguliers. [186] Finnair, Blue1 et Nordic Regional Airlines, Norwegian Air Shuttle, basée à l'aéroport d'Helsinki, vendent des services aériens tant au niveau national qu'international. Helsinki bénéficie d'un emplacement optimal pour les routes circulaires (c'est-à-dire les plus courtes et les plus efficaces) entre l'Europe occidentale et l'Extrême-Orient.

Malgré une faible densité de population, le gouvernement dépense chaque année environ 350 millions d'euros pour entretenir le réseau de voies ferrées de 5 865 kilomètres (3 644 mi). Le transport ferroviaire est assuré par le groupe public VR, qui détient 5 % de part de marché de passagers (dont 80 % proviennent de déplacements urbains dans le Grand Helsinki) et 25 % de part de marché de fret. [187] Depuis le 12 décembre 2010, Karelian Trains, une coentreprise entre les chemins de fer russes et le groupe VR, exploite des services à grande vitesse exploités par Alstom Pendolino entre Finlyandsky de Saint-Pétersbourg et les gares ferroviaires centrales d'Helsinki. Ces services sont désignés sous le nom de trains « Allegro ». Le trajet d'Helsinki à Saint-Pétersbourg ne prend que trois heures et demie. Une ligne ferroviaire à grande vitesse est prévue entre Helsinki et Turku, avec une ligne de la capitale à Tampere également proposée. [188] Helsinki a ouvert le système de métro le plus septentrional du monde en 1982, qui dessert également la ville voisine d'Espoo depuis 2017.

La majorité des expéditions internationales de fret sont traitées dans les ports. Le port de Vuosaari à Helsinki est le plus grand port à conteneurs de Finlande, parmi lesquels Kotka, Hamina, Hanko, Pori, Rauma et Oulu. Il y a un trafic de passagers en provenance d'Helsinki et de Turku, qui ont des liaisons par ferry vers Tallinn, Mariehamn, Stockholm et Travemünde. La route Helsinki-Tallinn - l'une des routes maritimes les plus fréquentées au monde - a également été desservie par une ligne d'hélicoptères, et le tunnel Helsinki-Tallinn a été proposé pour fournir des services ferroviaires entre les deux villes. [189] Suivant largement l'exemple du pont de l'Øresund entre la Suède et le Danemark, le pont de Kvarken reliant Umeå en Suède et Vaasa en Finlande pour traverser le golfe de Botnie est également prévu depuis des décennies. [190]

Industrie

La Finlande s'est rapidement industrialisée après la Seconde Guerre mondiale, atteignant des niveaux de PIB par habitant comparables à ceux du Japon ou du Royaume-Uni au début des années 1970. Initialement, la majeure partie du développement économique reposait sur deux grands groupes d'industries axées sur l'exportation, l'« industrie métallurgique » (metalliteollisuus) et "industrie forestière" (metsäteollisuus). L'« industrie métallurgique » comprend la construction navale, la métallurgie, l'industrie automobile, les produits d'ingénierie tels que les moteurs et l'électronique, et la production de métaux et d'alliages dont l'acier, le cuivre et le chrome. Bon nombre des plus grands navires de croisière au monde, dont le MS Freedom of the Seas et l'Oasis of the Seas, ont été construits dans des chantiers navals finlandais. [191] [192] La « industrie forestière » comprend la foresterie, le bois, la pâte et le papier et est souvent considérée comme un développement logique basé sur les vastes ressources forestières de la Finlande, car 73 % de la région est couverte par la forêt. Dans l'industrie des pâtes et papiers, de nombreuses grandes entreprises sont basées en Finlande. Ahlstrom-Munksjö, Metsä Board et UPM sont toutes des entreprises forestières finlandaises dont le chiffre d'affaires dépasse 1 milliard d'euros. Cependant, au cours des dernières décennies, l'économie finlandaise s'est diversifiée, avec des entreprises se développant dans des domaines tels que l'électronique (Nokia), la métrologie (Vaisala), le pétrole (Neste) et les jeux vidéo (Rovio Entertainment), et n'est plus dominée par les deux secteurs de la métallurgie et de l'industrie forestière. De même, la structure a changé, avec la croissance du secteur des services, l'industrie manufacturière diminuant en importance, l'agriculture reste une partie mineure. Malgré cela, la production destinée à l'exportation est toujours plus importante qu'en Europe occidentale, ce qui rend la Finlande peut-être plus vulnérable aux tendances économiques mondiales.

En 2017, l'économie finlandaise était estimée à environ 2,7 % d'agriculture, 28,2 % de fabrication et 69,1 % de services. [193] En 2019, le revenu par habitant de la Finlande était estimé à 48 869 $. En 2020, la Finlande était classée 20e sur l'indice de facilité de faire des affaires, parmi 190 juridictions.

Politique publique

Les politiciens finlandais ont souvent imité le modèle nordique. [194] Les pays nordiques pratiquent le libre-échange et accueillent relativement bien les migrants qualifiés depuis plus d'un siècle, bien qu'en Finlande l'immigration soit relativement nouvelle. Le niveau de protection dans le commerce des produits de base a été faible, à l'exception des produits agricoles. [194]

La Finlande a les plus hauts niveaux de liberté économique dans de nombreux domaines. [ éclaircissements nécessaires ] La Finlande est classée 16e dans l'indice mondial de liberté économique de 2008 et 9e en Europe. [195] Alors que le secteur manufacturier est florissant, l'OCDE souligne que le secteur des services bénéficierait considérablement d'améliorations des politiques. [196]

L'annuaire mondial de la compétitivité 2007 de l'IMD a classé la Finlande au 17e rang des pays les plus compétitifs. [197] L'indice du Forum économique mondial 2008 a classé la Finlande au 6e rang des pays les plus compétitifs. [198] Dans les deux indicateurs, la performance de la Finlande était proche de celle de l'Allemagne et nettement supérieure à celle de la plupart des pays européens. Dans l'indice de compétitivité des entreprises 2007-2008, la Finlande se classait au troisième rang mondial.

Les économistes attribuent une forte croissance aux réformes des marchés de produits. Selon l'OCDE, seuls quatre pays de l'UE-15 ont des marchés de produits moins réglementés (Royaume-Uni, Irlande, Danemark et Suède) et un seul a des marchés financiers moins réglementés (Danemark). Les pays nordiques ont été des pionniers dans la libéralisation de l'énergie, des postes et d'autres marchés en Europe. [194] Le système juridique est clair et la bureaucratie des entreprises moins que la plupart des pays. [195] Les droits de propriété sont bien protégés et les accords contractuels sont strictement respectés. [195] La Finlande est classée pays le moins corrompu au monde dans l'indice de perception de la corruption [199] et 13e dans l'indice de facilité de faire des affaires. Cela indique une facilité exceptionnelle dans le commerce transfrontalier (5e), ​​l'exécution des contrats (7e), la fermeture d'entreprise (5e), ​​le paiement des impôts (83e) et une faible pénibilité des travailleurs (127e). [200]

La loi finlandaise oblige tous les travailleurs à respecter les contrats nationaux qui sont rédigés toutes les quelques années pour chaque profession et niveau d'ancienneté. L'accord devient universellement applicable à condition que plus de 50 % des salariés le soutiennent, en pratique en étant membre d'un syndicat pertinent. Le taux de syndicalisation est élevé (70 %), surtout dans la classe moyenne (AKAVA—80 %). L'absence d'accord national dans une industrie est considérée comme une exception. [154] [194]

