Séminole III AT-65 - Histoire

Séminole III AT-65 - Histoire



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Séminole III
(AT-65 : dp. 1500 ; 1. 205' ; né. 38'6" ; dr. 15'3" ; s. 16 k. ;
cpl. 80 ; une. 1 3"; cl. Navajo)

Le troisième Seminole a été posé le 16 décembre 1938 par la Bethlehem Steel Co., Staten Island, N.Y. lancé le 15 septembre 1939 ; parrainé par Mlle Grace Svenningsen, fille du foreman Carpenter au Staten Island Yard; et mis en service le 8 mars 1940, le Lt. Comdr. William G. Fewel aux commandes.

Après le shakedown le long de la côte est, Seminole a fumé pour San Diego et des opérations de remorquage le long de la côte ouest et autour d'Hawaï, de l'île de Wake et du canal de Panama.

Lors d'un de ces voyages, Seminole a quitté Pearl Harbor pour se rendre à San Diego. À 13 h 17 le 7 décembre 1941, cependant, le remorqueur de haute mer sonna les quartiers généraux, inversa sa route et jeta l'ancre à Pearl Harbor le 12.

Avec son navire jumeau, le Navajo, le Seminole a opéré à Pearl Harbor pendant les journées chargées et mouvementées qui ont suivi l'attaque japonaise. Le 15 février 1942, cependant, le Seminole embarque une équipe de sauvetage et quitte Pearl Harbor pour l'île de Canton où, du 21 février au 24 mars, il participe aux opérations de sauvetage du transport de l'armée au sol, le président Taylor. Le 24, elle rembarqua ses plongeurs ; a pris Sonoma en remorque; et a fumé pour Pearl Harbor. En arrivant le 31 mars elle est restée dans le port sur le devoir d'escorte de canal jusqu'au 31 mai, quand elle a commencé des opérations de sauvetage sur l'embarcation de patrouille, YP-108, au large de Wahie Point voisin, Lanai. Trois jours plus tard, elle est retournée à Pearl Harbor.

Le 4 juin, le remorqueur océanique s'est mis en route pour Midway. En arrivant le 10 juin, elle a pris Vireo en remorque et l'a livrée à Pearl Harbor le 17. Des réparations et d'autres tâches d'escorte du canal ont suivi ; puis, le 15 août, elle est devenue en route.

Se déplaçant vers le sud et l'ouest, Seminole a jeté l'ancre dans le port de Suva, aux îles Fidji, le 26 ; continué le lendemain vers les îles Tonga; ancré à Tongatabu le 29 ; et a commencé le devoir d'escorte de canal dans l'ancrage de Nukualofa, Tongatabu. Elle a continué ses devoirs d'escorte à Tongatabu jusqu'au 8 octobre.

Seminole est arrivé de Tulagi le 18 octobre, où elle a été assignée pour transporter des munitions, de l'essence et des troupes. Le matin du 25 octobre, Seminole et YP 284 déchargeaient de l'essence d'aviation, des obusiers et des marines à environ trois milles et demi à l'est de Lunga Point lorsque trois destroyers ennemis sont apparus au nord-ouest. Les plus petits navires se mirent immédiatement en route, se dirigeant vers l'est dans l'espoir d'éviter le feu ennemi. L'ennemi, après avoir rompu le contact avec deux destroyers américains, changea de cap et poursuivit le Seminole et le YP-284, plus lents. Les premiers obus à frapper Seminole l'ont fait vers 11 h 15, et ont été suivis par deux autres salves de frappe.

L'ordre d'abandonner le navire en train de couler a été donné à 11 h 20, quelques minutes après le naufrage du YP-284, et le Seminole a coulé à environ 1 000 mètres au large entre Lengo et la pointe à l'est. Comme la majorité des projectiles ennemis avaient traversé ses flancs à peau mince sans exploser, Seminole n'a perdu qu'un seul membre d'équipage dans l'action.

Seminole a été rayé de la liste de la Marine le 2 décembre 1942.

Seminole a reçu une étoile de bataille pour son service pendant la Seconde Guerre mondiale.


Indiens séminoles

Les Indiens Séminoles sont indigènes de l'État de Floride, ce qui signifie qu'ils étaient originaires de là-bas et n'ont pas migré d'autres régions. Il a été dit que la tribu Séminole s'y était installée dès 10 000 av. Pendant des centaines d'années, les Indiens Séminoles contrôlaient pratiquement toute la Floride. Même lorsque les Européens sont arrivés, au début, ils ne s'intéressaient pas à la région de la Floride, mais montraient plus de curiosité envers la partie sud de la nation (Virginie, Caroline du Nord, etc.), de sorte que les Séminoles avaient toujours le contrôle de leur patrie.

Malheureusement, les choses ont pris un tournant vers 1732, lorsque les colons ont commencé à se diriger vers le sud en Floride. Une fois arrivés, de nombreux Indiens Séminoles ont été kidnappés, torturés ou tués. Mais les Séminoles ont tenu bon et sont restés sur leur territoire, beaucoup migrant près de l'endroit où Tampa existe aujourd'hui.

La langue parlée par les Indiens Séminoles était connue sous le nom de Muskogee. Ils chassaient et pêchaient généralement dans les eaux abondantes au large des côtes de la Floride. Comme la température où ils vivaient était chaude, leurs maisons étaient très simples, composées de poteaux et de toits de chaume. Lorsque les Espagnols sont arrivés en Floride, les Séminoles les ont souvent imités en portant des vêtements aux couleurs vives. Lorsque le 20e siècle est arrivé, l'homme moderne dépassait une grande partie des États-Unis. La Floride était une région idéale pour se développer et de nombreux Indiens Séminoles ont été forcés de quitter la région. Ceux qui sont restés ont fini par être contraints de travailler pour de l'argent, soit comme aide agricole, soit comme attraction touristique. En 1957, une loi a été adoptée déclarant que les tribus de Floride étaient officiellement la tribu séminole de Floride. En 1970, les Séminoles ont reçu plus de 12 millions de dollars du gouvernement en raison des terres qui leur ont été confisquées par l'armée américaine. Aujourd'hui, la tribu existe toujours et fait fièrement partie du riche héritage de l'État de Floride.


Du chef

Le service d'incendie du comté de Seminole a connu beaucoup de changements et de croissance depuis sa création en 1974. Ce qui est resté constant, c'est sa mission :

Temps de réponse de cinq minutes. Personnel entraîné.
Ressources adéquates. Prévention constante.
Rentrez chez vous en toute sécurité.

En tant que chef, il est de ma responsabilité d'établir des priorités conçues pour soutenir la mission et, surtout, ceux qui la réalisent. Les priorités peuvent être élargies à mesure que de nouvelles idées surgissent et qu'un environnement en constante évolution de nouveaux types d'urgences et de besoins impose de nouvelles exigences à notre service.

Le bureau du chef des pompiers a actuellement neuf priorités établies pour aider tous les domaines de nos opérations et de la prestation de services. Cela met en évidence ce qu'ils sont et un bref résumé de pourquoi ils sont importants.

Avancement de la formation (créé en 2006)
Le comté de Seminole a investi plus de 3 millions de dollars dans son volet formation. Cela comprend l'ouverture du centre de formation du service d'incendie du comté de Seminole en 2008. Cette installation de plus de 44 000 pieds carrés est située sur dix-neuf acres, y compris de nombreux accessoires d'entraînement, plus récemment l'ajout d'une tour d'entraînement de 5 étages. Les programmes de formation comprennent la formation sur les incendies, les risques spéciaux et les services médicaux d'urgence. Il est important que les pompiers aient les compétences nécessaires pour intervenir dans des situations qui nécessitent une réaction habile. La formation est la meilleure ressource dont dispose un pompier pour assurer sa sécurité et servir le public.

Initiative Santé/Mieux-être (créée en 2006)
Cela soutient la partie « rentrer à la maison en toute sécurité » de notre mission. Le service d'incendie du comté de Seminole met l'accent sur l'assurance que ses membres sont physiquement aptes au travail et qu'ils rentrent chez eux en toute sécurité. L'Initiative Santé et Mieux-être est conçue pour soutenir cela. Il s'agit d'une adaptation de l'initiative IAFF/IAFC qui comprend des examens physiques réguliers, un dépistage cardiaque supplémentaire, une évaluation annuelle de la condition physique et des tests annuels d'aptitude physique du titulaire. Le service d'incendie du comté de Seminole compte plus de 350 athlètes dans son équipe gagnante et est l'un des services les plus en forme physiquement de l'État.

Améliorations des installations (créé en 2005)
Cela soutient la partie « ressources adéquates » de notre mission. Nous fournissons des services d'urgence à partir d'un total de dix-huit casernes de pompiers. Pendant de nombreuses années, nos casernes de pompiers étaient adéquates. Avec notre démographie croissante et tant de changements dans notre mission, nous les avons dépassés. Depuis 2005, nous avons investi près de 3 millions de dollars dans l'amélioration des installations et des rénovations majeures de certaines installations pour agrandir l'espace de travail et répondre aux besoins en matière de genre et aux exigences de l'ADA. Il ne s'agissait pas de facteurs au moment où nombre de nos stations ont été construites. En 2008, la station 13 de Forest City a été transférée dans une toute nouvelle installation qui, avec l'achat de terrains et la construction, a coûté un total de 3,1 millions de dollars. D'autres stations sont prévues. La zone sud-est à croissance rapide du comté verra la construction de la station 29 au cours des deux prochaines années à l'intersection de via Aloma et de la SR 426. Le besoin de cette station a été planifié en 2000, sachant que 417 apporterait une croissance rapide à la région. La station 19 est prévue pour la région centrale du comté de Lake Emma Road et Longwood Hills, et devrait également être construite au cours des deux prochaines années. Cela améliorera les temps de réponse dans la zone non constituée en société du comté de Seminole.

Accréditation CAAS (créée en 2006)
SCFD est une agence accréditée CAAS. La Commission sur l'accréditation des services d'ambulance a été créée pour encourager et promouvoir des soins de qualité aux patients dans le système de transport médical américain. Basée initialement sur les efforts de l'American Ambulance Association, la Commission indépendante a établi une série complète de normes pour l'industrie des services d'ambulance. L'accréditation signifie que votre service a atteint le « gold standard » déterminé par l'industrie des ambulances comme étant essentiel dans un fournisseur de services médicaux d'urgence moderne. Ces normes dépassent souvent celles établies par la réglementation nationale ou locale. Le processus comprend une auto-évaluation complète et un examen externe indépendant de l'organisation du SGE. Ce processus indépendant permet à votre conseil d'administration, à votre conseil municipal, à la communauté médicale et à d'autres de vérifier que des soins de qualité sont fournis à la communauté. La prochaine étape sera CFAII qui est la norme d'excellence professionnelle pour un service d'incendie tous risques.

Plan de financement (établi en 2006)
Cela soutient la partie « ressources adéquates » de notre mission. Cela impliquait un examen attentif des projets d'amélioration des immobilisations nécessaires sur une période de plusieurs années. Cela comprend les appareils, les stations supplémentaires, la technologie et l'équipement spécialisé. Tous ces projets étaient alignés sur le processus CIP du comté. Avec l'adoption de l'amendement 1 en 2008, ces projets ont dû être étalés sur une plus longue période afin de maintenir des réserves adéquates. EMS/Fire/Rescue a un taux de kilométrage fiscal spécial de 2,3299 qui s'applique à tous les comtés non constitués en société de Seminole et aux villes d'Altamonte Springs et Winter Springs. Les frais de transport par ambulance et les frais d'impact sur les nouvelles constructions sont d'autres sources de revenus. Au cours des 5 dernières années, la division des incendies a obtenu plus d'un million de dollars de subventions pour aider à compenser les coûts de nouveaux programmes.

Mesures de rendement (établies en 2007)
Nos objectifs ne sont que des déclarations écrites si nous ne pouvons pas prouver que nous les atteignons. C'est la raison de la mise en place de mesures de performance. Chaque section s'efforce d'établir des objectifs mesurables dans le but de répondre à la mission du département. Quelques exemples sont les temps de participation, combien d'écoles nous touchons en un an pour la prévention et combien de temps est nécessaire dans le domaine de la formation. Ces objectifs seront finalisés au cours de l'année en cours et mis en œuvre dans la suivante. Beaucoup exigent non seulement qu'ils soient identifiés, mais aussi que des moyens soient établis pour fournir la mesure grâce au suivi et à l'analyse des données.