Tourisme

En 2017, le tourisme en Finlande a rapporté environ 15,0 milliards d'euros, soit une augmentation de 7 % par rapport à l'année précédente. Sur ce montant, 4,6 milliards d'euros (30 %) provenaient du tourisme étranger. [205] En 2017, il y avait 15,2 millions de nuitées de touristes nationaux et 6,7 millions de nuitées de touristes étrangers. [206] Une grande partie de la croissance soudaine peut être attribuée à la mondialisation du pays ainsi qu'à une augmentation de la publicité et de la sensibilisation positives. Alors que la Russie reste le plus grand marché pour les touristes étrangers, la plus forte croissance est venue des marchés chinois (35%). [206] Le tourisme contribue à environ 2,7 % du PIB de la Finlande, ce qui le rend comparable à l'agriculture et à la foresterie. [207]

Les croisières commerciales entre les principales villes côtières et portuaires de la région de la Baltique, notamment Helsinki, Turku, Mariehamn, Tallinn, Stockholm et Travemünde, jouent un rôle important dans l'industrie touristique locale. Il existe également des liaisons par ferry distinctes dédiées au tourisme dans les environs d'Helsinki et de sa région, telles que la connexion à l'île forteresse de Suomenlinna [208] ou la connexion à la vieille ville de Porvoo. [209] En termes de nombre de passagers, le port d'Helsinki est le port le plus fréquenté au monde après le port de Douvres au Royaume-Uni et le port de Tallinn en Estonie. [210] L'aéroport international d'Helsinki-Vantaa est le quatrième aéroport le plus fréquenté des pays nordiques en termes de nombre de passagers, [211] et environ 90 % du trafic aérien international de la Finlande passe par l'aéroport. [212]

La Laponie a la plus forte consommation touristique de toutes les régions finlandaises. [207] Au-dessus du cercle polaire arctique, au milieu de l'hiver, il y a une nuit polaire, une période où le soleil ne se lève pas pendant des jours ou des semaines, voire des mois, et en conséquence, le soleil de minuit en été, sans coucher de soleil même à minuit ( jusqu'à 73 jours consécutifs, au point le plus au nord). La Laponie est si loin au nord que les aurores boréales, fluorescence dans la haute atmosphère due au vent solaire, sont régulièrement observées en automne, en hiver et au printemps. La Laponie finlandaise est également considérée localement comme la patrie de Saint-Nicolas ou du Père Noël, avec plusieurs parcs à thème, tels que le Village du Père Noël et le Parc du Père Noël à Rovaniemi. [213] D'autres destinations touristiques importantes en Laponie comprennent également des stations de ski (telles qu'Ylläs, Levi et Ruka) [214] et des promenades en traîneau dirigées par des rennes ou des huskies. [215] [216]

Les attractions touristiques en Finlande comprennent le paysage naturel que l'on trouve dans tout le pays ainsi que les attractions urbaines. La Finlande est couverte d'épaisses forêts de pins, de collines et de lacs. La Finlande compte 40 parcs nationaux (comme le parc national de Koli en Carélie du Nord), des rives sud du golfe de Finlande aux hautes collines de Laponie. Les activités de plein air vont du ski nordique, du golf, de la pêche, du yachting, des croisières sur le lac, de la randonnée et du kayak, entre autres. L'observation des oiseaux est populaire pour ceux qui aiment l'avifaune, mais la chasse est également populaire. L'élan et le lièvre sont un gibier commun en Finlande.

La Finlande a également des régions urbanisées avec de nombreux événements et activités culturels. Les attractions touristiques les plus célèbres d'Helsinki comprennent la cathédrale d'Helsinki et la forteresse maritime de Suomenlinna.Les parcs d'attractions finlandais les plus connus sont Linnanmäki à Helsinki, Särkänniemi à Tampere, PowerPark à Kauhava, Tykkimäki à Kouvola et Nokkakivi à Laukaa. [217] Château Saint-Olaf (Olavinlinna) à Savonlinna accueille le festival annuel d'opéra de Savonlinna, [218] et les milieux médiévaux des villes de Turku, Rauma et Porvoo attirent également des spectateurs curieux. [219]

Population selon l'origine ethnique en 2017 [1] [2]

La population de la Finlande est actuellement d'environ 5,5 millions d'habitants. Le taux de natalité actuel est de 10,42 pour 1 000 habitants, pour un taux de fécondité de 1,49 enfant né par femme, [220] l'un des plus bas au monde, nettement inférieur au taux de remplacement de 2,1. En 1887, la Finlande a enregistré son taux le plus élevé, 5,17 enfants nés par femme. [221] La Finlande a l'une des populations les plus âgées au monde, avec un âge médian de 42,6 ans. [222] On estime qu'environ la moitié des électeurs ont plus de 50 ans. [223] [85] [224] [225] La Finlande a une densité de population moyenne de 18 habitants par kilomètre carré. Il s'agit de la troisième densité de population la plus faible de tous les pays européens, derrière ceux de la Norvège et de l'Islande, et la densité de population la plus faible de tous les pays membres de l'Union européenne. La population finlandaise a toujours été concentrée dans les régions méridionales du pays, un phénomène qui s'est encore accentué au cours de l'urbanisation du XXe siècle. Deux des trois plus grandes villes de Finlande sont situées dans la zone métropolitaine du Grand Helsinki—Helsinki et Espoo, et certaines municipalités de la zone métropolitaine ont également enregistré une nette croissance de la population d'année en année, les plus notables étant Järvenpää, Nurmijärvi, Kirkkonummi, Kerava et Sipoo. [226] Dans les plus grandes villes de Finlande, Tampere occupe la troisième place après Helsinki et Espoo, tandis que Vantaa, voisine d'Helsinki, est la quatrième. Les autres villes de plus de 100 000 habitants sont Turku, Oulu, Jyväskylä, Kuopio et Lahti. D'autre part, Sottunga des îles Åland est la plus petite municipalité de Finlande en termes de population (Luhanka en Finlande continentale), [227] et Savukoski de Laponie est peu peuplée en termes de densité de population. [228]

En 2019 [mise à jour], 423 494 personnes d'origine étrangère vivaient en Finlande (7,7 % de la population), dont la plupart étaient originaires de l'ex-Union soviétique, d'Estonie, de Somalie, d'Irak et de l'ex-Yougoslavie. [229] [230] Les enfants d'étrangers n'obtiennent pas automatiquement la nationalité finlandaise, comme la loi finlandaise sur la nationalité pratique et maintient jus sanguinis politique selon laquelle seuls les enfants nés d'au moins un parent finlandais obtiennent la nationalité. S'ils sont nés en Finlande et ne peuvent obtenir la citoyenneté d'aucun autre pays, ils deviennent citoyens. [231] De plus, certaines personnes d'origine finlandaise qui résident dans des pays qui faisaient autrefois partie de l'Union soviétique, conservent le droit de retour, un droit d'établir une résidence permanente dans le pays, ce qui leur permettrait éventuellement de prétendre à la citoyenneté. [232] 387 215 personnes en Finlande en 2018 sont nées dans un autre pays, ce qui représente 7 % de la population. Les 10 plus grands groupes nés à l'étranger sont (dans l'ordre) de Russie, d'Estonie, de Suède, d'Irak, de Somalie, de Chine, de Thaïlande, de Serbie, du Vietnam et de Turquie. [233]

La population immigrée de la Finlande augmente. D'ici 2035, les trois plus grandes villes de Finlande devraient avoir plus d'un quart de résidents d'origine étrangère : à Helsinki, ils devraient former 26% de la population à Espoo, 30% et à Vantaa, 34%. La région d'Helsinki devrait compter 437 000 personnes d'origine linguistique étrangère, contre 201 000 en 2019. [234]

Langue

Le finnois et le suédois sont les langues officielles de la Finlande. Le finnois prédomine dans tout le pays tandis que le suédois est parlé dans certaines zones côtières à l'ouest et au sud (comme Raseborg, [235] Pargas, [236] Närpes, [236] Kristinestad, [237] Jakobstad [238] et Nykarleby. [239] ) et dans la région autonome d'Åland, qui est la seule région unilingue suédophone de Finlande. [240] La langue maternelle de 87,3 % de la population est le finnois, [241] [242] qui fait partie du sous-groupe finnois des langues ouraliennes. La langue est l'une des quatre langues officielles de l'UE non d'origine indo-européenne et n'a aucun rapport avec les autres langues nationales des pays nordiques. À l'inverse, le finnois est étroitement lié à l'estonien et au carélien, et plus éloigné au hongrois et aux langues sâmes.