Service à la clientèle (créé en 2007)
Notre organisation a toujours été fière d'offrir un service de marque. Cela est également vrai pour la façon dont nous nous relions les uns aux autres. Au cours de la prochaine année, le comté de Seminole lancera une initiative de service client que nous n'avons aucun mal à adopter car nous avons déjà des normes très élevées. De plus, nous lancerons le « Seminole County Fire Department Way » qui aidera à définir ce qui est important pour nous et permettra aux autres de voir la base de la culture de notre service d'incendie.

Cheminement de carrière (créé en 2008)
Avec la reconnaissance de la nécessité de fournir une orientation professionnelle et une planification de la relève, un objectif de cheminement de carrière est en cours. Il s'agit d'une priorité fondée sur les intérêts entre les travailleurs et la direction. Bien qu'encore en développement, cela fournira une carte aux membres sur la façon dont ils peuvent grandir au sein de l'organisation. Pour être pleinement mis en œuvre, il faudra une structure de rémunération proportionnelle aux niveaux d'exigences du poste.

Cohérence opérationnelle (créée en 2009)
Ce n'est pas une tâche facile dans une organisation de notre taille mais un impératif pour la sécurité, les opérations d'urgence et l'application équitable de toutes les règles. Pour aider à cela, un chef de division des opérations affecté à 40 heures a été créé pour assurer le suivi nécessaire entre les équipes et les sections. La structure organisationnelle a également été améliorée avec l'ajout d'un chef adjoint des opérations. Cela a divisé les responsabilités précédentes de l'administration et des opérations tombant à un seul poste. Les trois chefs adjoints (opérations, administration et planification) travaillent en étroite collaboration et avec le bureau du chef des pompiers pour assurer une bonne communication. Le rôle de tous les officiers en chef est de voir non seulement dans les «équipes», mais aussi à travers les équipes, les stations et le personnel affecté. Une réécriture du manuel de gestion des incidents est en cours pour fournir le soutien nécessaire pour la cohérence et le détail des opérations et de la gestion de la scène.

Credo de mise en service du service d'incendie du comté de Seminole
Honorez ceux pour qui vous travaillez. Respectez ceux avec qui vous travaillez. Servez ceux qui travaillent pour vous.

La prestation de services d'urgence est une industrie unique nécessitant une attention constante dans un environnement en constante évolution. Pour ce faire, il faut une équipe de leaders compétents pour assurer la meilleure prestation de service et la sécurité de nos pompiers. Le leadership est une responsabilité de chaque agent de l'organisation. Notre Credo de mise en service est une partie importante de notre culture à tous les niveaux. En tant que chef des pompiers, mon travail consiste à être la meilleure ressource dont dispose chaque pompier, en m'assurant qu'il dispose de ce dont il a besoin pour fournir un service de qualité à nos citoyens. Le service d'incendie du comté de Seminole est une agence fière et jouit d'une réputation de respect de la part des agences homologues et du public pour ses capacités opérationnelles, son service compatissant et sa croyance en une solide responsabilité.


Jimmy Dunne III — Le courtier de pouvoir qui nous a apporté le golf à Seminole

Jimmy Dunne III est un puissant courtier de luxe dans le monde de la finance et du golf.

Il est l'homme qui nous emmène tous dans le club de golf chic et exclusif de Seminole le dimanche 17 mai pour regarder ce qui ressemble à un décalage sur le papier - Rory McIlroy et Dustin Johnson affrontent les Oklahoma Staters Rickie Fowler et le jeune Matt Wolff .

Il est l'homme qui a eu le golf en direct à la télévision avant que Turner Sports ne puisse même donner une date et une heure pour l'ancien accord Tiger Woods-Phil Mickelson-Tom Brady-Peyton Manning sur un site dont le nom n'a pas encore été nommé. Où qu'il atterrisse, ce sera une déception après avoir vu l'historique Seminole de près et personnellement.

On dirait que j'ai passé l'entrée de Seminole pas moins de 100 fois au cours des 20 dernières années, mais je n'ai jamais posé les yeux sur ce qui est peut-être considéré comme la plus grande œuvre d'art architectural par l'estimé Donald Ross.

Jimmy nous fait passer la garde à la porte grâce à NBC Sports sur place pour nous apporter cette collecte de fonds caritative. Dunne a utilisé son influence pour amener TaylorMade en tant que sponsor. United Health Care mise 3 millions de dollars avec Farmers Insurance (merci Rickie), mettant 1 million de dollars dans un pool pour les oiseaux et les aigles au profit des travailleurs de la santé. Les gains de Rory et D.J. iront à l'American Nurses Foundation tandis que la CDC Foundation recevra les gains des enfants de l'OSU (Rickie et Matt).

Ce qui nous ramène à Squire Dunne. Son histoire est fascinante. Il était associé principal du cabinet de Wall Street, Sandler O’Neill and Partners à New York. Leur quartier général était la tour 2 e des bâtiments Twin Towers à New York. Il y a dix-sept ans, Dunne jouait tellement au golf - et si bien - qu'il a choisi d'essayer de se qualifier pour le Mid-Amateur américain. Il avait prévu de se qualifier le 10 septembre, mais Chris Quackenbush, ami de longue date et partenaire de la firme, l'a exhorté à se qualifier lundi 11 septembre au Bedford Golf and Tennis Club, juste au nord de la ville. Herman Sandler, l'un des fondateurs de la société, a dit à Dunne de simplement sortir et de se concentrer sur le golf et de ne pas appeler le bureau.

Ce qui s'est passé ce matin-là restera avec nous tous le reste de notre vie, mais aucun de nous n'a été touché comme Jimmy l'a été. Sandler O'Neill comptait 171 employés travaillant au 104e étage de la tour 2, la tour sud du World Trade Center. Quatre-vingt-trois d'entre eux sont venus au bureau le 11 septembre. Soixante-six d'entre eux ont péri, dont Quackenbush et Sandler. Si Dunne n'avait pas changé ses plans du dimanche au lundi, il aurait très bien pu mourir avec eux.

Dunne a couru vers la ville et a vu l'horreur de ses propres yeux. Dans les jours qui suivirent, il y eut du chagrin et de l'incrédulité. Dunne était confronté à une tâche qui semblait pratiquement impossible. Il a entrepris de reconstruire une société de banque d'investissement qui avait perdu presque toute trace de ses dossiers financiers, de nombreux partenaires et d'un nombre écrasant de personnes qui formaient le capital intellectuel de l'entreprise. Tous les ordinateurs étaient partis avec les contacts, les numéros de téléphone et tout.

Aujourd'hui, l'entreprise est florissante avec Dunne à la barre en tant que directeur général principal. Il est également président de Seminole. Il est également membre à Augusta National, Shinnecock Hills, Pine Valley et Cypress Point, entre autres. Il pourrait enfreindre la règle des 14 clubs de l'USGA.

Son influence n'est pas comme les autres. Ses contacts incluent des stars du PGA Tour et des stars du monde entier. Il a fait approuver le grand Tom Brady de la NFL pour devenir membre de Seminole, un club qui a évité les candidats célèbres au fil des ans.

Donc, compte tenu de tout ce que Dunne a accompli dans sa vie, cette petite collecte de fonds télévisée était probablement un morceau de gâteau.

C'est aussi un joueur. Avons-nous mentionné qu'il détient le record du parcours à Shinnecock? Soixante trois.

Comment décrirait-on Dunne ? Nous laissons cela à Tom Brady :

«C'est un gars qui est vraiment à l'aise dans sa peau. Il dit ce qu'il pense, pense ce qu'il dit et est très attachant. Il peut être dur, mais il est incroyablement chaleureux. Je pense que pour Jimmy, plus quelque chose est difficile à accomplir, plus il y travaille fort. C'est la marque d'un grand leader de s'accroupir et de travailler plus dur que quiconque.

Et pendant que nous y sommes, je pense écrire à Jimmy un mot de remerciement pour nous avoir tous donné un aperçu de Seminole le dimanche 17.


SEMINOLE A 65 ANS

Cette section répertorie les noms et les désignations que le navire a eu au cours de sa vie. La liste est par ordre chronologique.

    Remorqueur de flotte de classe Navajo
    Quille posée le 16 décembre 1938 - Lancé le 15 septembre 1939

Couvertures navales

Cette section répertorie les liens actifs vers les pages affichant les couvertures associées au navire. Il devrait y avoir un ensemble de pages distinct pour chaque incarnation du navire (c'est-à-dire pour chaque entrée dans la section « Nom du navire et historique de la désignation »). Les couvertures doivent être présentées par ordre chronologique (ou du mieux possible).

Étant donné qu'un navire peut avoir plusieurs couvertures, elles peuvent être réparties sur plusieurs pages, de sorte que le chargement des pages ne prend pas une éternité. Chaque lien de page doit être accompagné d'une plage de dates pour les couvertures sur cette page.

Cachets de la poste

Cette section répertorie des exemples de cachets postaux utilisés par le navire. Il devrait y avoir un ensemble distinct de cachets de la poste pour chaque incarnation du navire (c'est-à-dire pour chaque entrée dans la section « Nom du navire et historique de la désignation »). À l'intérieur de chaque série, les cachets de la poste doivent être répertoriés dans l'ordre de leur type de classification. Si plusieurs cachets de la poste ont la même classification, ils doivent être triés par date de première utilisation connue.

Un cachet de la poste ne doit pas être inclus à moins qu'il ne soit accompagné d'une image en gros plan et/ou d'une image d'une couverture montrant ce cachet de la poste. Les plages de dates DOIVENT être basées UNIQUEMENT SUR LES COUVERTURES DU MUSÉE et devraient changer à mesure que de nouvelles couvertures sont ajoutées.
 
>>> Si vous avez un meilleur exemple pour l'un des cachets de la poste, n'hésitez pas à remplacer l'exemple existant.


Déménagement[modifier | modifier la source]

Chef Billy Bowlegs par Karl Ferdinand Wimar, 1861

Au début de 1858, le chef Wild Cat du Western Seminole a été ramené du territoire indien pour convaincre Bowlegs de déménager volontairement. Le gouvernement américain a offert 10 000 $ à Bowlegs et à chacun de ses chefs 1 000 $ s'ils le faisaient. On offrait moins aux guerriers et aux non-guerriers. Ils ont d'abord refusé, mais plus tard cette année-là, la bande des 123 a accepté de déménager. Billy's Creek, au centre-ville de Fort Myers, en Floride, porte le nom de Bowlegs, car c'est à cet endroit qu'il a été contraint de se rendre en 1858.

En mai, Bowlegs et ses partisans sont arrivés à la Nouvelle-Orléans, en route vers l'Arkansas et leur nouvelle maison dans le territoire indien. Un journaliste a décrit le chef comme ayant « deux femmes, un fils, cinq filles, cinquante esclaves et cent mille dollars en espèces sonnantes et trébuchantes ». Après avoir atteint le territoire indien, Bowlegs y est devenu l'un des principaux chefs. Lui et ses filles sont devenus d'éminents propriétaires terriens et propriétaires d'esclaves. Son esclavagisme le place dans la catégorie des grands planteurs du Sud, ceux qui comptent plus de 20 esclaves.

Sonuk Mikko, alias Billy Bowlegs, est devenu célèbre en tant que capitaine de l'armée de l'Union pendant la guerre de Sécession. ΐ] Certaines sources historiques se sont trompées en confondant Holato Micco et le plus tard Sonuk Mikko, qui s'appelaient tous les deux Billy Bowlegs. Α] Β]

Billy Bowlegs III, né Billy Fewell, était un séminole noir de Floride qui a adopté le nom du chef à l'âge adulte. Il est devenu un ancien et un historien de la tribu et a vécu dans la réserve indienne de Brighton Seminole.


PULL BETTY MAE : LÉGENDE ET FONDATION DE L'ENSEIGNEMENT SEMINOLE

À la fin de la dernière des guerres séminoles à la mi-1858, Billy Bowlegs - l'homme qui a déclenché cette dernière guerre - a quitté la Floride sur le bateau à vapeur Grey Cloud, à destination du fleuve Mississippi et des terres de l'Arkansas qui, au début des années 1900, sont devenues l'Oklahoma.

L'armée n'a jamais été en mesure de trouver tous les Séminoles dispersés. Des proches de Bowlegs ont dérivé dans les marais du sud de la Floride et ont échappé aux soldats.

"Ils étaient les descendants directs de la bande de guerre de l'irascible Billy Bowlegs, qui a déclenché à lui seul la troisième guerre séminole et a été le dernier chef de guerre séminole à être déporté en Oklahoma", a déclaré Betty Mae Jumper au Sun-Sentinel, dans le sud de la Floride, dans un profil récent.