Le suédois est la langue maternelle de 5,2% de la population (Finlandais suédophones). [243] Le finnois est dominant dans toutes les grandes villes du pays bien qu'Helsinki, Turku et Vaasa aient autrefois été majoritairement de langue suédoise, ils ont subi un changement de langue depuis le 19ème siècle pour devenir en grande partie de langue finnoise.

Le suédois est une matière scolaire obligatoire et la connaissance générale de la langue est bonne chez les locuteurs non natifs. En 2005, un total de 47 % des citoyens finlandais ont déclaré pouvoir parler le suédois, que ce soit comme langue principale ou secondaire. [244] De même, une majorité de Finlandais de Suède continentale sont capables de parler le finnois. Cependant, la plupart des jeunes Suédois finlandais ont indiqué qu'ils utilisaient rarement le finnois : 71 % ont déclaré qu'ils parlaient toujours ou principalement le suédois dans des contextes sociaux en dehors de leur foyer. [245] Le côté finnois de la frontière terrestre avec la Suède est unilingue finnois, avec une division linguistique marquée sur la rivière Torne : du côté suédois, on peut entendre un accent suédois du nord qui est distinct du suédois parlé dans d'autres parties de Finlande. Il existe une différence de prononciation importante entre les variétés de suédois parlées dans les deux pays, bien que leur intelligibilité mutuelle soit presque universelle. [246]

Les langues nordiques et le carélien sont également particulièrement reconnus dans certaines parties de la Finlande.

Le romani finnois est parlé par quelque 5 000 à 6 000 personnes Le romani et la langue des signes finnoise sont également reconnus dans la constitution. Il existe deux langues des signes : la langue des signes finnoise, parlée nativement par 4 000 à 5 000 personnes, [247] et la langue des signes finno-suédoise, parlée nativement par environ 150 personnes. Le tatar est parlé par une minorité tatare finlandaise d'environ 800 personnes dont les ancêtres se sont installés en Finlande principalement pendant la domination russe des années 1870 aux années 1920. [248]

La langue sami a un statut officiel en Laponie où le peuple sami prédomine, au nombre d'environ 7 000 [249] et reconnu comme un peuple autochtone. Environ un quart d'entre eux parlent une langue sami comme langue maternelle. [250] Les langues sami parlées en Finlande sont le sami du Nord, le sami Inari et le skolt sami. [note 2]

Les droits des groupes minoritaires (en particulier les sâmes, les suédophones et les roms) sont protégés par la constitution. [251]

Les principales langues d'immigration sont le russe (1,5 %), l'estonien (0,9 %), l'arabe (0,6 %), le somali (0,4 %) et l'anglais (0,4 %). [243] L'anglais est étudié par la plupart des élèves comme matière obligatoire dès la première année (à sept ans) dans l'école polyvalente (dans certaines écoles, d'autres langues peuvent être choisies à la place), [252] [253] en raison de dont les compétences linguistiques en anglais des Finlandais ont été considérablement renforcées au cours de plusieurs décennies. [254] [255] L'allemand, le français, l'espagnol et le russe peuvent être étudiés comme deuxièmes langues étrangères à partir de la quatrième année (à 10 ans, certaines écoles peuvent proposer d'autres options). [256]

Environ 93 % des Finlandais peuvent parler une deuxième langue. [257] Les chiffres de cette section doivent être traités avec prudence, car ils proviennent du registre officiel de la population finlandaise. Les gens ne peuvent enregistrer qu'une seule langue et les compétences linguistiques des utilisateurs bilingues ou multilingues ne sont donc pas correctement prises en compte. Un citoyen finlandais qui parle bilingue finnois et suédois sera souvent enregistré en tant que locuteur finnois uniquement dans ce système. De même, "l'ancienne langue domestique" est une catégorie appliquée à certaines langues et pas à d'autres pour des raisons politiques et non linguistiques, par exemple le russe. [258]

Les plus grandes villes

Religion

Religions en Finlande (2019) [3]

Avec 3,9 millions de membres, [259] l'Église évangélique luthérienne de Finlande est l'une des plus grandes églises luthériennes au monde et est également de loin le plus grand organisme religieux de Finlande à la fin de 2019, 68,7 % des Finlandais étaient membres de l'église. [260] L'Église évangélique luthérienne de Finlande a vu sa part de la population du pays diminuer d'environ un pour cent par an ces dernières années. [260] Le déclin a été dû à la fois aux démissions des membres de l'église et à la baisse des taux de baptême. [261] [262] Le deuxième groupe, représentant 26,3 % de la population [260] en 2017, n'a aucune affiliation religieuse. Le groupe d'irréligieux est passé rapidement d'un peu moins de 13 % en 2000. Une petite minorité appartient à l'Église orthodoxe finlandaise (1,1 %). Les autres confessions protestantes et l'Église catholique romaine sont nettement plus petites, de même que les communautés juives et autres communautés non chrétiennes (totalisant 1,6 %), par exemple, dans la tendance protestante, il y a environ 1 500 baptistes concentrés dans la région de la Finlande centrale, [263 ] et il n'y a qu'environ 2 000 méthodistes dispersés à travers le pays. [264] Le Pew Research Center a estimé la population musulmane à 2,7% en 2016. [265] Les principales églises luthériennes et orthodoxes sont des églises nationales de Finlande avec des rôles particuliers tels que les cérémonies et les écoles d'État. [266]

En 1869, la Finlande a été le premier pays nordique à dissoudre son Église évangélique luthérienne en introduisant la Loi sur l'Église, suivie par l'Église de Suède en 2000. Bien que l'Église entretienne toujours une relation spéciale avec l'État, elle n'est pas décrite comme une religion d'État. dans la Constitution finlandaise ou d'autres lois adoptées par le Parlement finlandais. [267] L'église d'État de Finlande était l'Église de Suède jusqu'en 1809. En tant que Grand-Duché autonome sous la Russie de 1809 à 1917, la Finlande a conservé le système de l'Église d'État luthérienne et une église d'État distincte de la Suède, appelée plus tard l'Église évangélique luthérienne de Finlande, a été établi. Elle a été détachée de l'État en tant qu'entité judiciaire distincte lorsque la nouvelle loi sur l'Église est entrée en vigueur en 1869. Après l'indépendance de la Finlande en 1917, la liberté de religion a été déclarée dans la constitution de 1919 et une loi distincte sur la liberté de religion en 1922. cet arrangement, l'Église évangélique luthérienne de Finlande a perdu sa position d'Église d'État mais a obtenu un statut constitutionnel d'Église nationale aux côtés de l'Église orthodoxe finlandaise, dont la position n'est cependant pas codifiée dans la constitution.

En 2016, 69,3 % des enfants finlandais ont été baptisés [268] et 82,3 % ont été confirmés en 2012 à l'âge de 15 ans, [269] et plus de 90 % des funérailles sont chrétiennes. Cependant, la majorité des luthériens ne fréquentent l'église que pour des occasions spéciales comme les cérémonies de Noël, les mariages et les funérailles. L'Église luthérienne estime qu'environ 1,8 % de ses membres assistent aux offices religieux chaque semaine. [270] Le nombre moyen de visites à l'église par an par les membres de l'église est d'environ deux. [271]

Selon un sondage Eurobaromètre de 2010, 33 % des citoyens finlandais ont répondu qu'ils « croient qu'il y a un Dieu », 42 % ont répondu qu'ils « croient qu'il existe une sorte d'esprit ou de force vitale » et 22 % qu'ils « ne croient pas qu'il existe toute sorte d'esprit, de Dieu ou de force vitale". [272] Selon les données de l'enquête ISSP (2008), 8 % se considèrent « très religieux » et 31 % « modérément religieux ». Dans la même enquête, 28 % se sont déclarés « agnostiques » et 29 % comme « non religieux ». [273]

Santé

L'espérance de vie est passée de 71 ans pour les hommes et 79 ans pour les femmes en 1990 à 79 ans pour les hommes et 84 ans pour les femmes en 2017. [274] Le taux de mortalité des moins de cinq ans est passé de 51 pour 1 000 naissances vivantes en 1950 à 2,3 pour 1 000 naissances vivantes en 2017, classant le taux de la Finlande parmi les plus bas au monde. [275] Le taux de fécondité en 2014 était de 1,71 enfant né/par femme et est inférieur au taux de remplacement de 2,1 depuis 1969. [276] Avec un faible taux de natalité, les femmes deviennent également mères à un âge plus avancé, l'âge moyen au début naissance vivante étant de 28,6 en 2014. [276] Une étude de 2011 publiée dans La Lancette La revue médicale a découvert que la Finlande avait le taux de mortinatalité le plus bas sur 193 pays, dont le Royaume-Uni, la France et la Nouvelle-Zélande. [277]

Il y a eu une légère augmentation ou aucun changement des inégalités de bien-être et de santé entre les groupes de population au 21e siècle. Les maladies liées au mode de vie sont en augmentation. Plus d'un demi-million de Finlandais souffrent de diabète, le diabète de type 1 étant globalement le plus répandu en Finlande. De nombreux enfants reçoivent un diagnostic de diabète de type 2. Le nombre de maladies musculo-squelettiques et de cancers est en augmentation, bien que le pronostic du cancer se soit amélioré. Les allergies et la démence sont également des problèmes de santé croissants en Finlande. L'une des causes les plus courantes d'incapacité de travail est due à des troubles mentaux, en particulier la dépression. [278] Le traitement de la dépression s'est amélioré et, par conséquent, les taux de suicide historiquement élevés sont tombés à 13 pour 100 000 en 2017, plus près de la moyenne nord-européenne. [279] Les taux de suicide sont toujours parmi les plus élevés parmi les pays développés de l'OCDE. [280]

Il y a 307 résidents pour chaque médecin. [281] Environ 19 % des soins de santé sont financés directement par les ménages et 77 % par l'impôt.

En avril 2012, la Finlande a été classée au 2e rang du bonheur national brut dans un rapport publié par The Earth Institute. [282] Depuis 2012, la Finlande s'est à chaque fois classée au moins dans le top 5 des pays les plus heureux du monde dans le World Happiness Report des Nations Unies, [283] [284] [285] ainsi que le pays le plus heureux en 2018. [286]

Éducation et sciences

La plupart de l'enseignement pré-supérieur est organisé au niveau municipal. Même si beaucoup ou la plupart des écoles ont été créées en tant qu'écoles privées, aujourd'hui, seuls 3 % environ des élèves sont inscrits dans des écoles privées (principalement des écoles spécialisées en langues et internationales), beaucoup moins qu'en Suède et dans la plupart des autres pays développés. [288] L'éducation préscolaire est rare par rapport aux autres pays de l'UE et l'éducation formelle commence généralement à l'âge de 7 ans. L'école primaire dure normalement six ans et le premier cycle du secondaire trois ans. La plupart des écoles sont gérées par des fonctionnaires municipaux.

Le programme flexible est défini par le ministère de l'Éducation et de la Culture et le Conseil de l'éducation. L'enseignement est obligatoire entre 7 et 16 ans. Après le premier cycle du secondaire, les diplômés peuvent soit entrer directement sur le marché du travail, soit s'inscrire dans des écoles de métiers ou des gymnases (lycées). Les écoles de métiers proposent un enseignement professionnel : environ 40 % d'une tranche d'âge choisissent cette voie après le premier cycle du secondaire. [289] Les gymnases à vocation académique ont des conditions d'admission plus élevées et préparent spécifiquement à l'Abitur et à l'enseignement supérieur. L'obtention d'un diplôme de l'un ou l'autre donne officiellement accès à l'enseignement supérieur.

Dans l'enseignement supérieur, on trouve deux secteurs pour la plupart distincts et sans interaction : les écoles polytechniques à vocation professionnelle et les universités à vocation recherche. L'éducation est gratuite et les frais de subsistance sont en grande partie financés par le gouvernement par le biais des allocations étudiantes. Il y a 15 universités et 24 universités de sciences appliquées (UAS) dans le pays. [290] [291] L'Université d'Helsinki est classée 75e dans le Top University Ranking de 2010. [292] Le Forum économique mondial classe l'enseignement supérieur de la Finlande n ° 1 dans le monde. [293] Environ 33 % des résidents ont un diplôme de l'enseignement supérieur, comme dans les pays nordiques et plus que dans la plupart des autres pays de l'OCDE, à l'exception du Canada (44 %), des États-Unis (38 %) et du Japon (37 %). [294] La proportion d'étudiants étrangers est de 3 % de tous les effectifs de l'enseignement supérieur, l'une des plus faibles de la zone OCDE, tandis que dans les programmes avancés, elle est de 7,3 %, ce qui reste inférieur à la moyenne de l'OCDE 16,5 %. [295] D'autres universités réputées de Finlande comprennent l'Université Aalto à Espoo, l'Université de Turku et l'Université Åbo Akademi à Turku, l'Université de Jyväskylä, l'Université d'Oulu, l'Université LUT à Lappeenranta et Lahti, l'Université de Finlande orientale à Kuopio et Joensuu, et Université de Tampere. [296]

Plus de 30 % des diplômés de l'enseignement supérieur sont dans des domaines liés aux sciences. L'amélioration des forêts, la recherche sur les matériaux, les sciences de l'environnement, les réseaux neuronaux, la physique des basses températures, la recherche sur le cerveau, la biotechnologie, la technologie génétique et les communications présentent des domaines d'études où les chercheurs finlandais ont eu un impact significatif. [297]

La Finlande a une longue tradition d'éducation des adultes et, dans les années 80, près d'un million de Finlandais recevaient chaque année une forme ou une autre d'instruction. Quarante pour cent d'entre eux l'ont fait pour des raisons professionnelles. L'éducation des adultes est apparue sous plusieurs formes, telles que les écoles secondaires du soir, les instituts civiques et ouvriers, les centres d'études, les centres de cours professionnels et les lycées populaires. Les centres d'études permettaient aux groupes de suivre des plans d'études de leur propre initiative, avec une aide éducative et financière fournie par l'État. Les lycées populaires sont une institution typiquement nordique. Originaires du Danemark au XIXe siècle, les lycées populaires sont devenus courants dans toute la région. Les adultes de tous âges pouvaient y séjourner plusieurs semaines et suivre des cours dans des matières allant de l'artisanat à l'économie. [143]

La Finlande est très productive dans la recherche scientifique. En 2005, la Finlande se classait au quatrième rang des publications scientifiques par habitant parmi les pays de l'OCDE. [298] En 2007, 1 801 brevets ont été déposés en Finlande. [299]

En outre, 38 % de la population finlandaise possède un diplôme universitaire ou collégial, ce qui fait partie des pourcentages les plus élevés au monde. [300] [301]

En 2010, une nouvelle loi a été promulguée considérant les universités, qui a défini qu'elles sont au nombre de 16 car elles ont été exclues du secteur public pour être des entités juridiques et financières autonomes, bénéficiant toutefois d'un statut spécial dans la législation. [302] En conséquence, de nombreuses anciennes institutions de l'État ont été amenées à collecter des fonds auprès de contributions et de partenariats du secteur privé. Le changement a provoqué de profondes discussions enracinées parmi les cercles universitaires. [303]

La langue anglaise est importante dans l'éducation finlandaise. Il existe un certain nombre de programmes d'études qui sont enseignés en anglais, ce qui attire des milliers d'étudiants diplômés et d'échanges chaque année.