"C'était un homme qui a perfectionné l'art de l'embuscade et de la fuite. Coopérer ouvertement avec le système de l'homme blanc n'était pas l'un des attributs du personnage de Billy Bowlegs. »

Jumper, l'un des héritiers de Bowlegs représenté aujourd'hui parmi les plus de 2 900 Séminoles de Floride, a survécu à une tradition séminole qui exigeait qu'elle soit mise à mort à la naissance. Elle deviendrait la première femme élue à la tête de la tribu Séminole de Floride et la première femme chef de tribu en Amérique.

Jumper est né en 1923 - une décennie après que la législature de Floride a nommé un nouveau comté pour honorer les Séminoles, qui avaient combattu l'armée américaine à un match nul, malgré le fait qu'ils étaient 40 contre 1 pendant plus de 40 ans de guérilla.

Les Séminoles de son village d'Indiantown à l'ouest du lac Okeechobee vivaient encore dans la peur de la culture blanche. Beaucoup partageaient également une haine pour les hommes blancs.

« La peur et la haine des hommes blancs coulaient toujours dans le sang des chefs tribaux et des guérisseurs », a déclaré Jumper dans une série de récits biographiques publiés sur la page Web de la tribu Seminole de Floride (www.semtribe. com)

"Fils des fuyards, leur vie entière avait été une danse amère sur le bord en ruine d'un monde condamné."

Sa mère, Ada Tiger, était une séminole de sang pur du clan Snake, mais son père était un trappeur et coupeur de canne à sucre français.

Même au début des années 1920, dit-elle, « Tous les métis ont été tués ».

Armés de fusils de chasse, l'oncle de Jumper, Jimmy Gopher, et son grand-père, Tom Tiger, ont repoussé les Séminoles qui ont tenté de prendre l'enfant à sa mère.

La famille ferait partie des nombreux Séminoles qui se sont convertis au christianisme pendant les années où les prédicateurs itinérants s'aventuraient dans les contrées sauvages de la Floride.

Pour le reste de sa vie, Jumper équilibrera son intérêt pour les traditions culturelles séminoles avec les enseignements de la Bible.

Jumper vivrait pour devenir la première de sa tribu à terminer ses études secondaires. Interdite des écoles blanches et rejetée lorsqu'elle a essayé de fréquenter une école séparée pour étudiants noirs, elle a quitté la Floride pour fréquenter une école privée en Caroline du Nord.

Son éducation s'est poursuivie avec des études en Oklahoma pour devenir infirmière. Elle est retournée en Floride pour soigner les Séminoles dans les réserves de Floride.

En 1957, lorsque le gouvernement américain a reconnu la tribu de Floride en tant que gouvernement distinct, Jumper a commencé 10 ans de service en tant que première vice-présidente, un poste qui a incité d'autres femmes tribales à pousser Jumper à se présenter contre trois hommes à la présidence de la tribu.

Elle a attiré l'attention nationale, en tant que présidente tribale de 1967 à 1971. Elle a été la première femme à diriger les Séminoles et la première femme du pays à occuper le poste le plus élevé de sa tribu.

En 1993, elle est devenue la première Amérindienne nommée au Temple de la renommée des femmes de Floride.

Elle déplore les changements en Floride depuis son enfance.

"Maintenant, nos enfants ne savent pas parler indien", a déclaré Jumper au Sun-Sentinel, dans le sud de la Floride. "Pas Miccosukee. Pas Creek. . Ils perdent la langue. Ils perdent les histoires et l'artisanat. Nous perdons notre héritage."

Mais Jumper fait sa part.

Elle a écrit deux livres - et avec Wagons, la Parole de Dieu et les Légendes des Séminoles. Elle en écrit un troisième. Elle a également publié une cassette vidéo, "The Corn Lady", sur les traditions orales séminoles.

"C'est un livre d'histoire humaine, né dans les marais, et aujourd'hui titulaire d'un doctorat honorifique de la Florida State University", écrit Peter Gallagher, rédacteur principal pour le Seminole Tribune, le journal de la tribu de Floride.

"Je regarde Betty Mae de la même manière que je regarde Marjory Stoneman Douglas : comme une légende de Floride. . Je pense que Betty Mae devrait figurer sur la liste des 10 femmes les plus vivantes de quiconque. »


Célébrer notre histoire : I-65 du centre-ville

Les travaux de construction en cours pour construire une nouvelle travée de l'Interstate 65 vers l'Indiana pour le projet des ponts de la rivière Ohio pourraient être considérés comme une autre étape d'un projet de grande envergure qui a commencé il y a près de 60 ans.

À la fin des années 1950 et au début des années 1960, lorsque la I-65 - alors appelée l'autoroute Nord-Sud - a été prolongée à l'origine par le centre-ville de Louisville et le vieux Louisville, tout sur son passage a été démoli.

Cela comprenait de nombreuses maisons et autres bâtiments, comme le montrent les images de négatifs photo C-J assistant directeur photo Pat McDonogh trouvés dans les archives du Courrier.

Une photo du Courier-Journal du 20 septembre 1958 était intitulée "Faire tomber la maison". Il montre deux spectateurs regardant tristement un bulldozer "s'enfoncer dans (a) une structure dans l'emprise de l'autoroute nord-sud entre Floyd et Evans au nord de Woodbine. Ruby Construction Company a un contrat de 1 939 000 $ pour l'extension de l'autoroute".

Un éditorial du Courier-Journal publié le même jour était intitulé : « Expressways : Eyesore Or Scenic Assets ? »

Il a déclaré qu'il "est agréable de savoir que le commissaire aux autoroutes Ward Oates fait des plans pour embellir la section du système d'autoroute inter-États qui traversera le centre-ville. . seulement pour rendre les routes plus attrayantes, mais pour atténuer le bruit de la circulation."

L'éditorial commençait : « Une aubaine pour la circulation, une autoroute peut être un fardeau pour les quartiers avoisinants. . . un trafic constant suffit souvent à faire soupirer le bon vieux temps du cheval et du buggy."

L'autoroute Watterson était déjà en place à ce moment-là, et l'éditorial l'a qualifié d'« horreur ». L'aménagement paysager de la I-65, a-t-il déclaré, "est une trop bonne idée pour se limiter aux sections du centre-ville de notre autoroute".

« Le Watterson… est un exemple de la laideur d'une autoroute sans aménagement paysager ni plantation. En même temps, elle pourrait, avec un minimum de dépenses, devenir un avantage panoramique plutôt qu'une horreur. »

Le rendu d'un ingénieur de l'I-65 au-dessus de Broadway qui s'est déroulé le 28 juin 1959 dans le C-J a été intitulé "The Look of The Future" pour Broadway. A l'arrière-plan se trouvent les sommets gothiques de l'actuel Jefferson Community & Technical College, autrefois le Louisville Presbyterian Theological Seminary.

La ligne de coupe se lit comme suit : « S'élevant au-dessus de Broadway, la future autoroute nord-sud aura une portée libre de 123 pieds de long au-dessus de la plus large rue du centre-ville de Louisville. a commencé à raser les maisons.


Séminole III AT-65 - Histoire

Histoire des boosters de séminole - Petites années, partie III

Note de l'éditeur : il s'agit du troisième d'une série en plusieurs parties sur l'histoire des Seminole Boosters et est écrit par l'ancien directeur de l'information sportive de la FSU, Bill Bunker, qui a servi de 1963 à 1966.

Le début des années 70 apporte un désastre, puis une promesse pour l'avenir

Un éventail de nouveaux visages a accueilli les fans assistant au match d'ouverture à domicile de l'État de Floride en 1971 contre le Kansas.

En marge Larry Jones se tenait où Bill Peterson avait rythmé pendant 11 ans. Argile Stapleton avait remplacé Vaughn Mancha en tant que directeur sportif. Sur le gazon du milieu de terrain, une tête de Seminole peinte en plein cri de guerre a fait ses débuts en tant que nouveau symbole du programme sportif de la FSU.

Le programme de jeu comportait cinq pages de donateurs au National Seminole Club, qui avait remplacé l'organisation Seminole Boosters en tant que véhicule de collecte de fonds du département des sports et incluait tous les sports, plutôt que le football. Le directeur général de la nouvelle organisation a été Jim Olsen, un ancien joueur de ligne Seminole de Quincy.

Le catalyseur de ces changements spectaculaires a été le Dr. Stanley Marshall, qui avait assumé la présidence de l'État de Floride deux ans plus tôt au milieu d'un soulèvement étudiant mené par des importations radicales de non-étudiants qui avaient poussé son prédécesseur, Jean Champion, du bureau.

L'agitation étudiante à propos de la guerre du Viet Nam et d'autres problèmes sociaux était le mot d'ordre de l'époque alors que la FSU était connue sous le nom de « Berkeley de l'Est ». Le programme sportif, en particulier le football, serait grandement affecté, mais personne qui a vu les Séminoles remporter leur troisième victoire consécutive sous Jones en cette journée ensoleillée de septembre n'aurait pu prédire le chaos à venir, ni ses effets à long terme.

Le départ de Peterson était à la fois inattendu et impulsif. L'entraîneur populaire avait fait campagne pendant un certain temps pour le poste d'AD, mais Marshall n'était pas enclin à le lui donner. Lorsque sa quête après la saison 1970 a été refusée, il a accepté une offre de l'Université Rice qui lui a donné le double rôle qu'il recherchait à la FSU. Il a changé d'avis le lendemain et a demandé à Marshall de le reprendre, mais la décision avait déjà été annoncée dans les médias, et Marshall pensait que les choses avaient dépassé le point de non-retour.

Marshall a joué un rôle actif dans le choix de son successeur. "Bill Peterson avait fait de grandes choses pour nous préparer à une meilleure marque de football, et quand il est parti en 1970, j'étais convaincu que le programme avancerait", a-t-il déclaré. "Larry Jones, qui dirigeait la défense au Tennessee, était fortement recommandé comme le genre de gars qui pourrait construire un excellent programme, et sans la catastrophe à la fin de sa deuxième année, je pense qu'il l'aurait fait. "

Le prochain sur la liste de Marshall était la direction sportive. Peu de temps après l'arrivée de Jones, Mancha a quitté le poste pour un poste de professeur. Stapleton, qui était directeur sportif de l'Iowa State, a fait un reportage en avril 1971, apportant avec lui le concept d'un nouveau plan de collecte de fonds.

"Je cherchais un AD qui prendrait en charge et serait responsable", a déclaré Marshall. "Je pensais que Clay était un gars à prendre en charge. Le National Seminole Club était l'idée de Clay. Il l'a couru devant moi, et je l'ai approuvé."

Quand il est arrivé à FSU, Stapleton a trouvé un système en transition d'un club d'hommes d'affaires contrôlé localement à une organisation de bourses d'études dirigée par une université. En 1970, le département des sports de la FSU avait introduit un plan de billet prioritaire lié aux contributions Booster et avait annoncé son intention d'assumer le contrôle administratif des fonds. Les contributions de rappel ont atteint un jalon cette année-là, recueillant 100 231 $ sous la direction du président Pape Doyle de Quincy.

Stapleton a apporté un modèle de collecte de fonds efficace utilisé dans l'État de l'Iowa et a découvert des raisons impérieuses de changer dans son nouveau travail. "Je pensais que c'était nécessaire", a-t-il déclaré. "L'argent allait dans toutes les directions avec chaque sport fonctionnant indépendamment. Je sentais qu'il était nécessaire d'organiser nos revenus."

Included in his plan was the hiring of FSU's first full-time athletic fund-raiser. Almost from its beginning, the Boosters had been administered by the school's alumni association with the alumni director doubling as executive secretary of the Boosters. Citing insufficient funds, the board rejected several requests by Alumni Director Tom Waits to hire a full-time worker for the Boosters during the 1960s.

Stapleton's choice, Jim Olsen, is a Pensacola native who went to high school in Quincy, played at FSU for Tom Nugent (1953-54), and spent a decade following graduation coaching in high school and college (Tampa U). He was in the insurance business in Tampa when, as a member of a local booster group, he helped sell tickets for the 1970 FSU-Houston game there, attracting the attention of FSU Athletic Business Manager Doug Messer and Ticket Manager Claude Thigpen who suggested him to Stapleton as a possible candidate for the booster job.

A large man, both in physical size and personality, Olsen hit Tallahassee like a whirlwind on June 6, 1971. "D-Day in more ways than one," he said.

Waiting for him, he found Stapleton's organizational concept and the new Seminole logo, not yet widely in use.