En décembre 2017, l'OCDE a signalé que les pères finlandais passent en moyenne huit minutes par jour de plus avec leurs enfants d'âge scolaire que les mères. [304] [305]

Sauna

L'amour des Finlandais pour les saunas est généralement associé à la tradition culturelle finlandaise dans le monde. Le sauna est un type de bain de vapeur sèche largement pratiqué en Finlande, ce qui est particulièrement évident dans la forte tradition autour du solstice d'été et de Noël.En Finlande, le sauna est un remède traditionnel ou fait partie du traitement de nombreuses maladies différentes, grâce à la chaleur, ce qui explique pourquoi le sauna est un endroit très hygiénique. Il y a un vieux dicton finlandais : "Jos sauna, terva ja viina ei auta, sur tauti kuolemaksi." ("Si le sauna, le goudron et l'alcool ne vous aident pas, alors une maladie est mortelle"). [306] Le mot est d'origine proto-finlandaise (trouvée dans les langues finnoise et sâme) et remonte à 7 000 ans. [307] Les bains de vapeur font également partie de la tradition européenne ailleurs, mais le sauna a mieux survécu en Finlande, en plus de la Suède, des États baltes, de la Russie, de la Norvège et de certaines parties des États-Unis et du Canada. De plus, presque toutes les maisons finlandaises ont soit leur propre sauna, soit dans des immeubles à plusieurs étages, un sauna à temps partagé. Les saunas publics étaient autrefois courants, mais la tradition a décliné lorsque des saunas ont été construits un peu partout (domiciles privés, piscines municipales, hôtels, sièges sociaux d'entreprises, gymnases, etc.). À un moment donné, les Championnats du monde de sauna ont eu lieu à Heinola, en Finlande, mais la mort d'un concurrent russe en 2010 a finalement arrêté d'organiser les compétitions comme trop dangereuses. [308]

La culture du sauna finlandais a été inscrite sur les listes du patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO lors de la réunion du 17 décembre 2020 du Comité intergouvernemental de l'UNESCO pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. Comme autorisé par l'État, l'Agence finlandaise du patrimoine s'engage, en collaboration avec les communautés de saunas finlandais et les promoteurs de la culture du sauna, à sauvegarder la vitalité de la tradition du sauna et à souligner son importance dans le cadre des coutumes et du bien-être. [309] [310]

Littérature

On pourrait dire que le finnois écrit existe depuis que Mikael Agricola a traduit le Nouveau Testament en finnois pendant la Réforme protestante, mais peu d'œuvres littéraires notables ont été écrites jusqu'au XIXe siècle et au début d'un mouvement romantique national finlandais. Cela a incité Elias Lönnrot à rassembler de la poésie populaire finlandaise et carélienne, à les arranger et à les publier sous le titre Kalevala, l'épopée nationale finlandaise. L'époque a vu une montée des poètes et des romanciers qui ont écrit en finnois, notamment Aleksis Kivi (Les sept frères), Minna Canth (Anna Liisa), Eino Leino (Helkavirsiä [fi] ), Johannes Linnankoski (Le chant de la fleur rouge sang) et Juhani Aho (Le chemin de fer et Juha). De nombreux écrivains du réveil national ont écrit en suédois, comme le poète national J. L. Runeberg (Les Contes de l'Enseigne Stål) et Zachris Topelius (Les Tomten du château d'Åbo).

Après l'indépendance de la Finlande, il y a eu une montée des écrivains modernistes, notamment Mika Waltari, de langue finnoise, et Edith Södergran, de langue suédoise. Frans Eemil Sillanpää a reçu le prix Nobel de littérature en 1939. La Seconde Guerre mondiale a provoqué un retour à des intérêts plus nationaux par rapport à une ligne de pensée plus internationale, caractérisée par Väinö Linna avec son Le soldat inconnu et Sous le Nord Trilogie des étoiles. Outre celui de Lönnrot Kalevala et Waltari, le Suédois Tove Jansson, mieux connu comme le créateur de Les Moumines, est l'écrivain finlandais le plus traduit [311] ses livres ont été traduits dans plus de 40 langues. [312] Les écrivains modernes populaires incluent Arto Paasilinna, Veikko Huovinen, Antti Tuuri, Ilkka Remes, Kari Hotakainen, Sofi Oksanen, Tuomas Kyrö et Jari Tervo, tandis que le meilleur roman reçoit chaque année le prestigieux prix Finlandia.

Arts visuels, design et architecture

Les arts visuels en Finlande ont commencé à former leurs caractéristiques individuelles au 19ème siècle, lorsque le nationalisme romantique était en train de monter dans la Finlande autonome. Le plus connu des peintres finlandais, Akseli Gallen-Kallela, a commencé à peindre dans un style naturaliste, mais est passé au romantisme national. D'autres peintres finlandais de renommée mondiale incluent Magnus Enckell, Pekka Halonen, Eero Järnefelt, Helene Schjerfbeck et Hugo Simberg. Le sculpteur finlandais le plus connu du XXe siècle était Wäinö Aaltonen, connu pour ses bustes et sculptures monumentaux. Les Finlandais ont apporté une contribution majeure à l'artisanat et au design industriel : parmi les personnalités de renommée internationale figurent Timo Sarpaneva, Tapio Wirkkala et Ilmari Tapiovaara. L'architecture finlandaise est célèbre dans le monde entier et a contribué de manière significative à plusieurs styles à l'échelle internationale, tels que le Jugendstil (ou Art nouveau), le classicisme nordique et le fonctionnalisme. Eliel Saarinen et son fils Eero Saarinen figurent parmi les meilleurs architectes finlandais du XXe siècle à avoir acquis une reconnaissance internationale. L'architecte Alvar Aalto est considéré comme l'un des designers du 20e siècle les plus importants au monde [313], il a aidé à amener l'architecture fonctionnaliste en Finlande, mais il a rapidement été un pionnier dans son évolution vers un style organique. [314] Aalto est également célèbre pour son travail dans les meubles, les lampes, les textiles et la verrerie, qui étaient généralement incorporés dans ses bâtiments.

Musique

Une grande partie de la musique classique finlandaise est influencée par les mélodies et les paroles traditionnelles caréliennes, telles qu'elles sont comprises dans le Kalevala. La culture carélienne est perçue comme l'expression la plus pure des mythes et croyances finnois, moins influencée par l'influence germanique que la musique de danse folklorique nordique qui a largement remplacé la tradition kalévaïque. La musique folklorique finlandaise a connu un renouveau des racines au cours des dernières décennies et est devenue une partie de la musique populaire.