The story of how one of college football's most recognized symbols came to be is the opposite of the dramatic impact it delivers today. For years, Mancha, an accomplished graphic artist and photographer, had unsuccessfully sought a symbol to replace the cherubic little Indian that FSU was using.

The final product was developed gradually, according to Messer. "We got help from some art students, and our Sports Information Office under Lonnie Burt had a great deal of input," he said. "We probably had a half-dozen choices, narrowed them down, refined our final choice, and then just started using it without any big announcement.

Olsen, for one, jumped on it. "The minute I saw it, I fell it love with it and started using it on everything," he said. Olsen also initiated the trademarking process which has produced untold dollars for the university during the past three decades. "FSU's attorney thought I was crazy to want to pay $50 to trademark each item that might carry the logo," he said. "They said nobody would ever make any money off this stuff. I sat down in their office and made a list of about 50 things I thought we might sell.

"The logo was hot the minute it hit the street. We ordered some shirts and couldn't keep them in stock. At the inaugural Fiesta Bowl at the end of the 1971 season, the Seminole head was shown on national TV for the first time. It overwhelmed Arizona State's cartoon Sun Devil."

To flesh out Stapleton's National Seminole Club concept, Olsen traveled to Columbia, S.C., to meet with the director of the Gamecock Club, then the nation's top collegiate fund-raiser. "I copied a lot of stuff from them, including the club's logo, the double circle over a banner. I just substituted our Seminole head for their Gamecock and changed the text."

A major innovation of the National Seminole Club, continued to this day, was the establishment of levels of giving with corresponding benefits and recognition. The levels in 1971 were Full Scholarship Donor--$1,000 Half Scholarship Donor--$500 Quarter Scholarship Donor--$250 and Century Club--$100, in addition to regular $40 memberships.

In 1971, nine Full Scholarship Donors were listed in the FSU football game magazine. By 1973, there were 76. Amid radical changes, Herschel Williams served out his term as Booster president in 1971 collecting a total of $125,000.

The next year brought even more changes to the club's structure. Gone was the Tallahassee-dominated board of directors, replaced by a board selected and recruited by Olsen to reflect a national flavor. The new president was FSU law student Kim Hammond, an outstanding quarterback in the late '60s. He was followed in 1973 by Boston Celtic center Dave Cowens. Both were selected for name recognition, and neither was expected to assist in fund raising outside a few personal appearances. Still, the totals rose -- $150,525 in 1972, $200,000 in 1973.

But, the times were catching up to FSU football. A 7-4 season, including the Fiesta Bowl, in 1971 produced great expectations for 1972. Although the Seminoles equaled their '71 record, opinions developed concerning a perceived lack of discipline on the team. Jones toughened up his offseason conditioning program, the widely-publicized "chicken wire drills" that resulted in numerous player departures and probably contributed to the player unrest that was a part of the widespread student protests of the times.

Jones never recovered from what he felt were unfair accusations. The Seminoles went 0-11 in 1973, and Larry Jones became the first FSU football coach to be fired. Marshall, to this day, acknowledges that decision to be one of the toughest he made as president.

Meanwhile, Stapleton used his national contacts to change Florida State's football future in a different way. In less than two years as athletic director, he scheduled more than 20 games, all on the road, against very substantial opponents--LSU, Ohio State, Nebraska, Notre Dame and more. Marshall fully supported the audacious endeavor.

"Clay came to me in the spring of 1972 and said he believed we could schedule Nebraska, Ohio State and some of those teams if we want to do it," Marshall said. "We sort of looked at one another and said it seems like an absurd thing to do. We believed that at some point Florida State was going to make the transition to major college football, and to do that, we would have to play the big teams.

"My reaction was that with Stapleton's ability to schedule those teams we had better take advantage of it, because it might be a long time before we had that chance again, however good we may be. He had personal acquaintances with all the Midwest people and was well-regarded. We were their homecoming opponents. I remember in 1973 looking at the calendar for 1981 and thinking, something good better happen here in the next eight years, and in my gut, I just felt it would."

Stapleton, a Tennessean never comfortable in Tallahassee, resigned in early 1973 to become athletic director at Vanderbilt. His successor, John Bridgers, would stay longer, smooth some troubled waters and launch FSU into its next period of accomplishment.

In the spring of 1974, with new coach Darrell Mudra yet to play his first game, Florida State faced a financial crisis. Despite record contributions to the National Seminole Club, the athletic program was deeply in debt.

One Saturday morning, Marshall called a meeting which changed the course of the Boosters yet again. The National Seminole Club would disappear and Seminole Boosters, Inc. would resurface.

Through the years, this meeting has been described as an ultimatum for FSU football delivered by the Board of Regents. Marshall sets the record straight:

"I called the meeting of major supporters of our program and invited Marshall Criser, Chairman of the Board of Regents, because I thought the Regents should be informed about what was going on in athletics," Marshall said. "At the meeting were the mainstays of the boosters in Tallahassee. I told them if you want to have the kind of program that Florida State can have, then you've got to put up money of the kind you haven't done in the past. If you don't, the consequences are dire. I now hear people say I recommended that we cut back the program, but it was just the opposite.

"The response was fairly immediate. We had real participation by boosters. Before that time we had some well-meaning people who gave us money. With reestablishment of the Boosters, we had an organization."

Although the time of Clay Stapleton, Jim Olsen and the National Seminole Club was brief, positive effects linger. The schedules set in motion by Stapleton and Marshall propelled FSU into national prominence in the 1980s.

The basic outline of giving categories and recognition established then survives to this day in a much expanded format, and the Seminole head logo, which Olsen helped introduce, stands as one of college athletics most distinctive symbols.

Dr. Stan Marshall served as FSU's president until 1976. He is the founder and chief executive officer of the James Madison Institute in Tallahassee and a member of the FSU Board of Trustees.

Jim Olsen returned to active duty in the Army and retired as a full colonel. He lives in St. Augustine, is a Varsity Club member and season ticket holder. Clay Stapleton retired to a farm in Marshall, Mo. Doug Messer is the chief of operations of the Longhorn Foundation for the University of Texas.

Next: Seminole Boosters, Inc. answers the call as George Langford, Andy Miller, Bobby Bowden, Osceola and Renegade charge into a suddenly bright future.

This was originally printed in the October, 2003 Seminole Boosters Report To Boosters newspaper.