Les peuples du nord de la Finlande, de la Suède et de la Norvège, les Sami, sont principalement connus pour leurs chants hautement spirituels appelés joik. Le même mot fait parfois référence à des chansons de lavlu ou de vuelie, bien que cela soit techniquement incorrect.

Le premier opéra finlandais a été écrit par le compositeur d'origine allemande Fredrik Pacius en 1852. Pacius a également écrit la musique du poème Maamme/Vårt land (Notre pays), l'hymne national de la Finlande. Dans les années 1890, le nationalisme finlandais fondé sur le Kalevala diffusion, et Jean Sibelius est devenu célèbre pour sa symphonie vocale Kullervo. Il reçut bientôt une bourse pour étudier chanteurs de runo en Carélie et a poursuivi son ascension en tant que premier musicien finlandais de premier plan. En 1899, il compose Finlande, qui a joué son rôle important dans l'accession de la Finlande à l'indépendance. Il reste l'une des figures nationales les plus populaires de Finlande et est un symbole de la nation. Bernhard Crusell était un autre des compositeurs classiques d'origine finlandaise les plus importants et les plus connus à l'échelle internationale, bien avant Sibelius. [315]

Iskelmä (tiré directement du mot allemand Schlager, qui signifie "coup") est un mot finnois traditionnel pour une chanson populaire légère. [316] La musique populaire finlandaise comprend également divers types de musique de danse, le tango, un style de musique argentine, est également populaire. [317] La ​​musique légère dans les régions de langue suédoise a plus d'influences de la Suède. La musique populaire finlandaise moderne comprend un certain nombre d'éminents groupes de rock, musiciens de jazz, artistes de hip hop, numéros de musique de danse, etc. [318] [ citation(s) supplémentaire(s) nécessaire(s) ] En outre, au moins quelques polkas finlandaises sont connues dans le monde entier, telles que Polkka Säkkijärven [319] et Ievan polkka. [320]

Au début des années 1960, la première vague importante de groupes de rock finlandais a émergé, jouant du rock instrumental inspiré de groupes tels que The Shadows. Vers 1964, la Beatlemania arrive en Finlande, entraînant un développement ultérieur de la scène rock locale. À la fin des années 60 et dans les années 70, les musiciens de rock finlandais ont de plus en plus écrit leur propre musique au lieu de traduire des tubes internationaux en finnois. Au cours de la décennie, certains groupes de rock progressif tels que Tasavallan Presidentti et Wigwam ont gagné le respect à l'étranger mais n'ont pas réussi à faire une percée commerciale en dehors de la Finlande. Ce fut aussi le sort du groupe de rock and roll Hurriganes. La scène punk finlandaise a produit des noms internationalement reconnus, dont Terveet Kädet dans les années 1980. Hanoi Rocks était un groupe pionnier du glam rock des années 1980 qui a inspiré le groupe de hard rock américain Guns N' Roses, entre autres. [321]

De nombreux groupes de metal finlandais ont acquis une reconnaissance internationale La Finlande a souvent été appelée la "terre promise du heavy metal", car il y a plus de 50 groupes de metal pour 100 000 habitants - plus que tout autre pays dans le monde. [322] [323]

Cinéma et télévision

Dans l'industrie cinématographique, les réalisateurs notables incluent les frères Mika et Aki Kaurismäki, Dome Karukoski, Antti Jokinen, Jalmari Helander, Mauritz Stiller, Edvin Laine, Teuvo Tulio, Spede Pasanen et le réalisateur et producteur hollywoodien Renny Harlin. Parmi les acteurs et actrices finlandais de renommée internationale figurent Jasper Pääkkönen, Peter Franzén, Laura Birn, Irina Björklund, Samuli Edelmann, Krista Kosonen, Ville Virtanen et Joonas Suotamo. Une douzaine de longs métrages sont réalisés chaque année. [324]

L'un des films finlandais les plus connus au niveau international est Le Renne Blanc, réalisé par Erik Blomberg en 1952, qui remporte le Golden Globe Award du meilleur film étranger en 1956, cinq ans après sa sortie limitée aux États-Unis [325] [326] L'homme sans passé, réalisé par Aki Kaurismäki en 2002, qui a été nominé pour l'Oscar du meilleur film en langue étrangère en 2002 et a remporté le Grand Prix au Festival de Cannes 2002 [327] et L'escrimeur, réalisé par Klaus Härö en 2015, qui a été nominé aux 73e Golden Globe Awards dans la catégorie Meilleur film en langue étrangère en tant que coproduction finnoise/allemande/estonienne. [328]

En Finlande, les films les plus importants comprennent Le soldat inconnu, réalisé par Edvin Laine en 1955, qui est diffusé à la télévision chaque jour de l'Indépendance. [329] Ici, sous l'étoile polaire de 1968, également réalisé par Laine, qui inclut la guerre civile finlandaise du point de vue des gardes rouges, est également l'une des œuvres les plus importantes de l'histoire finlandaise. [330] Une comédie policière de 1960 L'erreur de l'inspecteur Palmu, réalisé par Matti Kassila, a été élu en 2012 meilleur film finlandais de tous les temps par les critiques de cinéma et les journalistes finlandais dans un sondage organisé par Yle Uutiset, [331] mais le film comique de 1984 Uuno Turhapuro dans l'armée, le neuvième film de la Uuno Turhapuro série de films, reste le film national finlandais le plus vu réalisé depuis 1968 par le public finlandais. [332]

Bien que les émissions de télévision finlandaises soient largement connues pour leurs drames nationaux, tels que la longue série de feuilletons Salatut elämät, [333] [334] il existe également des séries dramatiques de renommée internationale, telles que Syke [fi] et Ville frontière. [335] L'une des émissions de télévision finlandaises les plus réussies à l'échelle internationale est la série documentaire sur les voyages en sac à dos. Madventures et l'émission de télé-réalité Les Dudesons.

Médias et communication

Grâce à l'accent mis sur la transparence et l'égalité des droits, la presse finlandaise est considérée comme la plus libre du monde. [336]

Aujourd'hui, il existe environ 200 journaux, 320 magazines populaires, 2 100 magazines professionnels, 67 stations de radio commerciales, trois chaînes de radio numériques et une radio nationale et cinq chaînes nationales de service public.

Chaque année, environ 12 000 titres de livres sont publiés et 12 millions de disques sont vendus. [324]

Sanoma publie les journaux Helsingin Sanomat (son tirage de 412 000 [337] en fait le plus important) et Aamulehti, le tabloïd Ilta-Sanomat, le commerce Taloussanomat et la chaîne de télévision Nelonen. L'autre grand éditeur Alma Media publie plus d'une trentaine de magazines, dont le tabloïd Iltalehti et à vocation commerciale Kauppalehti. Dans le monde entier, les Finlandais, ainsi que les autres peuples nordiques et les Japonais, passent le plus de temps à lire les journaux. [338]

Yle, la société de radiodiffusion finlandaise, exploite cinq chaînes de télévision et treize chaînes de radio dans les deux langues nationales. Yle est financé par une licence de télévision obligatoire et des redevances pour les diffuseurs privés. Toutes les chaînes de télévision sont diffusées en numérique, à la fois terrestre et par câble. La chaîne de télévision commerciale MTV3 et la chaîne de radio commerciale Radio Nova appartiennent à Nordic Broadcasting (Bonnier et Proventus).