Séminole

Hands down, it’s the best twin-engine trainer available anywhere. The Seminole exceeds expectations with its reliability, durability and value. Generations of pilots have trained in the Seminole, but this Seminole is generations ahead with its tried-and-true construction, power plants, handling capabilities, and standard Garmin G1000® NXi flight deck. Sure, there are other twin-engine trainers, but nothing competes with the Seminole.

700 nm | 1,296 km Max Range

162 ktas | 300 km/h Max Cruise Speed

2,200 ft | 671 m Takeoff Distance*

1,490 ft | 454 m Landing Distance*

Specifications
Avionique
Additional Equipment
Safety Features
Aircraft Design
Specifications

Specifications

  • Propeller
    Hartzell Scimitar 2-blade
    Constant Speed | Full Feathering
  • Fuel Capacity
    Usable: 108 US Gal | 409 L
  • Moteur
    (2) Lycoming IO-360-B1G6
    Flat-Rated Horsepower at 180 hp each
  • Dimensions
    Wingspan: 38 ft 6 in | 11.8 m
    Height: 8 ft 5 in | 2.6 m
    Length: 27 ft 7 in | 8.4 m

Avionique

Avionique

  • Standard Features
    • GARMIN G1000 NXi AVIONICS SUITE
    • Single 10.4” GDU 1050 PFD
    • Single 10.4” GDU 1050 MFD
    • Garmin FliteCharts
    • Garmin SafeTaxi
    • GMA 1360 Digital Audio Panel
    • GTX 345R Transponder
    • Garmin G5 Standby
    • Other Equipment
      • LED Wing Tip Recognition & Tail Strobe Lights
      • Overhead Air Distribution Blower Fan
      • USB Charging Ports
      • Cockpit Stowage Pouches
      • CO Detector
      • School Paint Colors with Two Vinyl Trim Colors and Logo
      Additional Equipment

      Additional Equipment

      • SurfaceWatch
      • Enhanced AFCS Enablement
      • Jeppesen ChartView
      • SVT – Garmin Synthetic Vision
      • TAWS-B (Terrain Awareness and Warning System)
      • Flight Stream 510 with Connext
      • GTS 800 Traffic Advisory System
      • GFC 700 Autopilot
      • GDL 69A SXM Satellite Radio / Weather
      • FlightCom – Rear Seat PTT
      • BendixKing KR 87 ADF
      • BendixKing KN 63 DME
      • GDL 59 WiFi Data Link
      • Vision 1000 (Appareo flight monitoring system)
      • Safe Flight Angle of Attack (AOA) System
      • Wet Compass

      Additional Options

      • Kelly Aerospace Air Conditioning (After market install)
      • Vinyl Floor Covering (Exchange for standard carpet)
      • United Kingdom Lighting Package
      • AmSafe Seatbelts – Pilot and Co-Pilot Positions
      • Cargo Net
      Safety Features

      Safety Features

      Safety is Piper’s foremost priority as illustrated by the extraordinary safety features available across the Piper product line, and trainers are no exception. The Seminole is designed specifically for efficient, comfortable and safe multi-engine flight training. The Seminole is outfitted with the latest Garmin 1000® NXi avionics suite and the most thoughtful, intuitive and inspired engineering in general aviation.

      • Garmin SafeTaxi: Situational awareness on the ground is as important as it is in the air, and with Garmin SafeTaxi, students can display airport diagrams (for over 1,300 airports in the United States, with additional coverage in Europe and Canada) with your aircraft position georeferenced right on your Seminole’s MFD.
      • Optional Enhanced Automatic Flight Control System (AFCS – additional equipment required): AFCS Includes Electronic Stability Protection (ESP), Automatic Level Mode (Blue Button), Underspeed Protection (USP) and Coupled Go-Around.
      • Coupled Go-Around: Your workload is simplified when flying approaches and conducting a go-around in your Seminole because you can keep the autopilot engaged during a coupled go-around and the aircraft will maintain a speed above stall warning, automatically adjusting pitch attitude as required.
      • Automatic Level Mode: If you ever find yourself experiencing spatial disorientation in your Seminole, just push the blue Automatic Level Mode button and the GFC700 autopilot will engage and return your aircraft to straight-and-level flight.
      • Underspeed Protection (USP): Your Seminole will recognize when underspeed conditions are about to occur and cause an inadvertent stall, and will make the appropriate adjustments to the controls to rectify the situation.
      • Electronic Stability Protection (ESP): Keeping you safe in stable flight when hand-flying your Seminole, the ESP system functions independently of the GFC700 autopilot and applies control force toward stable flight whenever pitch or roll deviations exceed recommended limits, or when overspeed or underspeed conditions are about to occur. ESP will also automatically activate the GFC700 autopilot if engaged for too long.
      • Optional Jeppesen Chartview: Remove paper from your student’s briefing process and they can see their aircraft in its georeferenced position on Jeppesen Chartview on-screen chart services (separate subscription required). Simplify flight planning, departure, enroute and approach workload by having the chart the student needs on the MFD when they need it, with a location depiction of the Seminole overlaid.
      • Optional TAWS-B Traffic Advisory System: Your students are often focused on procedures and learning the intricacies of multi-engine operations, so keeping an eye on terrain and ground based obstacles might not be front of mind. The optional Seminole TAWS-B system pulls aircraft position, speed and direction data from GPS and, along with the aircraft’s altitude and configuration information, compares them to a database of Earth’s terrain and man-made obstacles, issuing audible warnings.
      • Optional Vision 1000 AppareoFlight Monitoring System: Monitor flights and record data including attitude data (pitch, roll, yaw), WAAS GPS (latitude, longitude, ground speed, vertical speed, GPS altitude), cockpit imaging, ambient audio and intercom system audio for crew and ATC communications.
      Aircraft Design

      Aircraft Design

      Piper’s engineering and design teams lead the industry in designing aircraft for the owner-flown class of aircraft. Ergonomic controls, seats built for comfort, avionics placement and design, coupled with built-in durability and components chosen for reliability. Your students and instructors will appreciate the quality design and care in their Seminole.

      The Piper Seminole exterior styling utilizes an Axalta Imron polyurethane white paint base and choice of two fuselage vinyl trim stripes. Registration numbers and logos are color coordinated. Custom paint schemes are quoted upon request.


      Voir la vidéo: The Piper Seminole