En ce qui concerne les infrastructures de télécommunications, la Finlande est le pays le mieux classé dans l'indice de préparation du réseau (NRI) du Forum économique mondial, un indicateur permettant de déterminer le niveau de développement des technologies de l'information et de la communication d'un pays. La Finlande s'est classée au 1er rang du classement NRI 2014, inchangé par rapport à l'année précédente. [339] Cela se traduit par sa pénétration dans l'ensemble de la population du pays. Environ 79 % de la population utilise Internet (2007). [340] La Finlande comptait environ 1,52 million de connexions Internet à haut débit à la fin juin 2007, soit environ 287 pour 1 000 habitants. [341] Toutes les écoles et bibliothèques publiques finlandaises ont des connexions Internet et des ordinateurs et la plupart des résidents ont un téléphone portable. [342]

Cuisine

La cuisine finlandaise est remarquable pour combiner généralement les plats traditionnels du pays et haute cuisine avec une cuisine de style contemporain. Le poisson et la viande jouent un rôle de premier plan dans les plats finlandais traditionnels de la partie ouest du pays, tandis que les plats de la partie orientale ont traditionnellement inclus divers légumes et champignons. Les réfugiés de Carélie ont contribué à la nourriture dans l'est de la Finlande. De nombreuses régions ont des spécialités traditionnelles fortement marquées, comme Tampere a mustamakkara [343] et Kuopio a kalakukko. [344]

Les aliments finlandais utilisent souvent des produits à base de farine complète (seigle, orge, avoine) et des baies (comme les myrtilles, les airelles, les chicoutés et l'argousier). Le lait et ses dérivés comme le babeurre sont couramment utilisés comme aliment, boisson ou dans diverses recettes. Divers navets étaient courants dans la cuisine traditionnelle, mais ont été remplacés par la pomme de terre après son introduction au XVIIIe siècle.

Selon les statistiques, la consommation de viande rouge a augmenté, mais les Finlandais mangent toujours moins de bœuf que de nombreux autres pays, et plus de poisson et de volaille. Ceci est principalement dû au coût élevé de la viande en Finlande.

La Finlande a la consommation de café par habitant la plus élevée au monde. [345] La consommation de lait est également élevée, à une moyenne d'environ 112 litres (25 imp gal 30 US gal), par personne, par an, [346] même si 17% des Finlandais sont intolérants au lactose. [347]

Vacances publiques

Il y a plusieurs jours fériés en Finlande, dont les plus caractéristiques de la culture finlandaise sont peut-être Noël (Joulu), le milieu de l'été (juhannus), Au secours (vappu) et le jour de l'indépendance (itsenäisyyspäivä). Parmi ceux-ci, Noël et le solstice d'été sont spéciaux en Finlande car les festivités réelles ont lieu les veilles, comme la veille de Noël (joulouatto) [348] [349] et Saint-Jean (juhannusaatto), [350] [351] le jour de Noël (jouupäivä) et Saint-Jean (juhannuspäivä) sont plus consacrés au repos. Les autres jours fériés en Finlande sont le jour de l'an (uudenvuodenpäivä), Épiphanie (loppiainen), Bon vendredi (pitkäperjantai), Dimanche de pâques (pääsiäissunnuntai) et le lundi de Pâques (pääsiäismaanantai), Jour de l'Ascension (helatorstai), Toussaint (pyhäinpäivä) et la Saint-Étienne (tapaninpäivä). Tous les jours fériés officiels en Finlande sont établis par des lois du Parlement. D'autre part, laskiainen qui fait fortement partie de la tradition finlandaise n'est pas défini comme un jour férié par rapport aux jours fériés susmentionnés. [352]

Des sports

Divers événements sportifs sont populaires en Finlande. Le pesäpallo, qui ressemble au baseball, est le sport national de la Finlande, bien que le sport le plus populaire en termes de spectateurs soit le hockey sur glace. La finale des Championnats du monde de hockey sur glace 2016, Finlande-Canada, a été regardée par 69 % des Finlandais à la télévision. [353] D'autres sports populaires incluent l'athlétisme, le ski de fond, le saut à ski, le football, le volley-ball et le basket-ball. [354] Alors que le hockey sur glace est le sport le plus populaire en ce qui concerne la participation aux matchs, le football associatif est le sport d'équipe le plus pratiqué en termes de nombre de joueurs dans le pays et est également le sport le plus apprécié en Finlande. [355] [356]

En termes de médailles et de médailles d'or remportées par habitant, la Finlande est le pays le plus performant de l'histoire olympique. [357] La ​​Finlande a participé pour la première fois en tant que nation à part entière aux Jeux Olympiques de 1908, alors qu'elle était encore un Grand-Duché autonome au sein de l'Empire russe. Aux Jeux olympiques d'été de 1912, les trois médailles d'or remportées par le "Finlandais volant" Hannes Kolehmainen étaient très fiers.

La Finlande était l'un des pays les plus titrés aux Jeux Olympiques avant la Seconde Guerre mondiale. Aux Jeux olympiques d'été de 1924, la Finlande, une nation alors de seulement 3,2 millions d'habitants, est arrivée deuxième au nombre de médailles. Dans les années 1920 et 1930, les coureurs de fond finlandais ont dominé les Jeux olympiques, Paavo Nurmi remportant un total de neuf médailles d'or olympiques entre 1920 et 1928 et établissant 22 records du monde officiels entre 1921 et 1931. Nurmi est souvent considéré comme le plus grand sportif finlandais. et l'un des plus grands athlètes de tous les temps.

Depuis plus de 100 ans, les athlètes finlandais masculins et féminins ont toujours excellé au lancer du javelot. L'événement a rapporté à la Finlande neuf médailles d'or olympiques, cinq championnats du monde, cinq championnats d'Europe et 24 records du monde.

Les Jeux olympiques d'été de 1952 ont eu lieu à Helsinki. D'autres événements sportifs notables organisés en Finlande comprennent les Championnats du monde d'athlétisme de 1983 et 2005.

La Finlande a également une histoire remarquable dans le patinage artistique. Les patineurs finlandais ont remporté 8 championnats du monde et 13 coupes du monde juniors en patinage synchronisé, et la Finlande est considérée comme l'un des meilleurs pays de ce sport.

Certains des sports et activités récréatifs les plus populaires incluent le floorball, la marche nordique, la course à pied, le cyclisme et le ski (ski alpin, ski de fond et saut à ski). Le floorball, en termes de joueurs inscrits, occupe la troisième place après le football et le hockey sur glace. Selon la Fédération finlandaise de floorball, le floorball est le sport le plus populaire dans les écoles, les jeunes, les clubs et les lieux de travail. [358] En 2016 [mise à jour] , le nombre total de joueurs licenciés atteint 57 400. [359]

Surtout depuis la Coupe du monde de basket-ball FIBA ​​2014, l'équipe nationale de basket-ball de Finlande a reçu une large attention du public. Plus de 8 000 Finlandais se sont rendus en Espagne pour soutenir leur équipe. Au total, ils ont affrété plus de 40 avions. [360]


Agriculture, foresterie et pêche

La diminution constante de la part de la main-d'œuvre travaillant dans l'agriculture est révélatrice du rôle décroissant du secteur dans l'économie finlandaise. De nombreuses terres ont été retirées de la production agricole et la plupart des exploitations sont constituées de petites exploitations. La Finlande est autosuffisante en produits alimentaires de base depuis le début des années 1960.La production de viande équivaut à peu près à la consommation, tandis que la production d'œufs et de produits laitiers dépasse les besoins nationaux. La production céréalière varie considérablement en général, les céréales panifiables (principalement le blé) sont importées et les céréales fourragères exportées. Le climat limite la culture des céréales aux régions du sud et de l'ouest du pays.

L'élevage finlandais se concentrait traditionnellement sur l'élevage de bovins laitiers, mais des coupes ont été effectuées après des années de surproduction. En conséquence, le nombre de vaches laitières a diminué. L'élevage de porcs, de volailles et de rennes est également important, tandis que l'élevage de moutons et l'apiculture ont une importance économique mineure. Le nombre de chevaux a également diminué jusqu'à la fin des années 1970, mais est ensuite devenu généralement stable, avec l'augmentation subséquente du nombre de chevaux pur-sang élevés.

Depuis la Seconde Guerre mondiale, l'élevage de fourrures a fait de grands progrès en Finlande. Pratiquement toutes les fourrures sont exportées La Finlande est l'un des principaux producteurs mondiaux de renards d'élevage et ses fourrures de vison ont également une très bonne réputation sur les marchés internationaux.

L'agriculture finlandaise était fortement subventionnée avant l'entrée du pays dans l'UE, et à la suite de négociations, la Finlande reste parmi les plus subventionnées dans le cadre de la politique agricole commune de l'UE. Les agriculteurs finlandais dépendent fortement des paiements directs basés sur la quantité de terres cultivées. Les agriculteurs au nord du 62e parallèle reçoivent des subventions particulièrement généreuses.

Malgré l'abondance des ressources forestières, l'industrie forestière fait face à des coûts de production croissants. Les propriétaires privés de plus des quatre cinquièmes des forêts finlandaises contrôlent efficacement les prix intérieurs du bois. Néanmoins, les produits forestiers (notamment le papier) sont une source majeure des recettes d'exportation du pays.

La pêche commerciale est progressivement devenue moins importante pour l'économie. Parmi les poissons capturés en Finlande figurent le saumon, la truite de mer et la truite arc-en-ciel, le corégone, le brochet et l'omble. La pollution des rivières, ainsi que les barrages construits pour les travaux hydroélectriques, ont affecté négativement les habitudes de frai naturel, en particulier celles du saumon et de la truite de mer, et la Finlande a créé un grand nombre de stations piscicoles où le frai artificiel est induit. Il y a un peu de chalutage pour le hareng de la Baltique, qui est également pêché en hiver par la pêche à la senne (traînant les filets sous la glace) autour des îles au large.


Gouvernement

Aujourd'hui, la Finlande, officiellement appelée République de Finlande, est considérée comme une république et sa branche exécutive du gouvernement est composée d'un chef d'État (le président) et d'un chef de gouvernement (le Premier ministre). Le pouvoir législatif finlandais est composé d'un Parlement monocaméral dont les membres sont élus au suffrage universel. Le pouvoir judiciaire du pays est composé de tribunaux généraux qui « s'occupent des affaires pénales et civiles » ainsi que des tribunaux administratifs. La Finlande est divisée en 19 régions pour l'administration locale.


Indice

Géographie

La Finlande fait trois fois la taille de l'Ohio. Il est densément boisé et contient des milliers de lacs, de nombreuses rivières et de vastes zones de marais. À l'exception d'une petite région montagneuse à l'extrême nord-ouest, le pays est une plaine située à moins de 600 pieds (180 m) au-dessus du niveau de la mer. Au large de la côte sud-ouest se trouvent les îles terrestres peuplées de Suède (581 milles carrés 1 505 km carrés), qui ont un statut autonome depuis 1921.

Gouvernement
Histoire

Les premiers habitants de la Finlande étaient le peuple Sami (Lapon). Lorsque les locuteurs du finnois ont migré vers la Finlande au premier millénaire av. , les Sami ont été contraints de se déplacer vers le nord vers les régions arctiques, auxquelles ils sont traditionnellement associés. Les raids répétés des Finlandais sur la côte scandinave ont poussé Eric IX, le roi suédois, à conquérir le pays en 1157. Il a été intégré au royaume suédois et converti au christianisme.

En 1809, toute la Finlande fut conquise par Alexandre Ier de Russie, qui fit de la Finlande un grand-duché. La période de russification (1809–1914) a sapé le pouvoir politique finlandais et fait du russe la langue officielle du pays. Lorsque la Russie a été engloutie par la révolution de mars de 1917, la Finlande a saisi l'opportunité de déclarer son indépendance le 6 décembre 1917.

L'URSS attaqua la Finlande le 30 novembre 1939, après que la Finlande eut refusé de céder aux exigences territoriales soviétiques. Les Finlandais ont organisé une défense solide pendant trois mois avant d'être contraints de céder aux Soviétiques 41 440 km². Sous la pression allemande, les Finlandais rejoignirent les nazis contre la Russie en 1941, mais ils furent à nouveau vaincus et contraints de céder la région de Petsamo à l'URSS. En 1948, un traité d'amitié et d'assistance mutuelle est signé par les deux nations. La Finlande a continué à mener une politique étrangère de non-alignement pendant toute la période de la guerre froide.

Présentant une plate-forme pour revitaliser l'économie, Martti Ahtisaari, un social-démocrate, a remporté la première élection présidentielle directe du pays lors d'un second tour en février 1994. Auparavant, les présidents étaient choisis par les électeurs. La Finlande est devenue membre de l'Union européenne en janvier 1995. Le 1er janvier 1999, la Finlande, avec dix autres pays européens, a adopté l'euro comme monnaie. En 2000, Tarja Halonen, qui avait été ministre des Affaires étrangères de la Finlande, est devenue sa première femme présidente.

La Finlande devient le premier pays européen à avoir une femme présidente et première ministre

Depuis 1998, la Finlande est considérée comme le pays le moins corrompu au monde, selon l'enquête annuelle de l'organisation berlinoise Transparency International. En avril 2003, la Finlande a nommé sa première femme Premier ministre, ce qui en fait le seul pays d'Europe avec à la fois une femme présidente et Premier ministre. Mais le Premier ministre Jaatteenmaki a démissionné après seulement deux mois au pouvoir lorsqu'il a été révélé qu'elle avait utilisé des informations confidentielles divulguées contre son rival lors des élections (elle a été acquittée des charges l'année suivante). En juin, le ministre de la Défense Matti Vanhanen a été choisi par le Parlement pour la remplacer. En janvier 2006, le président Halonen a été réélu. Le Parti du centre de Vanhanen a remporté de justesse les élections législatives de mars 2007, et il a été réélu pour un second mandat.

Au second tour de l'élection présidentielle de février 2012, Sauli Niinisto, ancien ministre des Finances de centre-droit, avait recueilli 63 % des voix, contre 37 % pour le Vert Pekka Haavisto. M. Niinisto sera le premier chef d'État conservateur de Finlande depuis plus de 60 ans.

Jyrki Katainen, Premier ministre sous le président Niinisto, a démissionné en juin 2014 afin de briguer un poste de direction au sein de l'UE. Alexander Stubb, 46 ans, du parti de centre-droit de la Coalition nationale, a prêté serment le 24 juin.

L'opposition remporte les élections de 2015 et renverse le premier ministre

Aux élections législatives tenues en avril 2015, le Parti de l'opposition du centre a remporté 21,1 % des voix et 49 des 200 sièges du parlement. Cette victoire signifiait que le chef du Parti du centre, Juha Sipil, deviendrait Premier ministre.

Le Premier ministre actuel Alexander Stubb a démissionné le 28 avril. Le Parlement a approuvé Sipil par un vote de 128-62 le 28 mai. Millionnaire informatique et nouveau venu politique, Sipil a pris ses fonctions le lendemain.


Carte muette de la Finlande

La carte vierge ci-dessus représente la Finlande, un pays nordique situé en Europe du Nord. La carte ci-dessus peut être téléchargée, imprimée et utilisée à des fins éducatives telles que des activités de pointage de carte et de coloriage.

La carte ci-dessus représente la Finlande - une nation d'Europe du Nord. Couvrant une superficie d'environ 338 455 km², c'est le 8ème plus grand pays d'Europe et le pays le moins peuplé de l'UE.


Voir la vidéo: La vérité sur la Finlande!